toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

[Vidéo] Salut les Terriens, la « Dictature des humoristes »


[Vidéo] Salut les Terriens, la « Dictature des humoristes »

Le maire de Béziers, Robert Ménard n’a pas supporté la référence au nazisme de « l’humoriste » de l’émission « salut les terriens », Tom Villa.

« Toi le maire de Béziers tu nous as bien… prouvé dans la vie, il faut toujours croire en ses rêves », lance-t-il, après avoir fait une pause à double sens. Tu t’es dévoué en prenant ce poste car franchement, à part des emmerdes, qui d’autre aurait repris cette ville de… 75 000 habitants » ajoute Tom Villa.

Il a alors quitté le plateau en plein milieu d’émission.

Déborah pour Europe-israel.org







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 19 thoughts on “[Vidéo] Salut les Terriens, la « Dictature des humoristes »

    1. Moshé

      Et après ils traitent les politiques de droite de populistes !!

      (ce n’est pas suite à « 75’000 habitants » que Menard est parti, mais après « adolf » !!

      Concernant le fils de collabos puis oas d’ardisson, il suit les chemins de son père et grand-père !

    2. Armand Maruani

      Une bande de minables qui ne font rire que les imbéciles et les paillassons des muzz s’attaquant à un homme seul qui a été élu et qui assume ses responsabilités avec courage .

      Des irresponsables bien payés avec l’argent des contribuables qui ne partagent pas tous leur humour facile de ringards .

      Il a bien fait fait de quitter le plateau et de les laisser en famille , famille de laches et de soumis .

      A gerber .

    3. rachel

      Ardisson, on commence a s emmerder dans ton emission, au moins si ton humoriste faisait de l humour, meme pas, Menard lutte contre le fondamentalisme. Pour vous, pas touche aux islamistes mais qui on doit traiter d Adolf, sinon vous et votre staff et certains de vos invites, c est bon la collaboration.

    4. filouthai

      Très bonne réaction, Mr Ménard.
      Par contre , le titre de cet article qui utilise le mot « humoristes » ?
      Non, ces petits agites gaucho-bobos qui se croient intelligents, a défaut d’être drôles, ne sont pas des humoristes…
      Ce sont des intermittents de la pensée unique… C’est dire…

    5. alauda

      Pour se farcir la bonbonnière rose bonbon où Ardisson trône en roi soleil le samedi soir à la télé… faut vraiment aimer le kitch. Une audience de 900 000 spectateurs, dont des ménagères de moins de 50 ans. Beauferie ambiante assurée par le sourire cynique des invités. La nouvelle aristocratie fait son beurre sur le point Godwin.

    6. alauda

      @judith,

      « Se farcir » : supporter quelqu’un ou quelque chose de déplaisant.
      Populaire mais nullement en dessous de la ceinture.

    7. Tizi Aviv Tel Ouzou

      1) Sire Thierry Ardisson ou Ego 1er adore égratigner ceux de la cour, et des sans dents qui lui déplaisent. Avec l’aide de quelques ex-cancres-ratés scolaires recyclés en humoristes, tout excité à la pensée même de l’effet qu’il va susciter sur ces invités décontenancés par une humiliation ou une provocation soigneusement travaillée des jours durant. Puis vient l’orgasme quand il voit son invité quitter le plateau furieux et que ça lui donne la possibilité de jouer les grands seigneurs en allant tenter de rattraper son inviter furibard. Et c’est l’extase quand il arrive à les ramener sur le plateau. Un jeu très malsain.

      L’humoriste d’aujourd’hui (a quelques rares exceptions près), définition : ex cancre irrécupérable ayant raté son cursus scolaire et qui tente – pour pouvoir payer son loyer et accessoirement emballer et pécho – de rattraper le temps perdu près du radiateur ou à faire ricaner la classe en s’essayant à ce qui ne demande pas trop de travail et de réflexion pure : faire de l’Humour avec un grand Hash mais tellement trop épicé aujourd’hui, qu’il en devient immangeable et provoque des ulcères.

    8. Claire

      Il est dommage que Robert Ménard se soit fourvoyé dans ce genre d’émission. On pouvait parfaitement s’attendre aux attaques idiotes dont il a été l’objet, puisque « nazisme » et « fascisme » sont mis à toutes les sauces pour décrédibiliser les gens de droite quand on n’a pas d’argument raisonné, ni raisonnable, à leur opposer.
      Toutefois, il a bien fait de partir. La bassesse et la stupidité ne méritent pas d’autre réponse.

    9. Aline1

      Facile ! Toute une bande plus un public manipulé, contre une seule personne.

      C’est honteux et lâche.

      Et je ne félicite pas les personnes du plateaux qui n’ont pas eu les réactions qu’il fallait avoir.

      Je suis même très déçue de Laurent Baffie, qui était pour moi, encore un rare humoriste, ayant de l’humour (même si c’est de l’humour méchant) -Son sens de la répartie, sans chronique travaillée me le faisait apprécier plus que d’autres.

      Mais avec le culot et la gueule qu’il a – Ici il aurait du montrer son courage, en n’allant pas au pied levé, comme un toutou, prendre la relève de Mr Ménard.

      Mr Baffie, je vous pensais plus indépendant d’esprit – Hélas, non, comme tous les autres…

    10. Jacques B.

      Sur France Inter, suite à cet incident, Ardisson était interrogé par des « journalistes » : la mission du pseudo-humoriste était de se « mettre dans la peau » de Robert Ménard. Là-dessus, une des « journalistes » présentes sur plateau de F.I. de s’exclamer : « dans la peau de Ménard ? brrrr ça fait peur ! » et toute la clique de s’esclaffer…

      Et Ardisson de conclure : « de toute façon, l’ambiance était meilleure une fois Ménard parti ».

      Afficher à ce point son parti-pris… se rendent-ils compte qu’ils fonctionnent en circuit fermé, et que ce genre de comportements ne fait qu’exaspérer un peu plus les Français ?

      Quels minables individus, quels pathétiques et insignifiants personnages !

    11. spartacus13012

      Deja vouloir faire rire avec le pire monstre que la terre ai porté, c’est tres moyen mais parler de lui avec ironie comme une personne célèbre, ca appele a une reflexion, ce decerebre qui veut faire de l’humour est il juste un bon gros con de base, ou n’est il pas tous simplement un antisemite comme tant d’autre qui se cache derriere de la semantique. Interrogeons nous bien sur cette petite merde et sur son patron.

    12. Pinhas

      Voila ce que transmet la peur du nazi muzz ; la trouille , la dérision .

      Ces soit disant ( humoristes ) bien groupés autour de cet homme seul tel un bout de barbaque jeté à des félins de carton ont offert à leurs maîtres muzz un spectacle digne de salopards trop grassement payés .

      Robert Ménard a eu raison de les laisser entre-eux , entre connards collabos .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *