toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

« Le meurtre de Rabin était politique et nous le condamnons » affirme Netanyahou


« Le meurtre de Rabin était politique et nous le condamnons » affirme Netanyahou

Le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou a réitéré samedi soir sur sa page Facebook que le meurtre de Rabin était politique, contredisant ainsi les propos tenus par le chef de sa coalition la semaine dernière.

« Le meurtre de Rabin était politique et révoltant et nous le condamnons tous », a-t-il écrit sur sa page Facebook.

Samedi dernier, le chef de la coalition parlementaire du gouvernement David Bitan (Likoud) s’était attiré les foudres du parti l’Union sioniste en annonçant qu’il ne participera pas à la cérémonie commémorative annuelle organisée à la mémoire d’Yitzhak Rabin assassiné le 4 novembre 1995, car ce « n’était pas un meurtre politique ».

Lors de cet événement, le chef de l’opposition Yitzhak Herzog avait pour sa part, déclaré exclure toute possibilité d’union gouvernementale, et s’en prenait au chef d’Etat, en l’accusant de ne pas condamner l’incitation à la haine contre les juges, les militaires et les journalistes, comme il ne l’avait pas non plus condamné avant l’assassinat de Rabin.

Loading...

« Certains tentent, de manière récurrente, de déformer la vérité historique en m’accusant d’avoir incité à la violence avant son assassinat », s’est défendu Netanyahou, en diffusant la vidéo d’un rassemblement de campagne organisé en avril 1995, lors duquel la foule accusait Rabin d’être un traître, des mots explicitement condamnés alors par le Premier ministre.

« Non ce n’est pas un traître, il se trompe, et il se trompe largement mais ce n’est pas un traître », insistait Netanyahou lors de ce rassemblement, sept mois avant l’assassinat de Rabin.

Lors d’un entretien sur la 2ème chaîne israélienne en août 1995, Netanyahou dénonçait encore ces accusations.

« Ces accusations s’adressent au chef d’Etat, peu importe le parti auquel il appartient, il est chef d’Etat, c’est déplacé et inapproprié, c’est contre la morale et je demande à tous de cesser de proférer ces calomnies que nous condamnons ».

Près de 50.000 personnes selon les organisateurs, 20.000 selon les médias participaient samedi dernier au grand rassemblement annuel organisé à Tel Aviv à l’occasion de l’anniversaire de l’assassinat de l’ex-Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, à l’endroit où il a été abattu il y a vingt et un ans, une place qui dorénavant porte son nom.

Source

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “« Le meurtre de Rabin était politique et nous le condamnons » affirme Netanyahou

    1. Aline1

      J’aimais beaucoup Rabin, et je ne sais comment Shimon Peres a pu le faire fléchir dans son idéologie qui n’était certes pas celle à laquelle, il s’est plié, à la fin. Ce revers de veste lui aura été fatal.

      Si responsable il y a ! Pour moi, en mon cœur, dès que cela est arrivé, c’est son mentor de fin de vie, qui l’est (il était pourtant pendant toute sa vie, son pire ennemi politique).

      Il a voulu y croire Rabin ! Qui peut lui en vouloir ? Il y a cru avec tant d’espoir, qu’il s’est détaché de son positionnement habituel.

      Hélas, un extrémiste, ordure imbécile et qui n’aura jamais, lui et tous les autres qui lui ressemblent, mon intérêt religieux qui viendra de lui – Bien au contraire, ces gens nous rendraient presque athées !

      Bibi était l’homme politique au Pouvoir, et il était de l’autre côté de la barrière politique – Comme c’est le cas, dans tous les pays démocratique. Les partis opposés s’opposent comme des marchands de poissons – Et cela n’aurait pas du aller plus loin…

      Mais des religieux comme celui-ci, il faut les mettre dans le même sac que les Néturei Karta, et nous savons bien que ces religieux extrémistes sont détestés par tous les juifs, de la Diaspora et d’Israël.

      Maintenant je suis très agacée, car les Israéliens gauchistes se servent de l’image de Rabin pour un oui, pour un non – alors qu’ils savent pertinemment que vu leur attitude actuelle, il serait totalement du côté de Bibi.

      Même si la famille de Rabin s’est montré très opportuniste à la mort de ce grand homme.

    2. alauda

      Un attentat contre un homme politique a un arrière plan comme des conséquences politiques. Impossible de voir les choses autrement.

      A travers mes yeux ignorants de française sans lien direct avec le monde juif, qui plus est avec Israël, l’assassinat de Rabin fut très violent, ressenti comme un attentat contre tout effort sinon de paix, du moins de tentative de conciliation.

      On apprenait jadis, avec les grandes dates de l’histoire France, le supplice qui sanctionnait le régicide sous l’ancien Régime, celui de Ravaillac particulièrement horrible a hanté longtemps les esprits. En tuant Henri IV, ce fanatique avait touché non seulement le monarque mais surtout son Édit de Nantes par lequel ce dernier avait restauré la cohésion symbolique du corps social qui s’était déchiré pendant les guerres de religion internes au christianisme du XVIème siècle.

      On voit bien que les tentatives de faire coexister les uns et les autres à l’échelle internationale actuellement est mis à mal par le terrorisme. Que l’humanité sorte un jour de cette chaîne sans fin du cycle de la violence reste cependant un horizon d’espérance téléologique.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *