toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Shovrim Shetika (Breaking the Silence), le gauchiste israélien, qui soutien le terrorisme palestinien


Shovrim Shetika (Breaking the Silence), le gauchiste israélien, qui soutien le terrorisme palestinien

Shovrim Shetika (Breaking the Silence) se présente comme une organisation aux buts louables et moraux qui vise à dénoncer les « violations de l’éthique militaire de Tsahal ».

Elle bénéficie du soutien appuyé des partis et organisations d’extrême gauche et elle est un interlocuteur recherché et privilégié dans les forums internationaux, alimentant à souhait la haine antisémite et les campagnes de délégitimation et de boycott d’Israël.

Bien que toute personne lucide se rende compte qu’il ne s’agit que d’une façade et que cette organisations est mue par des objectifs politiques, il fallait encore que la démonstration en soit faite de l’intérieur. C’est fait.

Une investigation réalisée par des enquêteurs de l’organisation Ad Kan a permis de prendre en flagrant délit Nadav Weiman l’un des dirigeants de Shovrim Shetika. Ce responsable qui prétend défendre l’éthique a tout bonnement justifié le terrorisme anti-israélien:

Loading...

« S’il y a un Etat qui occupe votre pays, l’endroit où vous habitez, vous avez le droit de combattre l’occupant avec des moyens violents mais seulement contre les soldats et les policiers. Si vous poignardez un soldat à un point de contrôle, il ne s’agit pas d’un acte terroriste »!

Hormis le fait qu’il s’agit de propos abjects traduisant une haine de soi profonde, ces déclarations n’ont absolument aucun lien avec les buts affichés de Shovrim Shetika.

Les deux enquêteurs d’Ad Kan ont réussi à s’infliltrer durant plusieurs mois dans des groupes guidés par cette organisation et ont ramené des témoignages hallucinants sur la manière dont les activistes de Shovrim Shetika nourissent ces groupes – israéliens comme étrangers – de propagande haineuse.

Après la diffusion de ces documents sur la chaîne Aroutz 20, le ministre de la Sécurité intérieure Guilad Erdan a réagi: « Nous voyons aujourd’hui de la manière la plus claire que cette organisation méprisable ne se contente pas seulement de calomnier Tsahal et Israël à l’étranger mais qu’elle justifie également l’assassinat de soldats ou de policiers israéliens! »

De son côté, le ministre de l’Education Naftali Benett, qui connait pourtant bien le problème s’est dit « consterné »: « Je ne pouvais pas imaginer que cela puisse aller aussi loin. En tant que citoyen, en tant que ministre de l’Education, en tant que soldat et officier, je me sens le devoir de servir dans Tsahal et d’aimer mon pays ».

Le ministre a rajouté que ces révélations apportent une justification supplémentaire à sa volonté d’inscrire dans la loi l’interdiction pour Shovrim Shetika et des organisations similaires d’intervenir dans les établissements scolaires.

Source

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “Shovrim Shetika (Breaking the Silence), le gauchiste israélien, qui soutien le terrorisme palestinien

    1. HS

      J’ai l’impression que ce sont des arabes déguisés en juifs. Si ce n’est pas ça, je pense qu’ils doivent être super bien payés. Les arabes et les européens s’en chargent. Les traîtres ont toujours fonctionné de la sorte

    2. Elia

      Ils intervenaient aussi dans les établissements scolaires ?
      C’est super un pays aussi insouciant en démo-CRassie, alors, ils ont pu faire ce qu’ils voulaient jusqu’à maintenant.
      C’est bizarre quand même que les politiques se soient réveillés, ils ont du subir beaucoup de bruit !

    3. sergeb

      Conflit israélo-palestinien

      Alors que le Canada était « traditionnellement campé dans un rôle de médiateur depuis l’époque du premier ministre libéral Lester B. Pearson», le gouvernement Harper a abandonné cette position dans le conflit israélo-palestinien et s’est résolument rangé au côté d’Israël301.

      Au début du conflit israélo-libanais de 2006, M. Harper affirme qu’« Israël a le droit de se défendre » et que « la réponse israélienne a été mesurée vu les circonstances ». Cette déclaration suscitant de la controverse au Canada, le Premier ministre réitère son appui à la position israélienne, tout en prônant un cessez-le-feu et en appelant les deux parties à faire preuve de retenue Interrogé sur la situation au Liban et à Gaza, il affirme : « Nous voulons tous encourager non seulement un cessez-le-feu, mais une résolution. Et une résolution sera atteinte uniquement lorsque tout le monde s’assoira à la table et que chacun admettra […] la reconnaissance de l’autre », faisant ainsi référence au refus du Hezbollah et du Hamas de reconnaître le droit d’Israël à l’existence. M. Harper attribue aussi au Hezbollah la responsabilité des morts de civils des deux côtés : « L’objectif du Hezbollah est la violence, a-t-il affirmé. Le Hezbollah croit que par la violence […] il peut amener la destruction d’Israël. La violence ne mènera pas à la destruction d’Israël […] et le résultat inévitable de la violence sera principalement la mort de personnes innocentes. »

      Décidé à soutenir Israël « quel qu’en soit le prix», le gouvernement Harper considère toute critique de la politique israélienne comme de l’antisémitisme et met tout en œuvre pour supprimer le financement public d’événements ou d’organismes qui dérogent à sa ligne de conduite.

    4. leon

      une loi devtrai etre votee pour ce debarasser de c’est chien de traites vendus aux arabes c’est enfoirer de Shovrim Shetika ou les fusiller en tant que traite ou les expluser en syrie ou caza

    5. Aaron

      Je reproche certaines choses à Breaking the Silence. Mais la haine dont ils sont les objets en Israël et sur ce site est un scandale. C’est une haine propagée par des gens qui essaient d’étouffer ce qui, en Israël, rend vivant la démocratie et les valeurs démocratiques. C’est un combat mené par une droite israélienne malheureusement de plus en plus extrême et dure. Cette droite israélienne est en train d’essayer d’étouffer son opposition, et donc d’étouffer la démocratie du pays. Il y a beaucoup de grandes choses, beaucoup de choses et beaucoup de gens admirables qui sont aujourd’hui qualifiés de « traîtres » en Israël. Ou alors, si ils ne sont pas qualifiés de « traîtres », on essaie de les délégitimer, de faire croire qu’ils sont passés à l’ennemi. Par exemple, c’est ce qui est lancé au journal le plus sérieux d’Israël, Haaretz. C’est ce qui est lancé au Président de l’Etat, Reuven Rivlin, simplement parce qu’il condamne le racisme ! C’est ce qui est lancé contre la Cour Suprême, simplement parce qu’elle applique le droit israélien – ce droit israélien qui s’oppose à la violence des colons, par exemple, ou à la mainmise des religieux sur la vie des gens ! C’est ce qui est lancé contre les grands écrivains d’Israël, qui brillent par leur intelligence et que les aboyeurs, évidemment, sont incapables d’apprécier ou de simplement lire. Bref, l’accusation de traîtrise n’est pas nouvelle. C’est une accusation que portent toujours les extrémistes de droite : Churchill a été qualifié de traître par les siens quand il s’est séparé de colonies britanniques. De Gaulle a été qualifié de traître par les siens quand il a quitté l’Algérie. Lincoln a été qualifié de traître par les siens quand il a mis fin à l’esclavage. Etc, etc.

      On n’est pas obligé d’être toujours d’accord avec Breakiing the Silence. Mais les qualifier de traîtres, parce qu’ils sont hyper-rigoureux sur le respect des Droits de l’Homme, parce qu’ils se dressent contre la moindre de leurs violations (même si parfois ils peuvent donner une fausse idée de leur importance), et dans le même temps se taire, rester silencieux ou ne rien dire contre l’extrémisme rampant de la droite israélienne, être passif par exemple dans vos articles contre la violence des colons qui frappent et agressent (en se masquant comme récemment) des volontaires étrangers qui ne font qu’escorter des agriculteurs palestiniens pour qu’ils ne se fassent pas agresser par des extrémistes israéliens (escorte qu’ils font sans aucune violence, ce qui est leur droit, quoi que l’on pense du conflit dans les territoires, et même si moi-même je ne supporte pas ces volontaires étrangers qui ont une vision simpliste du conflit), être passif devant tous ces gens à droite par exemple qui défendent le criminel Elor Azaria qui a abattu un terroriste neutralisé et qui, en faisant cela, s’en prennent aux valeurs de l’armée d’Israël elle-même !! car l’armée est la première à défendre le respect des lois de la guerre, eh bien faire tout cela ne peut être fait que par des gens qui ne sont mûs que par le nationalisme le plus idiot, toujours à deux doigts du crime, sans aucune conscience morale.

      Breaking The Silence, qui se trompe souvent d’après moi, est quand même une organisation hautement respectable, car elle a l’obsession du droit des gens et des lois de la guerre au coeur, et ce sont ses opposants qui devraient avoir honte, ce sont eux qui abaissent et défigurent Israël, car ils veulent réserver la démocratie israélienne à ceux qui ne l’aiment pas, et la priver de ceux qui l’aiment.

      Par exemple, : c’est la même haine qui vise le grand journal Haaretz, la m

    6. Aaron

      Je reproche certaines choses à Breaking the Silence. Mais la haine dont ils sont les objets en Israël et sur ce site est un scandale. C’est une haine propagée par des gens qui essaient d’étouffer ce qui, en Israël, rend vivant la démocratie et les valeurs démocratiques. C’est un combat mené par une droite israélienne malheureusement de plus en plus extrême et dure. Cette droite israélienne est en train d’essayer d’étouffer son opposition, et donc d’étouffer la démocratie du pays. Il y a beaucoup de grandes choses, beaucoup de choses et beaucoup de gens admirables qui sont aujourd’hui qualifiés de « traîtres » en Israël. Ou alors, si ils ne sont pas qualifiés de « traîtres », on essaie de les délégitimer, de faire croire qu’ils sont passés à l’ennemi. Par exemple, c’est ce qui est lancé au journal le plus sérieux d’Israël, Haaretz. C’est ce qui est lancé au Président de l’Etat, Reuven Rivlin, simplement parce qu’il condamne le racisme ! C’est ce qui est lancé contre la Cour Suprême, simplement parce qu’elle applique le droit israélien – ce droit israélien qui s’oppose à la violence des colons, par exemple, ou à la mainmise des religieux sur la vie des gens ! C’est ce qui est lancé contre les grands écrivains d’Israël, qui brillent par leur intelligence et que les aboyeurs, évidemment, sont incapables d’apprécier ou de simplement lire. Bref, l’accusation de traîtrise n’est pas nouvelle. C’est une accusation que portent toujours les extrémistes de droite : Churchill a été qualifié de traître par les siens quand il s’est séparé de colonies britanniques. De Gaulle a été qualifié de traître par les siens quand il a quitté l’Algérie. Lincoln a été qualifié de traître par les siens quand il a mis fin à l’esclavage. Etc, etc.

      On n’est pas obligé d’être toujours d’accord avec Breakiing the Silence. Mais les qualifier de traîtres, parce qu’ils sont hyper-rigoureux sur le respect des Droits de l’Homme, parce qu’ils se dressent contre la moindre de leurs violations (même si parfois ils peuvent donner une fausse idée de leur importance), et dans le même temps se taire, rester silencieux ou ne rien dire contre l’extrémisme rampant de la droite israélienne, être passif par exemple dans vos articles contre la violence des colons qui frappent et agressent (en se masquant comme récemment) des volontaires étrangers qui ne font qu’escorter des agriculteurs palestiniens pour qu’ils ne se fassent pas agresser par des extrémistes israéliens (escorte qu’ils font sans aucune violence, ce qui est leur droit, quoi que l’on pense du conflit dans les territoires, et même si moi-même je ne supporte pas ces volontaires étrangers qui ont une vision simpliste du conflit), être passif devant tous ces gens à droite par exemple qui défendent le criminel Elor Azaria qui a abattu un terroriste neutralisé et qui, en faisant cela, s’en prennent aux valeurs de l’armée d’Israël elle-même !! car l’armée est la première à défendre le respect des lois de la guerre, eh bien faire tout cela ne peut être fait que par des gens qui ne sont mûs que par le nationalisme le plus idiot, toujours à deux doigts du crime, sans aucune conscience morale.

      Breaking The Silence, qui se trompe souvent d’après moi, est quand même une organisation hautement respectable, car elle a l’obsession du droit des gens et des lois de la guerre au coeur, et ce sont ses opposants qui devraient avoir honte, ce sont eux qui abaissent et défigurent Israël, car ils veulent réserver la démocratie israélienne à ceux qui ne l’aiment pas, et la priver de ceux qui l’aiment.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *