toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Jihad en prison : l’association islamiste Sanâbil dissoute saisit la Cour européenne des Droits de l’Homme


Jihad en prison : l’association islamiste Sanâbil dissoute saisit la Cour européenne des Droits de l’Homme

.

Vendredi, le dernier recours de cette association musulmane d’aide aux détenus afin de suspendre sa dissolution a été rejeté par le Conseil d’Etat. Dans son ordonnance la plus haute juridiction administrative estime que « sous couvert d’une assistance morale, logistique ou de bienfaisance aux détenus de confession musulmane, l’association développe, au travers de ses activités, un important réseau relationnel en lien avec l’islam radical ». Le Conseil d’Etat a aussi rappelé que le président de l’association Antho Bolambo-Digbo est assigné à résidence depuis novembre 2015 pour ses liens présumés avec des membres de la mouvance radicale ou qui ont rejoint l’Etat islamique.

Lors de l’audience, la représentante du ministère de l’Intérieur a égréné la liste de jihadistes qui ont eu « directement ou indirectement » des liens avec l’association. Parmi eux : Amédy Coulibaly, le tueur de l’Hypercacher qui a participé à un pique nique organisé par Sanâbil à Lognes ou Larossi Abballa, le tueur du couple de policiers de Magnanville (Yvelines), qui a « écrit des lettres » pour des détenus.

Loading...

« Le Conseil d’Etat estime que les activités de Sanâbil constituent un réseau relationnel pouvant radicaliser des personnes, alors qu’aucun acte terroriste n’est imputable aux membres de l’association. Elle a été interdite en raison du profil de ses membres et non pas de leurs agissements. Nous allons porter un recours auprès de la Cour européenne des Droits de l’Homme (CEDH) dans les prochains jours », annonce Me Bruno Vinay, l’avocat de Sanâbil.

Source

Sanâbil, une association d’aide aux prisonniers musulmans créée en 2010 et basée en Seine-et-Marne, a été dissoute ce mercredi par le gouvernement pour ses liens présumés avec l’islamisme radical. « Sous couvert d’un soutien matériel dispensé à des détenus de droit commun ainsi qu’à leurs familles, l’association encourageait la radicalisation de ces derniers », a estimé le ministre de l’Intérieur…

La dissolution a été actée en Conseil des ministres, sur le fondement d’un article du code de la sécurité intérieure sur les associations qui « appellent à la haine ou à la violence, ou qui se livrent à des agissements susceptibles de provoquer des actes terroristes », a annoncé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll.

« Encouragement » à la radicalisation, « sympathie » envers des djihadistes…

Pour le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, qui a pris le décret de dissolution, « sous couvert d’un soutien matériel dispensé à des détenus de droit commun ainsi qu’à leurs familles, l’association encourageait la radicalisation de ces derniers durant leur séjour carcéral pour les rallier à la cause djihadiste ». En outre, « les publications sur internet de l’association manifestent de la sympathie envers certains individus en lien avec la mouvance terroriste la plus radicale ».

Learn Hebrew online

Sanâbil apparaît dans l’enquête sur les attentats de novembre 2015. Selon le ministre, « plusieurs anciens dirigeants ou anciens membres de l’association » ont d’ailleurs « rejoint la zone de combat irako-syrienne » et Sanabil « facilitait les rencontres entre des jihadistes radicaux et des individus moins impliqués dans le but d’influencer ces derniers ».

Le nom de l’association apparaît également à plusieurs reprises dans l’enquête sur les attentats de novembre 2015 à Paris et aux abords du Stade de France, dans le cadre des investigations sur d’éventuels liens entre des personnes gravitant dans l’environnement de Sanâbil et des protagonistes des attaques jihadistes. Une décision « injuste », selon le président de l’association. […]

Source

Loading...




Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *