toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Conseil constitutionnel : la consultation des sites djihadistes n’est plus un délit


Le Conseil constitutionnel : la consultation des sites djihadistes n’est plus un délit

Le Conseil constitutionnel a déclaré contraire à la Loi fondamentale un article de la loi de juin 2016 sanctionnant le délit de consultation « habituelle » de sites djihadistes, dans une décision publiée aujourd’hui.

C’est l’avocat d’un habitant d’Angers, condamné en septembre dernier à deux ans de prison ferme, notamment pour ce délit, qui avait déposé une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC) à ce sujet. Il estimait que le texte de loi incriminé ne disait pas précisément à partir de quelle fréquence de consultation le délit était constitué et qu’il introduisait une « présomption de mauvaise foi » déduite de la seule consultation.

« Le Conseil constitutionnel a (…) jugé (…) que les dispositions contestées portent à l’exercice de la liberté de communication une atteinte qui n’est pas nécessaire, adaptée et proportionnée », peut-on lire dans un communiqué de l’institution.

Les « Sages » rappellent par ailleurs que la justice comme l’administration française disposent déjà « de nombreuses prérogatives » pour contrôler les sites provoquant au terrorisme ou en faisant l’apologie, réprimer les auteurs de ces délits et surveiller les individus dont la consultation de ces sites révèle « une intention terroriste ».

Loading...

Cette loi « réprime d’une peine de deux ans d’emprisonnement le simple fait de consulter à plusieurs reprises un service de communication au public en ligne, quelle que soit l’intention de l’auteur de la consultation », souligne le Conseil constitutionnel.

Seule la « bonne foi », par exemple de chercheurs ou de journalistes, était prise en compte.

Dans un avis du 5 avril 2012, le Conseil d’Etat avait émis un avis réservé sur cette mesure, déjà envisagée par le législateur.

Il estimait alors que « de telles dispositions portaient à la liberté de communication, dont une protection particulièrement rigoureuse est assurée tant par le Conseil constitutionnel que par la Cour européenne des droits de l’Homme, une atteinte qui ne pouvait être regardée comme nécessaire, proportionnée et adaptée à l’objectif de lutte contre le terrorisme ».

Le texte de loi punissait « le fait de consulter habituellement un service de communication au public en ligne mettant à disposition des messages, images ou représentations soit provoquant directement à la commission d’actes de terrorisme, soit faisant l’apologie de ces actes lorsque, à cette fin, ce service comporte des images ou représentations montrant la commission de tels actes consistant en des atteintes volontaires à la vie ».

Source

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Le Conseil constitutionnel : la consultation des sites djihadistes n’est plus un délit

    1. FILOUTHAI

      Bientôt consulter des sites pédophiles sera récompensé par la légion d’honneur.
      Je connais d’anciens ministres de la culture qui frémissent déjà… de la rondelle…

    2. birgeval

      Le fait de consulter un site ne fait pas de celui ci un militant de ce site,alors il n’y a que les journaleux et les chercheurs qui peuvent s’informer!!!
      Aprés Europe Israel;Dreuz Info je vais également consulter l’obs,libé ou le figaro JE M’INFORME et je fais le tri ça s’appelle la liberté d’information
      Maintenant si considérer un visiteur de site comme manipulable ou influençable
      alors il faut supprimer le droit de vote puisque tous les électeurs sont des C…S

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *