toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Belgique : Charles Michel « Les prédicateurs radicaux n’ont pas leur place chez nous »


Belgique : Charles Michel « Les prédicateurs radicaux n’ont pas leur place chez nous »

.

Le gouvernement veillera à prendre les mesures nécessaires pour éloigner les prédicateurs radicaux ou leur refuser l’accès au territoire, a affirmé dimanche le premier ministre, Charles Michel, sur RTL.

« Les prédicateurs radicaux n’ont pas leur place chez nous« , a assuré M. Michel.

Salafisme

Le premier ministre était interrogé à propos de la Grande Mosquée du Cinquantenaire, lieu de culte géré par l’Arabie saoudite à Bruxelles, présenté régulièrement par certains observateurs comme un lieu de prédication islamiste. Il ne s’est pas exprimé à proprement parler sur ce cas mais a rappelé les mesures qui avaient déjà été prises par le gouvernement belge face à certains prédicateurs.

Loading...

En avril 2012, le précédent exécutif fédéral avait ainsi obtenu discrètement le départ du directeur du centre, Khalid Alabri, pour des prêches teintés de salafisme. Au mois de juillet, le secrétaire d’Etat à l’Asile, Theo Francken, avait signé l’arrêté d’expulsion d’un prédicateur résidant dans la région de Verviers, là encore pour cause de prêche salafiste. Quatre autres dossiers étaient à l’étude, avait-il précisé.

Tabou sur la Grande Mosquée

Dans l’opposition, des appels se sont fait entendre pour lever le « tabou » qui frappe les relations entre la Belgique et le royaume saoudien, notamment à propos de la Grande Mosquée.

Selon le député Georges Dallemagne (cdH), cette institution fournit le terreau du radicalisme islamique en Belgique depuis les années 1970. « Il faut lever ce tabou. Pourquoi tolérons-nous encore maintenant les prédicateurs du wahabisme et du salafisme? », a-t-il dit sur la RTBF.

Arabie saoudite

« Il faut pouvoir dire son fait à l’Arabie saoudite », a renchéri Benoît Hellings (Ecolo).

En juin, la Chambre a voté une résolution en faveur du blogueur saoudien Raef Badawi. Il y était en outre demandé « de mener une réflexion approfondie sur nos relations diplomatiques, militaires, économiques, commerciales et énergétiques avec l’Arabie saoudite« . Plusieurs partis, y compris dans la majorité, avaient réclamé un discours plus ferme à son égard.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Belgique : Charles Michel « Les prédicateurs radicaux n’ont pas leur place chez nous »

    1. Malcolm Ode

      Quelle situation invraisemblable! Un pays étranger qui sème des ilots de dissidence considérés comme « tabou »! Il faut récupérer leurs avoirs et les foutre dehors. On ne fait pas plus simple ni plus efficace.

      La grande mosquée de Bruxelle fera une excellente ludothèque (bowling, ping-pong, golf miniature…)

    2. Roland

      La Belgique semble se réveiller, Charles Michel est premier ministre, les gauchos sont dans l’opposition au FédéraL..Continuons a mettre dans l’opposition les gauchos prêts à vendre nos traditions et notre manière de vivre pour s’en mettre pleins les poches…

    3. Aline1

      «  »Le gouvernement veillera à prendre les mesures nécessaires pour éloigner les prédicateurs radicaux » »

      Et blablabla…

      Mais il ne faut pas que veiller (on croirait qu’ils disent qu’ils vont surveiller en faisant la sieste…)

      Il faut agir, de l’action – Veiller n’est pas de l’action, c’est de l’attente et à l’heure qu’il est : attendre quoi ?

      Qu’est-ce qu’il faut de plus ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *