toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

I. Rioufol: l’effet Trump, ou la fin des bons sentiments


I. Rioufol: l’effet Trump, ou la fin des bons sentiments

Donald Trump, éreinté par les prêcheurs d’amour, en devient estimable. La gauche morale, qui refuse de se dire vaincue, dévoile l’intolérance qu’elle dissimulait du temps de sa domination. Cette semaine, les manifestations anti-Trump se succèdent à Washington, où le président prête serment ce vendredi. La presse ne cache rien de la répulsion que lui inspire celui qui a gagné en lui tournant le dos. Les artistes de variétés se glorifient de ne vouloir chanter pour lui. Des stylistes de mode font savoir qu’ils n’habilleront pas la First Lady, Melania. Des peintres demandent à Ivanka, la fille, de décrocher leurs œuvres de son appartement. Au pays de la démocratie, le choix du peuple et des grands électeurs est refusé par une caste convaincue de sa supériorité. Une victoire de Marine le Pen, en mai, aurait les mêmes effets en France, en plus violent sans doute. Le sectarisme des prétendus bienveillants montre leur pharisaïsme. Les masques n’ont pas fini de tomber.

La gauche morale, qui refuse de se dire vaincue, dévoile l’intolérance qu’elle dissimulait du temps de sa domination.

C’est un monde ancien qu’enterre Trump à la Maison-Blanche : celui des bons sentiments étalés et des larmes furtives, alibis des lâchetés. La vulgarité du cow-boy mégalomane et son expression brutale ne suffisent pas à le disqualifier. D’autant que ses procureurs se ridiculisent. Le mondialiste George Soros, qui avait parié sur la frayeur des marchés, aurait perdu près d’un milliard de dollars. En quelques tweets, Trump a obtenu que Ford annule un projet d’usine au Mexique au profit d’un investissement dans le Michigan. Fiat-Chrystler va également rapatrier une production de véhicules. General Motors promet d’investir un milliard de dollars. Carrier (climatiseurs) va sauver 1 000 postes. Amazon annonce 100 000 emplois et Walmart 10 000. L’effet Trump s’est déjà mis en branle. L’éléphant va casser de la porcelaine. Mais la révolution des œillères, ôtées grâce à lui, est à ce prix.

Il va être difficile, pour les orphelins de l’obamania et les pandores du bien-pensisme, de faire barrage à l’insurrection populaire qui s’exprime, faute de mieux, derrière ce personnage instinctif.

[…]

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “I. Rioufol: l’effet Trump, ou la fin des bons sentiments

    1. Claire

      Ivan Rioufol, toujours aussi fin analyste. Effectivement la gauche moralisatrice tombe le masque et ce qui est révélé en-dessous n’est guère appétissant: un marigot bourré de crocodiles prêts à dévorer tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
      Mais Trump devrait être un bon chasseur de crocodiles!

    2. yacotito

      Merci pour cet article, M.Rioufol.
      Ce qui est stupefiant, c’est que ceux qui pretendent defendre les principes de la démocratie sont les premier à passer outre quand ils ne lui sont pas favorables.
      Cela montre la profonde hypocrisie de l’âme humaine.

      Puisse l’effet Trump faire réagir nos sociétés civiles lors des prochaines échéances électorales. Le problème restera bien sûr de trouver un candidat à la hauteur et de ne pas à avoir à choisir pour le moins pire, comme il est coutume dans ce pays

    3. blum

      Cher Ivan Rioufol, c’est précisément un « personnage instinctif », ( je dirais plutôt : patriote, ) comme D. Trump , que beaucoup de Français — peu importe leurs appartenances particulières— cherchent, en vain, parmi le personnel politique français.
      Il n’en émergera certainement pas un des primaires de la gauche, non-évènement que je viens de voir rappelé, sur le fil-info de Dreuz de ce jour: je l’avais complètement oublié!

    4. pelegrino

      Charité bien ordonnée commence par soi-même …Si les riches pays arabes s’occupaient de leurs malheureux frères des pays du tiers monde au lieu d’acheter des immeubles en Europe , il n’y aurait pas de pauvres migrants fuyant la misère et la peur.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap