toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Effet Trump : Le rapprochement inattendu de la Grande-Bretagne et Israël


Effet Trump : Le rapprochement inattendu de la Grande-Bretagne et Israël

.

Dimanche 15 janvier, la Grande-Bretagne, qui avait un statut de simple observateur et qui n’était représentée que par une délégation de faible rang protocolaire, a refusé de signer la déclaration finale de la Conférence de Paris pour la paix au Proche-Orient, alors que la France avait poussé les ministres des affaires étrangères à adopter des conclusions évoquant l’unité de la communauté internationale en faveur d’une solution politique négociée en vue de la coexistence entre « deux Etats, Israël et la Palestine, vivant côte à côte, en paix et en sécurité ».

Le ministre britannique Boris Johnson, appuyé par ses collègues hongrois, croate, bulgare et tchèque, n’a pas validé le texte. La haute représentante pour la politique étrangère, Federica Mogherini, a donc décidé de ne pas inscrire formellement ce point à l’ordre du jour.

Cette décision, qui semblait alors inattendue, marque un véritable rapprochement entre la Grande-Bretagne et Israël. Dans les faits, il ne s’agit pas de la première main tendue des Britanniques. Le soutien à Israël est répandu dans les rangs des conservateurs actuellement au pouvoir, contrairement aux critiques incessantes d’Israël émises par plusieurs poids-lourds de l’opposition travailliste, dirigée par Jeremy Corbyn. David Cameron a été l’un des amis les plus chaleureux d’Israël en Europe et a soutenu publiquement le pays à plusieurs reprises.

Loading...

Le 29 décembre 2015, la première ministre conservatrice Theresa May a pris ses distances de façon inédite avec le secrétaire d’Etat américain, John Kerry, qui avait fortement critiqué dans un discours « la dérive de la droite israélienne » et le « développement de la colonisation ». « Nous ne pensons pas que se concentrer sur un seul sujet, en l’occurrence les colonies, soit le moyen de parvenir à la paix. Il est clair que le conflit entre les Israéliens et les Palestiniens est extrêmement complexe », a déclaré son porte-parole dans un communiqué. « Nous ne pensons pas non plus qu’il est juste de s’attaquer à un gouvernement qui a été élu démocratiquement », a-t-il ajouté.

Theresa May est largement perçue comme une amie d’Israël. Elle s’y est rendue pour la première fois en 2014 pour rencontrer notamment des experts israéliens en cyber-sécurité. Elle est également proche de la communauté juive anglaise. Dans une série de discours qu’elle avait donnée suite aux attentats terroristes de Paris l’année dernière, elle avait déclaré, de la même façon que l’ancien Premier ministre Manuel Valls : « je n’aurai jamais pu imaginer le peuple juif être trop effrayé pour rester en Grande-Bretagne ».

Sans ses juifs, avait-elle dit, « la Grande-Bretagne ne serait plus la Grande-Bretagne. » Elle avait alors alloué 13,4 millions de livres sterling (15,86 millions d’euros) pour financer la sécurité de la communauté juive en mars 2016.

Le positionnement de la Grande-Bretagne vis-à-vis d’Israël s’inscrit également dans une volonté de resserrer les liens avec les Etats-Unis, son allié privilégié. La « relation particulière » revendiquée par Londres avec Washington constitue effectivement un atout dans le débat politique britannique, encore plus depuis le Brexit.

Par Sarah Perez – ELNET

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Effet Trump : Le rapprochement inattendu de la Grande-Bretagne et Israël

    1. LeClairvoyant

      Faire négocier à des mouvements terroristes qui ne veulent rien d’autre que la haine et la destruction d’Israël, (un état sur le dos et sur le ventre d’Israël) ça va être « coton, coton »

    2. C. Hamon

      Dommage que cet article n’aille pas au fond des choses.

      1°) La défection et le refus de l’Angleterre. A eu pour conséquence de voir disparaître deux signatures au bas de ce document inique autant qu’idiot.

      Ainsi Federica Mogherini, n’ayant pas obtenu l’aval de tous les Pays de l’Union Européenne, ………. A été « OBLIGÉE » de refuser la signature Européenne. Et non pas comme il est dit dans l’article ci-dessus:

      … » La haute représentante pour la politique étrangère, Federica Mogherini, a donc décidé de ne pas inscrire formellement ce point à l’ordre du jour. »

      Ce qui est faux !

      Donc sans la « Signature Européenne » ce document devient « vide de sens » !

      2°) Autre remarque et non des moindres. L’Angleterre doit faire face actuellement aux velléités « Sécessionnistes » de l’Ecosse. Elle doit donc ménager toutes volontés de partitions dans le monde. Il n’est donc pas si évident que ça, pour dire et affirmer qu’il y a une réelle attraction en vers les Juifs et Israël.

      La volonté du Gouvernement Français ainsi que celle de John KERRY. Volonté de nuire à Israël, s’est terminée le « Bec dans l’Eau » … John KERRY a du s’en retourner en rasant les murs.

      François HOLLANDE et Jean-Marc AYRAULT ont cru « Bien naïvement » être capables de résoudre en 1/2 journée, un problème vieux de 70 ans !

      Est-ce cela un Président de la République responsable ?, … Est-ce cela un Ex-Premier Ministre intelligent ?

      La « Solution à deux Etats » ne peut pas être, et en aucune manière un préalable à la PAIX.

      Seuls la démilitarisation, la détermination, l’éducation, le respect de l’autre, la reconnaissance de son voisin, la fraternité et le désir de construire ensemble, et cote à cote, doivent être les préalables à une « Solution à deux Etats » … Pour qu’enfin la PAIX puisse s’installer.

      Voilà pourquoi, l’Europe et la France sont nuisibles à tout règlement pacifique.

    3. MLC

      Les britanniques se tournent vers Israel ? Alors qu’ils n’ont pas mis un veto à la résolution 2334, si la résolution ne mettait pas mon peuple à ce point en danger je vous dirai simplement : LOL

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *