toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Exclusif : Hillary Clinton a reçu plus de 800 000 votes illégaux de non américains pendant l’élection présidentielle


Exclusif : Hillary Clinton a reçu plus de 800 000 votes illégaux de non américains pendant l’élection présidentielle

Hillary Clinton a reçu plus de 800 000 votes illégaux de non-citoyens des États-Unis, selon une recherche universitaire.

Une étude menée par le politologue Jesse Richman de l’Université Old Dominion en Virginie a révélé que 6,4 pour cent des 20 millions de non-citoyens qui résident aux États-Unis ont voté à l’élection présidentielle de novembre.

Il a ensuite extrapolé ces résultats à l’appui de chaque candidat à la présidentielle, estimant que Clinton aurait reçu 81% de soutien de non-citoyens, et donc a recçu 834 000 de votes supplémentaires.

Le nombre de 834 000 est assez important pour avoir influencé des résultats en faveur de Clinton, y compris le New Hampshire, le Nevada et le Maine, dont Clinton a remporté par des marges de moins de 3 pour cent.

Loading...

Il aurait également réduit la marge de Clinton sur la victoire dans le vote populaire, qu’elle a gagné par 2.8 millions en dominant des centres cosmopolites tels que New York et la Californie.

Mercredi, le président Donald Trump a déclaré qu’il ouvrirait une « enquête majeure sur la fraude électorale », promettant de « renforcer les procédures de vote« .

Il s’est déjà interrogé sur le vote populaire en faveur d’Hillary Clinton « si vous déduisez les millions de personnes qui ont voté illégalement. », faisant référence aux votes de personnes décédées ou aux personnes qui ont votées dans deux états.

Cependant, Richman rejette la théorie de Trump, en déclarant dans son journal qu’il n’était « pas du tout plausible que les votes de non-citoyens représentent l’ensemble de la marge de vote populaire nationale détenue par Clinton« .

Dans la perspective de l’élection, un certain nombre de villes démocratiques auraient augmenter les droits de vote des non-citoyens dans le but de renforcer davantage les titulaires démocrates.

Le Parti démocratique a longtemps été en faveur de l’augmentation du droit de vote pour les non-citoyens, ainsi que les criminels, en sachant que ces groupes sont plus susceptibles de voter démocrate plutôt que républicain.

Learn Hebrew online

Jo Golan pour Europe Israël

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Exclusif : Hillary Clinton a reçu plus de 800 000 votes illégaux de non américains pendant l’élection présidentielle

    1. Filouthai

      Des fraudes en faveur d’Hillary « la Pourrie », à part les médias français et les gens de goooooche, tout le monde s’en doutait.

    2. michel boissonneault

      c’est impossible car les Démocrates sont honnête a 100% ….franchement les traiter de tricheur est mauvais surtout Hillary est une Sainte car elle a fait un miracle avec 800 000 votes ….. mes sources sont bonne car mon ami soros le confirme
      soros est l’ami de tous……
      SVP pour sarcastique seulement

    3. sergeb

      RELATION ENTRE ISRAËL ET CLINTON
      Les nouveaux e mails de la candidate démocrate donne un aperçu des relations officieuses entre les des 2 pays

      Une conversation « très dure » entre l’ancien secrétaire d’État Hillary Clinton et le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, ou encore l’objectif de Tzipi Livni de faire tomber le gouvernement israélien… voici quelques-unes des petites histoires révélées par le dernier lot d’ e mails de Hillary Clinton, publiés samedi sur le site de Ynet.

      Les 562 nouveaux messages publiés ce week-end sont le dernier lot d’e mails envoyés à partir du serveur privé d’Hillary Clinton alors qu’elle était encore secrétaire d’État. S’ils ne devraient pas l’embarrasser davantage que les messages précédents qui ont été publiés, ils offrent un aperçu révélateur des discussions sur Israël à la Maison blanche.

      Un e mail avec la transcription d’une conversation entre l’ex-secrétaire d’État Clinton et Netanyahou, présente un titre accrocheur: « Très difficile », mais ne révèle rien de plus, le reste du message semblant avoir été expurgé.

      Un autre e mail évoque la rumeur selon laquelle l’ancien conseiller à la sécurité nationale israélien Uzi Arad a été contraint de démissionner, suite aux soupçons du Shin Bet selon lesquels il aurait fait fuiter des informations sensibles.

      Un autre e mail rapporté par Ynet, envoyé en janvier 2011, est l’œuvre de l’ancien ambassadeur américain en Israël Martin Indyk, et évoque le départ d’Ehoud Barak du parti travailliste et de son impact négatif sur le processus de paix.

      Le diplomate note que le départ de Barak « stabilise la coalition de Bibi et élimine toute influence modératrice », et avertit que l’ex-cheffe de l’opposition Tzipi Livni « a l’intention de renverser le gouvernement ».

      Livni apparaît également dans un autre e mail envoyé à Clinton plus tard en 2011, dans lequel elle met en garde contre les groupes terroristes qui profitent du printemps arabe et qui pourraient exploiter des élections démocratiques potentielles.

      Se référant à un e mail envoyé plus tôt à Clinton, Livni a écrit: « J’ai évoqué ma frustration sur le fait que, dans le cas du Hamas à Gaza et du Hezbollah au Liban, la communauté internationale a limité sa définition de la démocratie à la conduite technique d’un scrutin, et a échoué à insister auprès de ceux qui ont cherché les avantages du processus démocratique, qu’ils en acceptent aussi les principes sous-jacents ».

      « Le résultat, comme vous le savez, a été de donner une certaine légitimité et le pouvoir à des forces qui n’étaient manifestement pas attachées aux principes démocratiques et qui continuent de constituer un danger pour leurs propres sociétés et pour leurs voisins », a poursuivi Livni.

      Un des e mails révèle également l’histoire intrigante, qui pourrait toutefois d’avérer fausse, de l’ex-ambassadeur israélien à Washington Michael Oren, qui a entendu qu’Ehoud Barak aurait tenu une réunion secrète avec le président Barack Obama à la Maison Blanche.

      Oren, qui était lui-même à la Maison Blanche pour une réunion du Conseil national de sécurité, aurait « couru dans le bâtiment pour chercher Barak », avant d’être reconduit en-dehors du bâtiment.

      Répondant à la rumeur, Clinton écrit: « Je doute que cela est arrivé, mais de nos jours, qui sait ??? ».

      L’affaire des e mails de l’ancienne Première dame américaine, qui entache sa candidature depuis des mois, a ressurgi au plus mauvais moment fin janvier, quand la diplomatie américaine a annoncé y avoir trouvé des messages top secret.

    4. sergeb

      Depuis l’été 2015, le département d’État a rendu publiques près de 46.000 pages de courriers électroniques

      Quelque 15% de 551 e mails de l’ex secrétaire d’État américaine Hillary Clinton ont été requalifiés en documents « confidentiels » et « secrets », a indiqué samedi le département d’État, une affaire qui empoisonne la campagne présidentielle de la démocrate et sur laquelle le FBI enquête.

      Comme il y est contraint par la justice, le ministère américain des Affaires étrangères a mis en ligne samedi 551 courriels de son ancienne patronne, soit 1.012 pages de documents envoyés ou reçus depuis une messagerie privée alors que Mme Clinton était en principe tenue d’utiliser un compte gouvernemental.

      Au total depuis l’été 2015, le département d’État a rendu publiques près de 46.000 pages de courriers électroniques sur un total de 55.000 pages qui devraient être toutes publiées d’ici à la fin du mois de février.

      Sur les 551 e mails de samedi, « des portions de 84 documents ont été requalifiées », dont « 81 au niveau confidentiel, soit le niveau le plus bas de la classification » et « trois au niveau secret », a détaillé un responsable ministériel.

      Ce cadre du département d’État a précisé que dans le lot de samedi « il n’y avait aucune requalification top secret », le niveau le plus élevé de la classification dite secret défense.

      Fin janvier, le ministère avait refusé de divulguer le contenu de 22 e mails de Mme Clinton classés a posteriori « top secret ».

      La diplomatie américaine, embarrassée par cette affaire qui touche son ancienne ministre (2009-2013), précise à chaque publication de courriels que la requalification du contenu s’est faite après un épluchage minutieux, a posteriori, et que ces e mails n’étaient pas considérés comme « confidentiels » à l’époque de leur envoi.

      Début février, le FBI a formellement confirmé mener une enquête sur la messagerie privée de Mme Clinton, le parti républicain y voyant la preuve que leur concurrente démocrate était disqualifiée pour briguer la présidence.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *