toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La politique migratoire d’Angela Merkel fustigée dans son propre parti : Erika Steinbach claque la porte


La politique migratoire d’Angela Merkel fustigée dans son propre parti : Erika Steinbach claque la porte

.

Alors que la chancelière brigue un quatrième mandat dans des conditions difficiles, la CDU peine à contenir la grogne. Erika Steinbach, après 43 ans de fidélité au parti, a claqué la porte, fustigeant l’accueil massif de migrants et ses conséquences.

C’est un nouveau coup dur pour Angela Merkel, qui n’avait pas été investie en décembre 2016 par son parti avec la même unanimité que par le passé.

Erika Steinbach, député de la CDU (Union démocrate chrétienne) a claqué la porte du parti et désavoué la politique migratoire de la chancelière : «Merkel, ça lui est égal ce que veut son parti», a-t-elle lâché dans une interview au quotidien allemand Die Welt.

Un désaveu qui n’est pas anodin : la femme politique était jusque-là porte-parole chargée des droits de l’homme du parti conservateur allemand.

Et un compagnon de route de longue date d’Angela Merkel. Pas moins de 43 ans passé au sein de la CDU pour cette femme de 73 ans. «Voterais-je aujourd’hui pour la CDU ? Rejoindrais-je la CDU ? Non. Je ne peux qu’en tirer la conclusion honnête selon laquelle je me dois de quitter» le parti, a-t-elle fait savoir.

L’unité de la CDU derrière Angela Merkel menacée ?

En cause, la politique d’immigration de masse et d’accueil illimité de réfugiés de la chancelière en 2014, qui a provoqué un appel d’air d’envergure à travers le continent européen et en Europe centrale en particulier, le long de la «route des Balkans», avec des conséquences en matière de sécurité qu’Erika Steinbach déplore : «Au Bureau fédéral de l’immigration, des milliers et des milliers de passeports ont été identifiés comme étant falsifiés», dénonce-t-elle dans le Welt, «sans que les migrants concernés n’en supportent les conséquences», précise-t-elle, accusant même le gouvernement d’Angela Merkel d’avoir volontairement encouragé l’immigration : «Il y a une volonté politique derrière tout ça».

La campagne s’annonce difficile pour Angela Merkel, les attentats de l’été 2016 et l’attaque du marché de Noël de la place Breitscheid à Berlin ont profondément choqué l’opinion, confrontée au réel, et changé la donne. Angela Merkel a même dû effectuer un revirement à 180 degrés, admettant des erreurs mais tout en fustigeant les positions anti-immigration de l’AfD (Alternative pour l’Allemagne).





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La politique migratoire d’Angela Merkel fustigée dans son propre parti : Erika Steinbach claque la porte

    1. Claire

      Malgré la grogne en Allemagne, consécutive aux centaines d’agressions sexuelles de la Saint Sylvestre 2015 à Cologne, et aux agressions diverses un peu partout depuis, Merkel persiste et signe. Comme le pape François, elle accorde la préférence aux étrangers porteurs d’autres civilisations et religions par rapport aux Européens d’origine. Nous commençons à voir arriver en France les « migrants » afghans refusés par l’Allemagne, la crème probablement, encore des « chances pour la France »!
      Il est évident que tout cela relève d’une idéologie mondialiste pro-migrants, pro-islam parfaitement calculée et voulue. Il n’est que de voir Macron se précipiter pour voir Merkel!
      Ce qui est inquiétant en Allemagne, c’est que, pour l’instant, elle ne semble pas avoir de véritable opposition susceptible de la mettre en danger et qu’elle risque fort d’être réélue, pour la 4ème fois. Quand il s’agit de Poutine, on le traite de dictateur, quand il s’agit de Merkel, c’est de la démocratie. Vérité en-deçà, mensonge au-delà….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    122 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap