toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La présence de Farid Benyettou, mentor des frères Kouachi, dans l’entourage de Dounia Bouzar, inquiète les policiers


La présence de Farid Benyettou, mentor des frères Kouachi, dans l’entourage de Dounia Bouzar, inquiète les policiers

« L’équipe est sans programme (…), malgré la dangerosité, la difficulté de la mission, les personnes hostiles rencontrées et controversées. »

À qui fait allusion ce policier du service de la protection (SDLP, ex-SPHP) qui a pour mission de veiller à la sécurité de Dounia Bouzar, la médiatique fondatrice du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI), dans un rapport à son patron, Frédéric Auréal, daté du 22 novembre?

Cette dernière s’est en effet récemment entichée de Farid Benyettou, mis en cause en 2005 dans le recrutement de djihadistes pour la guerre en Irak et formateur religieux des frères Kouachi, dès 2003, les auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015.

Selon notre enquête, les fonctionnaires se plaignent de « l’avoir toujours dans les pattes » et que « sa présence régulière lui permet de connaître (leurs) méthodes de travail et la mise en place du dispositif de sécurité ».

Loading...

Interrogé, le ministère de l’Intérieur ne nie pas le problème, « même si, apparemment, il est très peu présent physiquement, c’est la source de la crise » entre l’équipe de protection et Dounia Bouzar. « Croiser le gars qui a embrigadé les assassins de nos collègues Franck Brinsolaro (le garde-du-corps de Charb, tué en service le 7 janvier, NDLR) et Ahmed Mehrabet (achevé d’une balle dans la tête en intervention, NDLR). Il ne manquerait plus qu’on le transporte avec elle ! » s’indigne un policier.

Accès de colère

Un contentieux dont les griefs sont mentionnés dans le rapport du 22 novembre. Les officiers de sécurité s’épanchent sur les difficultés de leur tâche auprès de l’ex-éducatrice de la Protection judiciaire de la jeunesse. Il semble que Dounia Bouzar considère moins les fonctionnaires comme des policiers que comme des factotums qu’elle gère au gré de ses caprices, si l’on en croit les récriminations consignées dans le rapport. Elle dispose de huit gardes du corps, présents à raison de quatre par semaine.

Alors que « deux effectifs sont montés (la) prendre en charge, elle les a mis physiquement dehors lors d’un grand accès de colère, (affirmant) qu’elle ne souhaitait plus notre présence et qu’elle allait mettre fin à sa protection, relate l’un des rédacteurs. La personnalité a immédiatement reproché de manière totalement incohérente à grand renfort de cris (sur la voie publique) que nous ne souhaitions pas l’aider dans son organisation… Celle-ci nous relance sur le fait qu’on refuse de nous occuper de son planning. Nous l’avisons que notre premier rôle est la protection… » « Vous pouvez arrêter avec votre discours institutionnel ? J’en ai marre du SDLP », répond Dounia Bouzar, citée dans le rapport. « Dégagez, dégagez ! » lance-t-elle aux policiers.

Le coup de téléphone au ministre

Pour mettre de l’huile dans les rouages, le chef de mission lui a proposé d’organiser ses déplacements à l’avance pour optimiser sa sécurité. Mais Dounia Bouzar a expliqué qu’elle n’avait « pas le temps et pas de secrétaire ». Les agents ont rétorqué que le « dispositif de sécurité n’avait pas à procéder au tri de ses mails ni aux choix en termes d’agenda en faisant office de secrétariat. Elle s’est de nouveau emportée, nous précisant qu’elle n’avait pas les moyens de se payer un secrétariat et qu’avec l’équipe d’avant cela ne posait pas de problème ». Puis elle se serait mise à crier, selon l’un des auteurs de la note circonstanciée : « C’est bon, je vais demander la fin de la protection, je vais appeler le ministre… »

Un grand classique du VIP, le coup de téléphone au ministre. Les commissaires du SDLP se gardent bien en général de donner suite aux récriminations du « petit personnel ». Ils savent bien que les protections, décidées certes selon une procédure formelle, obéissent en fait à des demandes politiques et dépendent des accointances du pouvoir du moment. Ils s’exécutent donc sans broncher, sauf exception… en général désavouée par le ministre.

Contactée par Le Point, Dounia Bouzar n’a pas répondu à nos appels.

Learn Hebrew online

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “La présence de Farid Benyettou, mentor des frères Kouachi, dans l’entourage de Dounia Bouzar, inquiète les policiers

    1. Aline1

      La Sécurité accorde bien trop de confiance à qui n’en mérite pas.

      Même si quelquefois cela aide à infiltrer – Il faut le faire avec tellement d’assurances et de précautions.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *