toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Décès de la résistante juive Régine Skorka-Jacubert


Décès de la résistante juive Régine Skorka-Jacubert

.

Régine Skorka-Jacubert, membre de la Résistance et rescapée des camps nazis, est décédée jeudi, une « femme exceptionnelle », a salué aujourd’hui la ministre de l’Éducation, Najat Vallaud-Belkacem.

Née en 1920 dans une famille juive polonaise, Régine Skorka-Jacubert est morte le 1er décembre, à l’âge de 96 ans, indique la Fondation pour la mémoire de la Shoah sur son site internet. Elle avait échappé à la rafle de Nancy en 1942 puis rejoint avec son frère Jérôme la Résistance, à Lyon, au sein de l’Union des Juifs pour la résistance et l’entraide.

C’est l’histoire d’un combat pour la vie. Celui mené par Régine Jacubert (son nom d’épouse) tout au long de ses 96 années. Un destin hors du commun, et une volonté de vivre exceptionnelle qui lui ont permis d’échapper à la mort lors des années sombres de l’Histoire.
Retour sur une vie qui débute à Zagórów, en Pologne, un 24 janvier 1920…

Loading...

DE LA POLOGNE À LA FRANCE

Régine, de son vrai nom Rivka (Régine) Skorka, est l’aînée de trois frères, Yerme, Lajb et Zalme. Son père Jacob est rabbin, sa mère, Slatka, modiste. Alors qu’elle a 10 ans, la famille immigre en France à Nancy où sa tante s’est établie et mariée. Son père travaille dans une usine. L’un de ses frères succombe des suites d’une broncho-pneumonie. En France, Rivka devient Régine, Yerme devient Jérôme et Lajb devient Léon.

En 1940, la famille fuit la progression allemande dans le pays. Direction d’abord Libourne en Gironde, puis Bordeaux. Régine retourne rapidement à Nancy mais ses proches sont arrêtés à Bordeaux, et déportés à Auschwitz. Seul Jérôme parvient à s’évader et rejoint sa soeur. Les autres ne survivront pas.
Deux ans plus tard, les policiers du bureaux des étrangers préviennent les juifs de Nancy d’une rafle programmée et sauvent environ 300 personnes. Dont Régine et Jérôme. Ils fuient direction Lyon, en zone libre. Vendeuse de chaussures, c’est là que Régine et son frère s’engagent dans la résistance.

L’ENFER DES CAMPS DE CONCENTRATION

Mais en juin 1944, ils sont arrêtés par la Gestapo. Internés au camp de Montluc,ils sont interrogés par un certain… Klaus Barbie. Ils seront transférés à Nancy, puis déportés dans le convoi 77 à Auschwitz. A leur arrivée, ils sont séparés et ne se retrouveront qu’après leur libération. 3 jours et 3 nuits de voyage dans des wagons surchargés, sans eau, ni nourriture. Lorsque Régine arrive au camp, un homme en costume rayé reconnaît la jeune femme. Il était dans le même wagon que ses parents. Elle raconte. « La seule chose qu’il me dit, c’est « Eloigne toi des vieux et des enfants », en yiddish, pour ne pas que d’autres comprennent ». Le lendemain, elle recroise l’homme et lui demande où son ses parents.

Il me montre la cheminée qui fume, et me dit : « Ils sont sortis par là ». Ca vous remet en question 

Le 28 octobre 1944, Régine est transférée dans une usine d’armement en Tchécoslovaquie. Elle fabrique des grenades pour l’armée allemande.

TÉMOIGNER, LE COMBAT D’UNE VIE

Libérée le 9 mai 1945, Régine mettra un mois pour regagner Nancy où elle retrouvera Jérôme, arrivé en janvier. Dans les camps, Régine a perdu 24 membres de sa famille.

C’est alors qu’un autre combat commence. Témoigner, pour ne pas oublier, témoigner aussi pour réparer les injustices. Régine se décide à en parler dans les années 1980, et évoque la Shoah dans les collèges et lycées dans des rencontres avec des élèves, jusqu’à la fin de sa vie. En 1987, elle est témoin à charge avec son frère Jérôme au procès de Klaus Barbie à Lyon.

Learn Hebrew online

Le 8 mai 2005, Régine Jacubert est faite Chevalier de la Légion d’Honneur à Paris, par Jacques Chirac, alors Président de la République.
Elle fera sa vie avec Henri Jacubert, ancien résistant dans le Vercors et donnera naissance a deux garçons, Jacques et Serge. Son frère Jérôme, disparaît en 2013. Leurs vies, indissociables, sont liées à jamais par leur parcours hors norme.

Les obsèques de cette figure ont eut lieu dimanche 4 décembre 2016 à 11 heures, au cimetière israélite de Préville, à Nancy.

Fringale de vie contre usine à mort

Sa volonté de vivre, Régine Jacubert en fera un ouvrage, publié en 2009. « Fringale de vie contre usine à mort » raconte sa vie, son parcours, son combat contre la barbarie. De sa naissance en Pologne occidentale, proche de la frontière allemande à son arrivée à Nancy à l’âge de 9 ans, de son arrestation à Lyon en 1944 par la Gestapo jusqu’à sa libération un an plus tard, le récit est édifiant. Les souvenirs rassemblés ici, terrifiants.

Loading...

L’une de France 3 a rencontré Régine Jacubert en 2015. Découvrez son portrait.


CEL Régine Jacubert déportée





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Décès de la résistante juive Régine Skorka-Jacubert

    1. sergeb

      Quelle femme et quel courage. Si les francais avaient tous et toutes ce courage, ils ne seraient pas plongés dans le chaos de la migration.

    2. Pinhas

      Régine Skorka-Jacubert fait partie des humains extraordinaires et des Justes .

      Il ne faut pas oublier .

      Certains salopards osent dire que tout cela n’a jamais existé .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *