toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Israël innovation : Tal-Ya, le système innovant pour économiser de l’eau, exporté dans 62 pays


[Vidéo] Israël innovation : Tal-Ya, le système innovant pour économiser de l’eau, exporté dans 62 pays

.

Avi Tamir, un Israélien a mis au point un système qui permet d’économiser de l’eau. Exporté dans 62 pays il devrait en vendre l’an prochain plus de 25 millions.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 8 thoughts on “[Vidéo] Israël innovation : Tal-Ya, le système innovant pour économiser de l’eau, exporté dans 62 pays

    1. capucine

      c’est très astucieux car l’eau ruisselle vers la plantation quand il pleut et empêche les mauvaises herbes de pousser en dessous !! chapeau ! il fallait
      y penser !!!

    2. michel boissonneault

      SVP Israel , vender vos innovations uniquement a vos pays ami et que les pays qui vous haissent crève de faim + bravo pour cette invention

    3. Aline1

      Oh Israël pays de mon cœur et de ma fierté.

      Pendant que l’on te cible de tous les côtés : Par les armes et les roquettes, par les tunnels ou s’entassent des cafards vicieux venant égorger des enfants jusque dans leur lit – Par l’ONU, qui ne peut laisser un jour sans une résolution pour te condamner d’ÊTRE, par l’UNESCO, qui fait de même en essayant d’effacer toutes les preuves de ton Histoire et de ton passé…

      Toi, tu continue ton labeur, ayant foi à la vie, tu innoves encore et encore – non seulement pour toi, mais pour le bien de l’Humanité.

      Au lieu de t’en être reconnaissante, elle va te le rendre avec une nouvelle résolution contraignante…Mais continue, tu es pays de mon cœur, mon Héros. Et quoi qu’il arrive, l’important est de « bien faire et laisser dire ».

    4. Jacques B.

      C’est intéressant.

      En tant qu’agronome je ne peux que trouver cette idée bonne, car à la fois toute l’eau provenant des précipitations est récupérée, du moins sur la surface de l’objet, mais il permet aussi d’éliminer les « mauvaises herbes » sans travail ni pesticides.
      – l’eau de la rosée, c’est peanuts en revanche –

      Les producteurs bio, ou les jardiniers, utilisent en général un paillage naturel, qui s’il n’est pas aussi efficace quant au % d’eau utile à la plante, n’a pas l’inconvénient (présenté par cette invention) de concentrer toute l’eau au pied la plante, ce qui n’est pas optimal puisque cela oblige les racines de ladite plante à se concentrer à cet endroit, avec deux inconvénients : 1/ l’enracinement est moins solide, et la plante avec et 2/ tout le potentiel agronomique du sol n’est pas exploité.
      De plus, c’est un objet en plastique, donc non naturel.

      Reste qu’il a plusieurs avantages dont la simplicité, le coût probablement faible et une efficacité des précipitations.avoisinant les 100%.

      (il faudrait voir dans quelle mesure des améliorations telles qu’un matériau biodégradable, et un système de répartition de l’eau au niveau du sol, seraient possibles, ce qui rendrait ce système parfait)

    5. Jacques B.

      Dans les méthodes « bio » ou des jardiniers amateurs, il y a aussi, bien sûr, le binage qui permet d’économiser l’eau. L’adage « un binage vaut deux arrosages » est tout à fait juste. Mais ça demande pas mal d’huile de coude !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *