toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le curieux procès Bruckner


Le curieux procès Bruckner

L’intellectuel comparaissait mercredi devant la 17e chambre pour des propos visant deux associations « complices idéologiques » des terroristes. Récit.

Une drôle d’époque, vraiment. Un intellectuel, pas un polémiste qui l’aurait bien cherché, pas un raciste notoire et multirécidiviste, mais un intellectuel, assis et fourbu dans un prétoire et, un peu plus tôt, debout à la barre, levant la main droite devant un juge et jurant de dire la vérité, rien que la vérité. Une drôle d’époque, vraiment, et un triste spectacle. Ainsi Pascal Bruckner. Mercredi, dans une indifférence médiatique générale, le philosophe était convoqué devant la 17e chambre du palais de justice de Paris pour avoir déclaré, en 2015, sur le plateau de 28 Minutes, une émission d’Arte, qu’il fallait « faire le dossier des collabos, des assassins de Charlie ». Et l’écrivain de citer, outre Guy Bedos et le rappeur Nekfeu, les associations Les Indivisibles de la militante antiraciste Rokhaya Diallo (qui n’en est plus membre) et Les Indigènes de la République d’Houria Bouteldja. Par leurs écrits et leurs actions militantes, ces associations auraient, selon Bruckner, « justifié idéologiquement la mort des journalistes de Charlie Hebdo ». Les Indivisibles et Le Parti des indigènes de la République ont déposé une plainte pour diffamation contre l’intellectuel, mais aussi contre Jeannette Bougrab, absente à l’audience, pour des déclarations de la même teneur.

Il s’agissait donc, pour la défense, de mettre en évidence l’idéologie de ces militants identitaires qui, outre leurs actions contre un supposé racisme d’État, font parfois des terroristes les victimes d’une France haineuse à l’endroit de ses citoyens d’origine étrangère, et des victimes les premières responsables de leur funeste sort. Le mérite de ce procès fut d’abord le débat de fond qu’il a permis durant plusieurs heures, notamment grâce aux interventions des témoins cités : le directeur de Charlie Hebdo, Riss, le politiste Laurent Bouvet, l’ancienne présidente de Ni putes ni soumises Sihem Habchi ou encore le philosophe Luc Ferry. Si chacun a reconnu l’existence d’un racisme ou d’une xénophobie visant des minorités, les intervenants ont d’abord clamé leur liberté de pouvoir critiquer toutes les religions, l’islam compris, sans pour autant être considérés comme des « islamophobes ». Un terme que tous ont récusé, y voyant un instrument d’intimidation infamant, sinon « une escroquerie intellectuelle ».

Cette déclaration est « une évidence et elle le reste »

Appelé à s’expliquer sur le sens de ses propos, Pascal Bruckner a dit les assumer, et être même prêt à les répéter. Cette déclaration faite sur Arte est pour lui « une évidence et elle le reste ». L’usage du terme « collabo » renvoie, explique-t-il, à la Seconde Guerre mondiale et à « ces journaux qui ont justifié la liquidation des résistants ou des juifs ». Luc Ferry parlera de « complicité objective » entre ces associations et les terroristes, « comme Rebatet et Drumont étaient les complices objectifs du fascisme. Comme Aragon et Althusser qui, s’ils n’ont pas armé la mitraillette, ont été les complices du stalinisme ». Pour Bruckner, la rhétorique victimaire et l’excuse sociale dès lors qu’il s’agit pour ces associations d’expliquer, par exemple, l’incendie de Charlie Hebdo survenu en 2011 ou la tuerie du 7 janvier 2015 « accoutument les esprits et reviennent à dire que Charlie Hebdo a mérité, en quelque sorte, un châtiment exemplaire ». Son avocat, Richard Malka, a lu durant l’audience des extraits troublants du livre d’Houria Bouteldja, porte-parole des Indigènes de la République, intitulé Mohamed Merah et moi : « Mohamed Merah, c’est moi, et moi, je suis lui. Nous sommes de la même origine mais surtout de la même condition. Nous sommes des sujets postcoloniaux. Nous sommes des indigènes de la république. » Bruckner, dans la foulée, a cité Sartre : « Les mots sont des pistolets chargés. »

Loading...

« Traître à ta race. »

Mais le témoignage le plus fort fut incontestablement celui de l’ancienne présidente de Ni putes ni soumises. Militante associative de longue date, Sihem Habchi a vu de près les conséquences de ces discours radicaux sur « les jeunes des quartiers ». La jeune femme parle d’un « fascisme vert » – évoque aussi, par ailleurs, un « fascisme blanc » – qui propage « l’idéologie de l’opprimé et installe l’idée que ces jeunes ne sortiront jamais de leur condition et que les coupables sont la République et la France ». Elle rapporte ses expériences de terrain, les insultes et les menaces proférées à son encontre, dont celle-ci : « Traître à ta race. » Durant des années, cette militante antiraciste et féministe a tenté vainement de contrer l’influence de ce que Laurent Bouvet a appelé « les entrepreneurs identitaires ». Riss, actuel directeur de Charlie hebdo, a dit quant à lui « comprendre » les propos de Bruckner : « On ressentait ça à Charlie, on craignait les conséquences de ces discours agressifs contre ceux qui critiquent les religions. Ce qu’a dit Bruckner était de son devoir. » Tous les intervenants se sont accordés sur le fait que ces associations cherchaient d’abord à « faire taire les gens ».

Le président des Indivisibles, Amadou Ka, a regretté que l’on fasse « porter le chapeau » à son association, qui « condamne ces choses ignobles » que sont les actes terroristes. Il a, en outre, déclaré que « des minorités sont stigmatisées et que la parole raciste se libère en France », se prévalant d’avoir fait condamner, avec d’autres associations, Éric Zemmour pour provocation à la haine envers les musulmans pour des propos tenus dans un journal italien. Amadou Ka a invoqué « la satire » pour justifier l’attribution de Y’a bon Awards – Bruckner assure en avoir reçu un dans sa boîte aux lettres… – à des personnalités qui véhiculeraient des « préjugés ethno-raciaux ».

Combatif, Bruckner a ainsi conclu : « La mal-nommée Les Indivisibles aurait dû s’appeler Les Divisibles, car elle désigne des gens à l’opprobre général et insiste sur la culpabilité occidentale pour instiller la mauvaise conscience au sein de la population et de l’intelligentsia. » Le verdict sera rendu le 17 janvier…

(*) co-auteur avec Riss et Richard Malka, cités dans cet article, d’une bande dessinée sur Marine Le Pen.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Le curieux procès Bruckner

    1. Malcolm Ode

      L’islam agit comme le sida : il retourne les moyens de défense de l’organisme qui l’héberge contre lui-même. Idem pour la liberté d’expression, la liberté de culte… instrumentalisées pour dominer le discours usuel et les cultes locaux, notamment par leur foutues prières de rue qui doit absolument rester interdites.

      Ce qui caractérise les musulmans, c’est leur « mauvaise foi ».

    2. Debout

      Islam : « si c’ est pour la gloire d’ Allah, tu as le droit de mentir » !….

      Bruckner, Zemmour, je les mettrai dans le groupe des « COURAGEUX »
      (un peu, avec tout le respect qu’ on leur doit, comme « LES JUSTES » )….

      Respect,  » LES COURAGEUX » !!

    3. contrelanaze

      Ns sommes ts avec ces courageux comme Mr Bruckner, les RACISTES st les musulmans vis avis des mecreants,!!!!!!

      CES ACCUSATEURS ST LES COUPABLES QUI SE POSENT TJ EN VICTIMES, C est propre aux envahisseurs musulmans et leurs dhimis…

      C est la meme chose en Israel avec les colonisateurs palestiniens qui diffusent pr se faire leur propagande mensongere…
      Les palestiniens ne sont pas les vicos mais des terroristes islamistes manipules a tuer des leur enfance et qui percoivent de l argent pr assassiner paye par ns contribuables europeens

    4. alauda

      Si un non-lieu n’est pas prononcé, nous serons tous bâillonnés par les petites oreilles qui ne supportent pas la moindre critique.

    5. Aline1

      Moi rien comprendre – Je sais comment s’exprime Pascal Bruckner (qui n’est pas juif – ceci pour ceux qui le mettent systématiquement dans la fameuse liste).

      Il est de gauche, pas du tout raciste, et je n’arrive pas à concevoir qu’une déclaration venant de lui choque, quand Dieudonné, Soral, quelques chroniqueurs de M….de, etc…se permettent des vertes et des pas mures, et personne n’ose émettre la moindre réserve.

      Mais dans quel pays nous sommes, aujourd’hui, c’est à en pleurer !

      Je voudrais dire à mes intervenants plus haut, qu’ils ont raison, mais pourtant je me pose la question :

      – Il y a des musulmans médiatiques qui profitent et même abusent, et d’autres qui pleurnichent à l’islamophobie au moindre clin d’oeil. D’accord –

      Mais ne sont pas innocents les organismes D’État qui prennent en compte leurs désidérata incongrus…La responsabilité tient de cette collaboration là.

    6. alauda

      Le 5 novembre 2011, 20 signataires, dont certain(e)s cités ci-dessus, signaient ce manifeste « Pour la défense de la liberté d’expression, contre le soutien à Charlie Hebdo ! » http://lmsi.net/Pour-la-defense-de-la-liberte-d

      Trois ans plus tard, le 7 janvier 2015, la rédaction du journal satirique était décimée.

      Lire ou relire cette page fait littéralement froid dans le dos.

    7. judith

      Effectivement la justice prévoit la réparation de la faute, et les complices n’éviteront pas un jugement…un jour.
      Tout arrive a qui sait attendre…
      Il y a des veilleurs, avec des lanternes, et la lumière rejaillira des ténèbres.

    8. rachel

      La seule facon de leur faire fermer leur g…. de victime, que le peuple commence par eteindre cette tele de collabo au moins 24h pour commencer. Je n ai pas facebook mais la,il faut lancer un appel a la resistance.

    9. Simon Néhmé

      Pourquoi c’est «  curieux » (sic) ? La France est parfaitement en cohérence avec sa « politique arabe » ( officiellement commencée par De Gaulle – il ne faut pas l’oublier – et inaugurée par son fameux embargo contre Israêl ) et ses dirigeants sont dans un confort rendu plus aisé par les pétro-dollars, bakchichs et corruption inclus, auxquels s’ajoutent aujourd’hui le nombre d’électeurs arabes et mahométans.
      Donc, ne serait-ce qu’amener un intellectuel comme Mr. Bruckner dans un tribunal – même sans qu’il soit jugé, et de Quoi ?! – est déjà en lui-même bien significatif de la pente dangereuse sur laquelle le système français s’est volontairement engagé .
      Dans tous les cas , totale solidarité avec Mr. bruckner. Je considère ses réflexions comme étant non seulement les miennes aussi mais sont en deça de ce qui devait, doit et devra être dit au sujet de ces ignobles.

    10. Tamara

      La honte. Si Pascal Bruckner ne peut rien dire , alors nous devrions tous nous taire et laisser faire jusqu’à ce que. C’est honteux et notre gouvernement et les grands de notre pays devraient se lever avec Lui et dénoncer cette Injustice de la France de vouloir juger et peut être infliger des peines (et là ce sera la mega Honte du pays). La justice n’a pas à perdre du temps à écouter ces pseudos associations et ces personnes taupes qui veulent régir la France à tout prix et dans n’importe quelles conditions. Pascal Bruckner défend son pays et nous avec. Nous ne comptons pas sur ces pseudo éditorialistes pour le faire. Les débats sont plats et frileux tant l’on y invite que ces personnes prêtes à sortit leur fusil et crier « les racistes »!!!! NON PASCAL BRUCKNER N EST PAS RACISTE. IL NE VEUT PAS QUE SON PAYS LA FRANCE VA A LA DERIVE!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *