toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Non, M. Onfray, nous ne laisserons pas l’Europe devenir musulmane sans réagir


Non, M. Onfray, nous ne laisserons pas l’Europe devenir musulmane sans réagir

Samedi 11 février, Laurent Ruquier recevait Michel Onfray dans son émission « On n’est pas couché », pour présenter son dernier ouvrage, Décadence : de Jésus à Ben Laden, vie et mort de l’Occident.

Le philosophe décrit froidement et sans inquiétude la phase terminale de notre civilisation « judéo-chrétienne ». Le parallèle incongru entre le Fils de Dieu et un terroriste islamiste trouve sa justification dans la thèse selon laquelle il existerait un « impérialisme » commun aux deux religions.

Compilant les clichés, Michel Onfray oublie manifestement que le royaume de France est né du baptême de Clovis ; qu’il a rayonné économiquement, culturellement et spirituellement pendant des siècles grâce au catholicisme ; ou encore que nos institutions politiques et administratives n’existeraient pas sans l’héritage légué par l’Église romaine. Il lui importe peu de préciser que les chrétiens ont également connu leur lot de massacres et restent aujourd’hui, plus que jamais en Orient, persécutés dans l’indifférence générale.

L’auteur affirme sans regret qu’en raison d’un « effondrement démographique, suivi d’un effondrement du christianisme », l’Europe deviendra musulmane. Pourtant, il ne souhaite pas fermer les frontières ! Il conclut :

« Nous avons le passé pour nous, ils ont l’avenir pour eux ; car pour eux tout commence, pour nous tout finit ; le bateau coule, il nous reste à sombrer avec élégance…

avant d’achever son ouvrage – et ses lecteurs – par cette sentence d’un vide intersidéral : « Le néant est toujours certain. » La dépression et le défaitisme sont le corollaire de la haine de soi.

Loading...

Il est vrai que la crise migratoire, sociale et économique que nous traversons corrobore ses propos. Michèle Tribalat, démographe, spécialisée dans le domaine de l’immigration, vient de révéler au journal Atlantico, le 10 février 2017, l’existence des données de « type ethnique » recueillies par l’INSEE. Ces calculs prouvent indéniablement la mise en œuvre d’un Grand Remplacement au sein de notre pays avec « 13,2 millions de personnes d’origine étrangère sur deux générations (soit 20,5 %) […]. La population d’origine étrangère sur deux générations aurait donc augmenté de 9 % entre 2011 et 2015, contre 2,6 ‰ seulement pour les natifs au carré [nés de deux parents eux-mêmes nés en France, NDLR]. »

Mais la presse admet que la nouvelle génération, à la recherche de repères, se montre plus « réactionnaire » que la précédente. D’après un sondage du Pèlerin, 56 % des Français se disent encore catholiques. Avec une grande lucidité, les commentaires des journaux en ligne dénoncent les mensonges et les manipulations du pouvoir devenus trop visibles à l’épreuve de la réalité. Pour rebâtir la France, il faut d’abord l’incarner avec fierté, se réenraciner, montrer l’exemple et « redevenir Français », selon les mots d’Adrien Abauzit.

Le pays réel renaîtra si le peuple réel se bat pour le reconquérir. L’Histoire est pleine d’exemples et l’espérance, une vertu. Cessons d’écouter les lamentations propres aux vaincus !

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Non, M. Onfray, nous ne laisserons pas l’Europe devenir musulmane sans réagir

    1. MK

      Et ONFRAY dans l’Histoire, où se situe-t-il ? Dans ceux d’avant ou ceux d’après ?
      Parce que si ceux les « ceux d’après » de son livre arrivent au pouvoir, cela m’étonnerait que ce nihiliste continue à vivre de ses écrits !

    2. elsa

      Mais qui peut prétendre incarner l’avenir ? D’où est ce que M Onfray décrète que « eux » ils seraient l’avenir, il ne suffit pas d’avoir une progéniture nombreuse, turbulente, pressée de se rallier à des prédicateurs rétrogrades pour incarner l’avenir. C’est comme l’expression « vieille Europe », que M.Onfray utilise souvent, une expression méprisante qui sous entend que nous serions condamnés à brève échéance. L’Europe est une ancienne civilisation, certes, mais touchée par deux guerres mondiales au XXe siècle, elle a montré sa grande résilience, et, particulièrement en France, son amour de la liberté avant tout, bref, son insoumission…

    3. Sara

      Il n’est pas nécessaire que l’Europe devienne musulmane pour qu’elle crée un danger pour Israël.
      La France a déjà depuis les années 1960’s une politique hostile à Israël, pro-arabe , pro- « palestinienne » et de plus en plus antisémite.

      Déjà les grands partis politiques, FN compris, courtisent les musulmans.

      Qu’un parti musulman entre à l’assemblé et forme une minorité incontournable pour qu’une coalition puisse gouverner et il pourrait imposer toutes sortes de mesures en leur faveur même sans être au gouvernement.

      L’Allemagne a jusqu’à présent une politique plutôt favorable à Israël mais avec cette arrivée massive de musulmans, elle risque suivre la même voie que la France.

      Israël a déjà tellement d’ennemis dans le monde que cela n’arrangerait pas les choses.

    4. o.icaros

      « …France est né du baptême de Clovis ; qu’il a rayonné économiquement, culturellement et spirituellement pendant des siècles grâce au catholicisme… »
      La France a été convertie au christianisme et non au « catholicisme » qui n’est pas une religion mais une Eglise. Tous ceux qui croient en Christ sont chrétiens indépendamment de l’Eglise à laquelle ils appartiennent.

    5. alauda

      o.icaros,

      C’est faux ce que vous dites.
      Le 25 décembre 498 (baptême de Clovis), la France a commencé à se convertir au catholicisme, qui est restée l’église majoritaire et culturellement dominante au moins jusqu’à la Révolution française, même si la France monarchique a penché par moment vers le gallicanisme, comme l’Angleterre anglicane, elle n’a, sur cette période de 13 siècles, jamais quitté le giron du christianisme romain.

      Au delà, on peut lui reprocher d’avoir voulu régner spirituellement presque sans partage : en dehors du judaïsme plus ou moins toléré, aucune autre foi n’a pu s’implanter durablement avant le XIXème siècle.

      A partir de l’Édit de Nantes (13 avril 1598) Il y eut quelques enclaves luthériennes ou calvinistes qui purent jouir d’une paix relative pendant moins d’un siècle, jusqu’au18 octobre 1685 très précisément, soit la révocation de l’édit de tolérance, par Louis XIV. Au siècle de Lumières, sur fond de boom économique et de libéralisme politique, la main mise de l’Église a commencé à s’effriter.

      Si vous pouvez parler de foi chrétienne indépendamment de toute église aujourd’hui, c’est en raison de l’article 10 de la Déclaration universelle des droits de l’homme et du citoyen de 1789 : « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi ».

      Mais vous ne pouvez pas nier que le catholicisme a marqué le paysage 13 siècles avant notre époque contemporaine. Du reste, la France compte encore  » 47 millions de baptisés catholiques, dont 10 millions de pratiquants occasionnels et 3 millions de pratiquants réguliers » (source Atlantico : « La France catholique d’aujourd’hui : des pratiquants plus citadins qu’autrefois », Jean Sévillia, 10 Novembre 2015).

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *