toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Washington Post avoue la non-fiabilité de ses sources


Le Washington Post avoue la non-fiabilité de ses sources

Le journal américain The Washington Post, qui accuse souvent sans preuves les médias russes de mensonge, a déclaré qu’il ne pouvait pas se porter caution pour la fiabilité de son article sur les mensonges de Sputnik et RT publié en novembre.

Le 24 novembre, le Washington Post a publié un article citant un groupe de chercheurs indépendants qui affirmaient avoir examiné des cas de propagande russe lors de la présidentielle américaine. L’un des groupes cités dans l’article était PropOrNot, dont les membres ont masqué leurs noms et contacts.

« Le (Washington) Post n’a cité aucun cite et ne se porte pas caution pour la validité des conclusions du groupe PropOrNot à l’égard des médias concrets, l’article ne présumait pas non plus de telles allégations », lit-on dans la remarque du rédacteur ajoutée à la publication initiale de l’article.

D’après le Washington Post, le groupe PropOrNot a publié un rapport sur plus de 200 sites qui auraient publié des matériaux « contenant de la propagande russe ».

Loading...

D’après le groupe, certaines de ces actualités avaient initialement été publiées sur Sputnik et RT et contenaient dans le même temps de fausses informations. A son tour, la rédactrice en chef de Sputnik et RT, Margarita Simonian, a démenti cette information dans une interview à la chaîne CNN.

Selon elle, Sputnik et RT « n’ont jamais était impliqués dans cette sorte d’activité et c’est sans doute pour ça que le Washington Post n’a pu apporter aucune preuve », a confié à CNN Margarita Simonian.

Et de souligner que le Washington Post n’a pas contacté RT afin de recueillir des commentaires pour son article. Le site Intercept souligne à son tour que le site PropOrNot avait donné une grande liste des organisations qui auraient été liées au groupe, pourtant, la plupart d’entre elles ont déclaré que ce n’est qu’après la publication de l’article dans le Washington Post qu’elles ont entendu parler du groupe.

Margarita Simonian n’a pas manqué de mettre l’accent sur l’ironie de la situation:

« Le plus ridicule est que les journalistes « top niveau » du Washington Post qu’on nous cite à titre d’exemple ont publié il y a deux semaine un mensonge sur Sputnik et RT. Et après avoir été montrés du doigt par nous et une centaine de personnes sur les réseaux sociaux, ils ont été contraints de reconnaître qu’il s’agissait d’un fake ». David Kramer, directeur de l’Institut McCain et ex-président de l’ONG Freedom House, qui a proposé de fermer Sputnik et Russia Today pour faire taire la machine à ré-informer russe, a également proposé de faire la distinction entre les « vrais » journalistes et ceux de Sputnik et RT.

« Par exemple, les journalistes de RT aux États-Unis essayent de faire partie d’un dialogue conventionnel entre les journalistes et les porte-paroles des structures étatiques américaines. Ils essayent de semer le doute dans les esprits de la population, insinuant que le gouvernement ne dit pas la vérité et prétendant qu’il y a une autre vérité. Nous devons tracer une ligne entre les vrais journalistes comme ceux du Voice of America (La Voix de l’Amérique, contrôlé directement par l’État, ndlr), de la radio Liberté, du New York Times ou du Washington Post et ceux travaillant pour Sputnik ou RT », a déclaré David Kramer.

Learn Hebrew online

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Le Washington Post avoue la non-fiabilité de ses sources

    1. Malcolm Ode

      Le Washington Post avoue la non-fiabilité de ses sources : la seule source de ce type de média, c’est Goeble!

    2. c.i.a.

      L’affaire du Watergate, la gloire du Washinton Post semble révolue maintenant, les nouvelles générations de  » journalistes  », ne font que sur les rumeurs de paranos, ils ont une chose en commun, leur anti-américainisme primaire, tout pour décendre leur pays, mêmes à se servire des russes pour êtres plus  » convainquant  »!

    3. sdaubi

      Ils nous avaient déjà fait le coup avec l’Irak, prétextant que ce pays disposait d’armes de destruction massive, il y a eu aussi les bébés couveuses du Koweit

    4. Aline1

      Faute avouée est à moitié pardonnée ?

      Oui quelquefois – Mais ici vous les médias américains, vous avez trop menti – Si bien que vous pouvez raconter ce qu’il vous plait – nous irons vérifier ailleurs et vérifier et vérifier. La confiance n’est plus de mise. D’ailleurs votre site et d’autres, on ne va plus les visiter.

      D’autant plus que vous savez pertinemment qu’une fois la rumeur lancée, la rectification est dure à faire entendre..

      Alors inutile d’être plus hypocrites que vous ne l’avez démontré déjà !

    5. LTC

      Que ce soit à titre personnel ou professionnel, à plus forte raison, la vérification des informations est cruciale. Dans le cas où ces informations sont destinées à être colportées, diffusées… leur vérification est fondamentale et engage la responsabilité de l’émetteur.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *