toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Kamel Daoud, iconoclaste ou conformiste ? Par Jean-Pierre Lledo


Kamel Daoud, iconoclaste ou conformiste ? Par Jean-Pierre Lledo

OPINION

Je viens de tomber sur un article écrit il y a quelques mois par Kamel Daoud[1]. Il y est question d’Israël, de la Palestine et du monde arabe. Malgré des efforts pour se désengluer de la logomachie arabe à l’endroit d’Israël, cet écrivain algérien en vogue en France depuis le Goncourt 2015, qui a la réputation de franc parler et même d’iconoclastie, est pourtant un nouvel exemple de l’impuissance de l’intelligentsia du monde arabe (hormis quelques rares dissidents) que j’avais analysé par ailleurs[2], et qui fait que même les meilleurs d’entre eux qui tentent d’entamer l’unanimisme ambiant national-islamiste, se croient obligés de s’affirmer contre Israël…

Cliquez sur l’image pour acheter ce livre

D’un côté, l’écrivain tient à exhiber son émancipation en posant de vrais questions genre : ‘’pourquoi je dois me sentir coupable, malheureux, lâche, impuissant ou en colère quand on emprisonne Arafat et pas quand on met derrière les barreaux Aung San Suu Kyi ?’’, puis même en y apportant une réponse aussi vraie : ‘’ Ce pays (Israël) nous soude entre nous, nous malmène, fait contrepoids à nos nationalismes à l’hélium, rend caduques nos décolonisations respectives’’.

Mais pour s’autoriser cette éphémère liberté, il lui aura fallu, dans la phrase précédente, passer à la caisse : ‘’Israël est devenu une nécessité après avoir été un viol’’. Ou plus loin : ‘’Israël n’est donc pas seulement une histoire de colonisation impérialiste’’

Daoud honore ainsi une allégeance communautaire qui me fait dire que dans le monde arabo-musulman, le tabou des tabous, pierre fondatrice de toutes les sortes d’unanimismes, est bien les Juifs et dans la version soft des intellectuels, ou des politiciens qui veillent à ne pas passer pour des antisémites, Israël…

Ce faisant, l’écrivain ne peut qu’échouer dans sa prétention à se libérer du discours dominant.

Il y a 35 ans, celui qui fut le 1er président de la république algérienne, Ahmed Ben Bella avait dit sans détour : ‘’Nous n’accepterons jamais ce corps étranger dans notre région. Israël est un véritable cancer greffé sur le monde arabe… Ce que nous voulons nous autres Arabes, c’est être et nous ne pouvons être que si l’autre n’est pas…’’ [3].

Or en affirmant qu’ ‘’Israël (est) une histoire de colonisation impérialiste’’, Daoud ne fait qu’actualiser le discours de son patriarche oranais…

Rompre avec ce type de stéréotypes, hormis le courage intellectuel et physique, nécessiterait d’abord que ces intellectuels apprennent un peu d’histoire, l’histoire du peuple juif et de son obsession à retrouver sa patrie qui n’a pu commencer à se réaliser qu’après la fin concomitante du dernier empire musulman et du Califat…

Et si ce n’est pas trop demander, l’histoire aussi de l’islam, ce qui donnerait à comprendre à Daoud que l’évènement fondateur de cette religion n’est pas tant les visites assidues de l’Ange Gabriel, que le refus des Juifs d’Arabie de se soumettre au nouveau dogme, refus qui leur valu d’être décapités par centaines de la main même de Mahomet, à la manière donc du Daech, l’Arabie ayant été juive et chrétienne, au moins en partie, avant d’être islamisée par la force des armes.

Learn Hebrew online

Mais qui peut le plus pouvant le moins, je me contenterais de demander à Daoud, né dans la ville de mon enfance, Oran, si avant de s’attaquer à de si grands problèmes, manifestement encore trop grands pour lui, il ne pourrait pas commencer par rompre le silence sur ce qui se passa dans notre ville, le 5 Juillet 1962, le jour même de l’indépendance algérienne, je veux parler du plus grand massacre de toute la guerre d’Algérie…

Ah, s’il nous disait comment et pourquoi durant plusieurs jours on tua, éventra, décapita, defoetusa, près d’un millier de Juifs et de Chrétiens, voire même de ‘’traitres’’ musulmans, jetés ensuite dans un lac à la périphérie, où aujourd’hui continuent de tournoyer les oiseaux de proie, alors là, oui, on pourrait parler d’iconoclastie…

© Jean-Pierre Lledo, cinéaste, pour Europe Israël News

Le 21 Février 2017

[1] Israël et les dix mille Ismaël, par Kamel Daoud 26.10.16. http://www.lacauselitteraire.fr/israel-et-les-dix-mille-ismael-par-kamel-daoud

[2] Le monde arabe face à ses démons : nationalisme, islam et Juifs. JP Lledo. Colin 2013.

[3] Interview réalisée par André Soussan in Politique internationale, été 1982 (‘’Tous contre Israël’’),

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Kamel Daoud, iconoclaste ou conformiste ? Par Jean-Pierre Lledo

    1. Circonstances exténuantes

      Il serait temps de dire à tous ces intellos de retirer la poutre de leurs yeux au lieu de toujours voir le mal chez les autres. Il parle de décolonisation alors qu’il est dans le camp des plus grands colonisateurs de la planète. Leur force, c’est qu’ils ont réussi à faire passer pour naturelle l’occupation islamique de presque tout le contour de la méditerranée. On a tous oublié qu’ils ont chassé un bon million de Juifs en leur volant leurs biens, et fait reculer tout ce qui ne voulait pas devenir musulman. Les Kabyles, Berbères, et autres, n’ont jamais eu droit à l’indépendance.
      En termes soigneusement posés, ils veulent tout prendre, tout coloniser, tout dominer, sinon, ça devient un viol, une frustration qui s’explique par n’importe quoi sauf par leur intolérance ou le totalitarisme de leur vision du monde, divisé comme chacun sait en deux : la partie où tout baigne dans l’huile, donc musulmane, et la partie qui reste pour eux une provocation, autrement dit le monde libre, ou Israël, bref toute terre non soumise au dogme de l’islam.
      Que de raisonnements tordus les musulmans et leurs intellos n’avancent-ils pas pour justifier leur conquête des démocraties européennes. « Vous nous avez colonisés, puis rendu nos terres, maintenant donnez-nous les vôtres ».
      Leur petitesse d’esprit et leur mensonge leur interdisent de comprendre que le Juif n’est pas un occupant, mais le propriétaire qui rentre chez lui. Sûr que ça déplait aux squatters.

    2. Tamara

      Et bien voilà je comprends mieux : lorsque Phlippe Val vient à la tribune la Grande Librairie parler du Judaïsme et des Grands Juifs qui ont toujours été discriminés , le visage de Kamel Daoud est resté fermé et haineux, à l’instar des deux Meklat et Braoud!!!!!!!!!!!!! Seul Eric Emmanuel Schmit a confirmé et appuyé le discours de PH. Val. Trop triste!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *