toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Petit guide de la désinformation en quatre leçons…


Petit guide de la désinformation en quatre leçons…

Les médias qui disaient douter des informations émanant des réseaux sociaux s’empressent de les valider, quand celles-ci viennent de leur famille de pensée.

« Donald Trump s’en prend à une icône des droits civiques. » Ce titre du Figaro vous laisse supposer que le nouveau président a stigmatisé sans raison un Noir, ami de Martin Luther King. Sauf que le « sans raison » est de trop.

Si le New-Yorkais a tweeté, c’est parce que John Lewis a averti qu’il ne reconnaissait pas le futur président et, donc, qu’il n’assisterait pas à son investiture. Trump a alors répliqué :

« Il ferait mieux de passer du temps à s’occuper de sa circonscription, qui est dans une terrible situation et qui se délite – sans parler d’être infestée par le crime -, plutôt que de se plaindre à mauvais escient des résultats de l’élection. Paroles, paroles, paroles. Pas d’action ni de résultats. Triste ! »

Première leçon : si un de vos adversaires vous critique, il est interdit de riposter surtout si celui-ci, contrairement à vous, est une icône du politiquement correct…

Loading...

Deuxième exemple, en France cette fois-ci : alors qu’il est en visite dans le Nord, Emmanuel Macron s’en prend au FN et commente « Vous suivez un parti qui vous ment », précisant être le rempart contre ce parti qui porte « la haine… et attise les peurs ». Il assure, néanmoins, respecter ses électeurs. Le FN est haïssable mais pas ceux qui votent pour lui : quelques millions de voix, c’est toujours bon à prendre.

Mais le plus critiquable est sa caricature des mineurs : « L’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés dans le bassin minier. Tout comme l’échec scolaire. » Une phrase pour le moins dégradante… Mais si TF1 a couvert la visite de Macron à Hénin-Beaumont et son succès du meeting de Lille, rien concernant l’information sur l’alcoolisme des « Chtis ».

Deuxième leçon : quand les paroles d’un personnage adoubé par le système sont sujettes à caution, le politiquement correct, sans vergogne, les efface.

Mais revenons aux USA : Chris Cox, fondateur des « Bikers for Trump », association de motards ayant soutenu le milliardaire, a appelé ses membres à ériger un « mur vivant » pour protéger les Américains qui assisteront à l’investiture du 20 janvier. Cette communauté compte des centaines de milliers de membres partout aux États-Unis, principalement dans les États du Texas, de Floride, de Pennsylvanie, de l’Ohio et de New York. Nombreux sont ceux qui se disent prêts à assister à la cérémonie qui se tiendra à Washington. Vous n’en trouverez pas un mot dans les médias français, alors qu’il suffit d’ouvrir son poste ou de lire la grande presse pour tout savoir des manifestations anti-Trump.

Troisième leçon : entre deux informations concernant un même sujet, la bien-pensance privilégiera évidemment celle favorisant les « progressistes », en supprimant l’autre au besoin.

Dernier épisode, toujours aux États Unis : le site BuzzFeed a accusé Trump d’être un agent russe, et a même déclaré — en précisant qu’ils n’avaient pas pu vérifier l’information — qu’une « sextape » de Trump avec des prostituées russes serait aux mains de Poutine. On sait, depuis, que c’était un faux grossier. Pour sa défense, Ben Smith, le rédacteur en chef, a expliqué qu’il laissait le soin aux Américains de se faire une opinion. Comme si le citoyen américain avait plus de renseignements entre les mains pour se forger un avis que les services secrets.

Learn Hebrew online

Quatrième leçon : en calomniant le futur président, ils créent une suspicion qui suscitera la défiance, même si un démenti des faits a été ultérieurement publié.

On le voit, les grands médias qui disaient douter des informations émanant des réseaux sociaux s’empressent de les valider, quand celles-ci viennent de leur famille de pensée.

Source

Loading...






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Petit guide de la désinformation en quatre leçons…

    1. ralph

      Les propriétaires des média doivent vendre leurs journaux ou avoir un forte audience parmi les téléspectateurs . Peu importe comment ils atteindront leurs buts.
      Les journalistes qui travaillent pour eux devront suivre leurs directives et
      oublier la déontologie professionnelle.
      On assiste par conséquent de plus en plus à des informations imprécises, biaisées, déformées, tronquées, voire fausses pour plaire à la majorité de leurs lecteurs ou téléspectateurs peu importent les conséquences .

    2. N. Hervé

      Comme si cela ne se pratiquait que d’un côté !
      Est-ce que je ne lis pas ici « Obama le pire président de ces 100 dernières années » ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *