toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’indignation sélective des féministes : « marre du rose » mais pas des burkas


L’indignation sélective des féministes : « marre du rose » mais pas des burkas

« Marre du rose » est le nom de la dernière campagne d’Osons le féminisme et des Chiennes de garde.

L’odieux sexisme des jouets : voilà le thème récurrent de l’indignation féministe en cette période de Noël. C’est le « marronnier » de circonstance, le disque rayé qui revient chaque année en décembre même si, à cette date, on récolte plutôt les marrons à l’étal des confiseurs que dans les cours d’école.

« Marre du rose » est le nom de la dernière campagne d’Osons le féminisme et des Chiennes de garde. Factuellement, elles n’ont pas tort lorsqu’elles dénoncent :

« À l’approche de Noël, que nous propose-t-on dans les magasins de jouets au “rayon filles” à mettre dans notre caddie ? Maquillage, manucure, bijoux, robe de mariée, chaussures à talons, robes de princesse, poussette, dînette, serpillière et balai ! Renvoi à la sphère domestique et obsession de l’apparence. Rose, rose et toujours rose pour bien marquer que ces jouets ne sont surtout pas destinés aux garçons. »

Elles auraient même pu ajouter qu’en dehors des périodes de fête, justement, où l’on propose force tutus de mousseline et autres collants pailletés, il est extrêmement difficile de trouver des vêtements pour fillette qui ne soient pas rose pisseux, rose thé ou rose layette, lie-de-vin, bordeaux et maronnasse à tendance prune. Vrai, aussi, qu’on trouve au « rayon garçons » « de multiples répliques d’armes, des super-héros valorisant force et domination, des jeux de construction, des jeux scientifiques valorisant la capacité à construire et imaginer ».

Avant de pousser plus avant, je répondrai donc à ces dames que nul n’est obligé de tomber dans ce manichéisme crétin, et que le choix des cadeaux est (encore) une liberté parentale : dis-moi ce que tu offres, je te dirai qui tu es. Je leur dirai aussi de passer le nez, à l’occasion, dans la chambre des enfants et de les regarder jouer entre frères et sœurs. On pourra ensuite reparler des stéréotypes…

Ce qui me frappe davantage, ici, c’est une fois de plus l’indignation extrêmement sélective de ces mouvements : osons le féminisme, oui, mais ne sortons surtout pas des clous ! Indignons-nous là où l’on ne risque rien. Car il est évidemment plus facile de dénoncer le sexisme des marchands de jouets que l’esclavagisme des barbus. Ou de s’en prendre à Miss France, cette odieuse compétition de dindes en maillot de bain et talons aiguilles, plutôt qu’à ceux qui enferment leurs femmes sous la bâche.

En témoigne, ainsi, la liste de leurs campagnes : l’abolition de la prostitution, « Take Back the Metro » pour être tranquille dans les transports en commun (en opérant la ségrégation des sexes ?), « Aux grandes femmes la patrie reconnaissante » pour leur entrée au Panthéon, la suppression du mot « Mademoiselle » dans les courriers administratifs, « Bougez pour l’IVG » ou encore les vidéos « Osez le clito ». Enfin, pour la prochaine Saint-Valentin, le retour de la campagne LesBieFamily : « Ta meuf, tu l’as rencontrée où ? », « Avec ta meuf, c’est pour quand le mariage ? », etc.

Une image ou ne serait-ce qu’une ligne contre le port du voile ? Non, aucune, pas même pour défendre ces petites filles qu’on cache sous les chiffons dès la poussette (on en voit dans le métro). Pas un mot sur ces femmes qui ne peuvent se rendre dans les services de soins qu’accompagnées, dont les maris barbus et tortionnaires mettent parfois la vie en danger parce qu’ils refusent qu’un médecin homme les examine. Rien sur toutes celles qui vivent enfermées dans leur gourbi et ne parlent toujours pas un mot de français après vingt ans de présence sur le territoire.

A-t-on vu les associations féministes relayer la campagne de ces femmes courageuses qui ont tourné leur vidéo dans les rues de Sevran, épurées de toute présence féminine parce qu’« ici, c’est comme au bled » ?

Vous connaissez la réponse.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “L’indignation sélective des féministes : « marre du rose » mais pas des burkas

    1. Jacques B.

      Ces mouvements féministes sont souvent noyautés par des gauchistes : ceci explique cela.

      Effectivement, j’ai vérifié par moi même sur le site de ‘Osez le féminisme’, et je n’ai strictement rien vu quant à une éventuelle dénonciation de l’islam et du joug terrible qu’il fait de plus en plus peser sur nombre de femmes françaises, en particulier dans les « quartiers ».

      Pas très glorieux.

    2. lyse

      moi j’aime le rose, les poupées, le tricot… et je l’affiche, na.
      Ca ne m’empêche pas de m’opposer là où vraiment la femme est opprimée, contrairement à Clémentine Autain (un mystère pour moi, cette femme).

    3. penelope

      Quelles gourdasses ces crétines, elles me font honte, Ce sont elles qui créent le sexisme par leur attitude de débiles mentales. Je fais partie de la génération qui a défendu et demandé que la loi s’applique à tous et à toutes dans la sphère publique. Comment le disait M.L. King : all men (men and women) are created equal. Ces bonnes à rien à l’évidence il leur manque une case. Ce ne sont que des paillassons sur lesquels les gens sensés ont envie de s’essuyer les pieds.

    4. Filouthai

      Tous ces micro mouvements qui ont proliféré depuis l’arrivée des socialistes au Pouvoir en 1981 n’ont aucun intérêt.
      Cela va de la Défense de l’élevage des puces sur la planète Mars a « Eh, oh, m’as tu vu ? Tru lu lu ».
      Cela fait vivre des journalistes de goooche qui parlent des gens de goooche, et fait consommer du papier qui a en fait ne peut servir que dans les chiottes parce que c’est sa nature et son destin.

    5. alauda

      Marre du rose. Aucun souci, la combinaison trois pièces, recommandée dès l’âge de huit ans aux princesses orientales pudiques qui fleuriront l’été prochain sur nos plages, se décline aussi en bleu et en violet (distribuée en France chez nabira). Pas un mot sur le sujet chez les chasseresses de pubs « sexistes », évidemment.

      Marre du rose, promotion d’un livre pour fille (à partir de 3 ans) d’une certaine Nathalie Hense qui enfonce les portes ouvertes depuis des décennies. Son personnage de gamine qui n’aime pas le rose grimpe aux arbres. La belle affaire ! George Sand le faisait déjà au XIXème siècle.

      Depuis des femmes sont allées autrement plus haut. Il suffit de taper dans Google « cosmonaute femme » pour tomber sur une galerie de portraits impressionnante qui débute par une Russe, Valentina Vladimirovna Terechkova, née en 1937, d’abord ouvrière du textile. Elle fêtera ses 80 printemps l’an prochain.

      Marre de la pleurniche.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    31 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap