toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Et pendant ce temps, on parle assez peu des 120.000 euros de « frais de bouche » de M. Macron…


Et pendant ce temps, on parle assez peu des 120.000 euros de « frais de bouche » de M. Macron…

Fillon boit le bouillon, Hamon est un mauvais pion, c’est avec Macron que nous vaincrons, pense la gauche française, forte de ce sondage qui indique le garçon vainqueur, in fine, de Marine le Pon. Pardon, Le Pen.À voir. Les dés ne sont pas (encore) jetés.

La grosse caisse « Penelopegate » a quelque peu couvert, ces derniers jours, de son fracas assourdissant de très sérieux tirs de tromblon sur Macron : deux journalistes, Frédéric Says (France Culture) et Marion L’Hour (France Inter), ont enquêté pendant deux ans dans les couloirs du ministère de l’Économie et des Finances, et leur livre – Dans l’enfer de Bercy, enquête sur ses secrets du ministère des Finances – est assez gênant, pour ne pas dire extrêmement embarrassant. Ils y révèlent que l’ex-ministre Macron, en huit mois, a dépensé 120.000 euros en frais de bouche, c’est-à-dire, à lui seul, 80 % des frais annuels de représentation alloués à l’ensemble de son ministère.

À un jeune ministre réformateur arrivant à la tête d’une institution en faillite, dans un gouvernement faisant naufrage, on aurait pu imaginer la volonté de gravir des montagnes, d’abattre, avec la fougue de son âge, un travail de titan : se levant aux aurores, se couchant à point d’heure. Déjeunant rapidement d’un sandwich pour ne pas perdre de temps, assis d’une fesse sur son bureau tandis qu’on lui présente un dossier. Penses-tu.

Si l’on pose la division, c’est 500 € par jour, week-end compris, qu’il dépense à se restaurer.

Ou, pour le dire autrement, si l’on considère qu’un Ticket-Restaurant vaut en moyenne 7,50 €, c’est 16.000 Français qu’il aurait pu, en lieu et place, sustenter. Bref, soit Macron est un doberman boulimique, soit l’explication est ailleurs, comme le laissent entendre les deux journalistes : dans la nature, par exemple, de ses invités – philosophes, communicants, « amis Facebook », etc. – dont les compétences et les centres d’intérêt semblent très, très éloignés de l’économie ou du budget.

Macron, lui, n’a pas de Penelope, mais il tisse malgré tout sa toile, jour après jour, patiemment, méthodiquement, sous les ors de la République qui flattent et amollissent les cœurs les plus endurcis. Il se met « en marche », telle la tortue de la fable, discrètement, lentement, bien avant tout le monde, en sous-marin, pour l’élection présidentielle. On lit dans une vieille encyclopédie, comme un début d’explication, que le macron est une variété d’escargot de mer.

Si les pièces maîtresses en sont celles qui se découvrent aujourd’hui – Bergé, Attali, Minc, Cohn-Bendit, Kouchner -, on devine que ce réseau n’est pas du genre à se contenter d’un McDo. C’est la gauche Gault et Millau, des déjeuners sans fin de notaire de province qui se flatte d’avoir le bec fin. Ainsi est-il de la politique libérale-libertaire : conservatrice pour les vices.

« Moi, je ne me pose pas la question de savoir avec qui les ministres vont dîner chaque soir, chacun fait ce qu’il veut… on n’est pas dans le domaine des mesquineries budgétaires », a dit, grand seigneur, Michel Sapin, volant au secours d’Emmanuel Macron.

C’est vrai, c’est très laid d’être mesquin. Mais parfois, mon sagouin, le Français qui sue sang et eau au turbin, quand, encore, il a la chance d’en avoir un, devient un brin radin, hein ? Et montre un intérêt certain pour ce que les aigrefins – de quelque bord qu’ils soient – font du butin qu’on appelle « Trésor public » et qui, pardon bien, est aussi et d’abord le sien.

 

Source

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Et pendant ce temps, on parle assez peu des 120.000 euros de « frais de bouche » de M. Macron…

    1. Zayith

      Mazette ! Si son réseau est bien – Bergé, Attali, Minc, Cohn-Bendit, Kouchner – (manquerait plus que Lang et Mitterrand), on n’est presque pas dans le caca !

    2. Claire

      Macron a été adoubé par les grands médias et la finance internationale, donc il est intouchable. Quasiment inconnu il y a trois mois (tout le monde a d’ailleurs oublié qu’il était au gouvernement socialo) il surfe à présent sur la vague des sondages. Si le peuple continue à se laisser berner sans réagir, il est bien capable d’être élu président. Alors là, c’est la fin de notre pays qui ne résistera pas à deux mandats de mondialistes islamo-collabos.

    3. Pinhas

      Ha! oui il plait aux minettes en chaleurs , aux belles mères qui adoreraient avoir un gendre comme lui .
      Belle gueule , beaux costume .

      Mais , mais mais mais mais , mais méfiez-vous c’est un truand .
      EXTRAIT DES  » PAROLES DE  »
      Le dragueur des supermarches – Jacques Dutronc

      Il se passe toujours quelque chose
      Car il fait ce que personne n’ose.
      Pour mieux attraper, pour mieux attraper,
      Pour mieux attraper les mamans,
      Il fait rigoler les enfants.
      Il est plus drôle que bien des pères
      Oui mais il est, oui mais il est,
      Oui mais il est un peu Prosper.
      Il est sympa et attirant
      Mais méfiez-vous : c’est un truand
      Il est sympa et attirant
      Mais méfiez-vous : c’est un truand.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *