toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Premier Ministre de la Russie, Dimitry Medvedev « Nous n’avons jamais renié le droit d’Israël à Jérusalem et au Mont du Temple »


Le Premier Ministre de la Russie, Dimitry Medvedev « Nous n’avons jamais renié le droit d’Israël à Jérusalem et au Mont du Temple »

.

Moscou n’a jamais renié les droits d’Israël sur Jérusalem et sur le Mont du Temple ou sur le Mur des Lamentations, a déclaré le Premier Ministre de la Russie, Dimitry Medvedev, avant sa visite dans l’État Juif cette semaine.

« Ces droits sont clairs et il serait absurde de les renier », a-t-il déclaré à la journaliste de Channel 2, Yonit Levy.

Il a parlé chaleureusement des liens de la Russie avec Israël, en dépit des votes de Moscou contre l’État Juif à l’Organisation des Nations Unies et de la livraison des missiles S-300 à l’Iran.

Loading...

Yonit Levy l’a interrogé sur ces questions controversées ainsi que son soutien au Président de la Syrie, Bashar al-Assad, et sur les accusations comme quoi son pays est intervenu dans les élections américaines.

Comment la Russie explique-t-elle son soutien au vote de l’UNESCO « pour ne pas tenir compte du lien historique entre le peuple juif et le Mont du Temple à Jérusalem », a demandé Yonit Levy à Dimitry Medvedev.

La question avait été gonflée hors de proportion, a-t-il répondu en russe, avec une traduction hébreu, par le Canal 2.

Il y a eu une dizaine de votes des Conseils et des Comités de l’UNESCO sur ces résolutions au sujet de Jérusalem, a déclaré Dimitry Medvedev.

« Il n’y a rien de nouveau ici », a-t-il dit, car il a rejeté l’importance des textes de l’UNESCO qui se réfèrent au Mont du Temple uniquement par son nom musulman Al Haram Al Sharif.

« Notre pays n’a jamais renié les droits d’Israël ou du peuple juif à Jérusalem, au Mont du Temple ou au Mur des Lamentations », a déclaré Dimitry Medvedev.

Loading...

« Il n’est donc pas nécessaire de politiser cette décision », a déclaré Dimitry Medvedev, en ajoutant que ces résolutions « ne sont pas dirigées contre Israël ».

De même, a-t-il dit, il n’y avait rien de contradictoire dans la vente et l’expédition par la Russie du système avancé de missiles de défense terre-air S-300 à l’Iran.

Israël s’était opposé à de telles ventes parce qu’ils améliorent considérablement la capacité de l’Iran à défendre ses sites nucléaires contre toute attaque.  Israël est particulièrement préoccupé parce qu’ils ne croient pas que l’accord avec l’Iran, mis en place en 2015, limitera la capacité de Téhéran à développer des armes nucléaires.

Loading...

Dimitry Medvedev a déclaré à Channel 2 qu’avant l’accord avec l’Iran, la Russie respectait les sanctions contre Téhéran et s’était abstenue de livrer les S-300. Maintenant que l’accord est en place et que les sanctions ont été levées, il n’y a aucune raison de ne pas terminer la vente, a-t-il dit.

En se déplaçant au dessus de la Syrie, il a qualifié le président Bashar al-Assad de seul dirigeant légitime du pays et a ajouté que la direction d’Israël préférait son gouvernement à la perspective d’un pays divisé sous la direction d’un dirigeant terroriste.

« Je le connais (Bashar al-Assad) personnellement.  Il y a ceux qui l’aiment et ceux qui ne l’aiment pas.  À l’heure actuelle, Bashar al-Assad est la seule autorité légitime opérant en Syrie.  Tout changement de régime devrait se produire légitimement, » a déclaré Dimitry Medvedev.

« Je me souviens qu’au cours de mes rencontres avec les dirigeants israéliens, ils m’ont dit qu’ils n’étaient pas complètement pour Bashar al-Assad, mais, qu’il fallait qu’il y ait quelqu’un en charge de la situation, plutôt qu’une rupture incontrôlée du pays en enclaves dirigées par des terroristes, » a déclaré Dimitry Medvedev.

Le terrorisme au Moyen-Orient, a-t-il dit, menace son pays de l’intérieur.

« Il y a des milliers de Russes qui luttent pour le compte d’ISIS et d’autres groupes de djihadistes islamiques » a déclaré Dimitry Medvedev.  « Quand ils reviennent, ils ont fait l’expérience de meurtres et de terroristes. Après leur temps de combat en Syrie, nous ne voulons pas qu’ils organisent quelque chose de similaire en Russie » a-t-il déclaré.

Yonit Levy a demandé comment la présence des forces aériennes de la Russie en Syrie pouvait avoir un impact sur la capacité d’Israël à empêcher le flux d’armes vers le Hezbollah.

Dimitry Medvedev a déclaré que cela fonctionnait à partir de l’hypothèse que « toutes les parties ne prendraient pas des mesures pour aggraver le conflit ».

En ce qui concerne les États-Unis, il déclare qu’ils n’ont pas respecté leurs engagements en Syrie et que les relations entre Washington et Moscou sont à un point très bas.

Dimitry Medvedev a ri quand Yonit Levy lui a demandé si la Russie avait interféré dans les élections américaines.

Il a cité le Président de la Russie, Vladimir Poutine, quand il a déclaré que « les États-Unis ne sont pas une république bananière ».

Les États-Unis, a-t-il dit, étaient un grand pays très puissant et ils ne pouvaient pas être influencés de cette façon. « Peu importe qui sera élu, mais, uniquement les politiques qu’ils vont exécuter » a-t-il dit.

« Il est clair qu’un ou l’autre candidat agira dans le meilleur intérêt national des États-Unis » a déclaré Dimitry Medvedev.

Il a dit que le candidat républicain, Donald Trump, était brillant et il a dit ne l’avoir jamais rencontré.  Il a dit que la candidate démocrate, Hillary Clinton, était très professionnelle et qu’il l’a connue à l’époque où il l’avait rencontrée lorsqu’elle était Secrétaire d’État des États-Unis de 2009 à 2012.

La Russie s’attend à avoir des relations « normales » et « productives » avec celui des deux candidats qui gagnera la Maison Blanche, a déclaré Dimitry Medvedev.

En ce qui concerne l’initiative russe de tenir une réunion avec le Premier Ministre d’Israël, Benjamin Netanyahu, et le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas, Dimitry Medvedev a déclaré que Moscou ne cherchait pas à remplacer les États-Unis ou quelqu’un d’autre quand il s’agit du processus de paix.

D’autre part, il a dit qu’il y avait des signes très décourageants à l’égard de ce conflit et qu’il n’y avait eu aucun progrès dans les pourparlers entre Israël et les Palestiniens ces dernières années.

« C’est très triste » a dit Dimitry Medvedev.

Source : JPost

Traduit par PLEINSFEUX.ORG







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Le Premier Ministre de la Russie, Dimitry Medvedev « Nous n’avons jamais renié le droit d’Israël à Jérusalem et au Mont du Temple »

    1. DANY83270

      La diplomatie c’est l’art d’être hypocrite , la preuve c’est que les Russes disent une chose aujourd’hui et font le contraire le lendemain; ils votent pour les Arabes à l’UNESCO qui se sont appropriés les sites religieux Juifs et maintenant ils affirment qu’ils n’ont pas renié le droit des Juifs sur Jérusalem, ni sur le Mont du temple, mais de qui se moquent-ils ? hier, ils ont vendu des missiles aux Iraniens qui les transfèrent au Hezbollah pour menacer Israël et aujourd’hui Medvedev vient faire une visite amicale en Israël, mais pourquoi faire ? en vérité seuls comptent pour lui les intérêts de la Russie et il est venu « mettre la pression » sur Benjamin Nétanyahou pour empêcher l’Etat Juif de vendre son gaz aux Européens et à la Turquie car il veut l’exclusivité pour la société Russe Gazprom.

    2. michel boissonneault

      Medvedev vous êtes un juste que prendre position aussi clair envers Israel mais je suis forcé d’admettre que l’administration russe comme celle de Obama a pas toujours été honnête

    3. judith

      Nous non plus aux Russes concernant la Crimée, tant qu’ils ne nous font pas suer…que chacun surveille ses vaches et les troupeaux seront bien gardé.

    4. Tamara

      Discours très politisé : Israël n’a pas « d’amis » et devrait donc être vigilants, ce qui est très dur et éreintant, mais ainsi est Israël et ainsi sont les Juifs toujours sur le qui vive malheureusement à raison. Heureux les hommes de toutes parts non inquiets pour leurs enfants!!!!
      A t il voulu dire qu’une résolution à l’Unesco n’est pas valable , n’est que symbolique : c’es juste. mais les écrits restent et dans 100 ans au moins, on dira vraiment que les Juifs n’avaient rien à voir avec Jérusalem. La réponse de Medvedev n’est pas valable et est de non sens. Ainsi va le Monde d’aujourd’hui, on dit et on ne pense pas à demain, à nos enfants qui hériteront d’un Monde de mensonges, un monde sans preuves trouvées. Le monde d’Israël aujourd’hui a ses preuves, et surtout des preuves qu’on l’a spolié de terres données en 1920 à tout un chacun par la France et le Royaume Uni , et perdues à jamais pour Israël, et au lieu d’en rester là, on voudrait l’éradiquer purement et simplement, peu à peu mais sûrement. Que nenni, ISRAEL ET SA CAPITALE JERUSAEM POUR TOUJOURS.

    5. Aline1

      Bien entendu – Des déclarations telles que celles de l’UNESCO ne valent rien, puisque d’après les hommes politiques qui signent de telles aberrations, tout le monde sait que…

      Tout le monde sait…encore aujourd’hui ! Mais la réécriture de l’Histoire, demain pour les générations futures rendront ces déclarations comme étant la vérité, pour des enfants qui n’auront jamais rien su d’autres…

      Et tous ces hypocrites le savent très bien !

      Il font du négationnisme et du révisionnisme en se réconfortant, disant que cela ne veut rien dire…Que tout le monde sait !

      Je voudrais que tous ces pays subissent la même chose…Que les noms de leurs villes, leurs monuments, leurs rues, leurs patrimoine, etc…

      Et nous verrons demain les générations qui naitront s’ils se rappelleront la la Tour Effel, s’appelait la Tour Effel. Si elle n’a pas été démontée, d’ici là !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *