toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Attentat déjoué: «Les mairies ne demandent pas systématiquement le casier judiciaire des animateurs périscolaires»


Attentat déjoué: «Les mairies ne demandent pas systématiquement le casier judiciaire des animateurs périscolaires»

SECURITE : L’un des suspects interpellés lors d’une opération terroriste qui a permis de déjouer un attentat travaillait dans une école, ce qui pose la question du recrutement de ces agents…

Il n’était pas fiché « S », « a toujours fait un très bon travail » et « semblait apprécié des enfants qu’il côtoyait au travail ». Arrêté ce lundi à Strasbourg dans le cadre d’une opération antiterroriste qui a permis de déjouer un attentat, l’un des sept suspects interpellés était un employé municipal de 37 ans, qui travaillait comme animateur périscolaire à l’école élémentaire strasbourgeoise de la Meinau. Un homme resté jusque-là sous les radars, qui a officié quotidiennement auprès d’enfants au cours des douze dernières années. De quoi s’interroger sur le recrutement de ces agents.

Encadrer les temps périscolaires

Comme leur nom l’indique, les animateurs périscolaires sont en charge des animations et des démarches pédagogiques prévues lors de l’accueil périscolaire des enfants. En clair, ils s’occupent des activités ludiques, artistiques, manuelles, éducatives et collectives proposées aux enfants dans le cadre de l’aménagement des rythmes scolaires. Ils accompagnent ainsi les élèves âgés de 3 à 12 ans avant et après la classe, mais aussi parfois pendant la pause méridienne.

Et selon la fiche de poste, un bon animateur périscolaire doit être patient, enthousiaste, autonome, avoir le sens des responsabilités et de l’écoute, savoir travailler en équipe, mais aussi être résistant à la fatigue physique et au bruit. Côté diplôme : BAFA et certification de qualification professionnelle d’animateur périscolaire suffisent.

Loading...

Un recrutement municipal pour des moyens variables

Bien que les animateurs périscolaires travaillent dans des écoles, leur recrutement relèvent cependant des municipalités. « Nous n’avons pas la main sur le recrutement des animateurs périscolaires, ce sont des agents territoriaux recrutés directement par les mairies », confirme Francette Popineau, présidente du SNUipp, le syndicat des enseignants. « Mais toutes les collectivités ne sont pas à égalité sur ce terrain, pointe Agnès Le Brun, maire (LR) de Morlaix et vice-présidente de l’Association des maires de France (AMF) en charge des questions d’éducation. Les moyens et des préoccupations varient selon les municipalités et en pratique, certaines villes s’en sortent très bien, mais d’autres font parfois appel à des bénévoles ou à des agents sans diplôme pour prendre en charge l’animation des temps périscolaires. Et comme c’est au bon vouloir des mairies, toutes ne demandent pas systématiquement un extrait de casier judiciaire lors du recrutement ».

« Les maires nous disent souvent « les temps périscolaires, ça coûte cher ! », raconte Rodrigo Arenas-Muñoz, secrétaire général national de la Fédération des parents d’élèves FCPE. Certains réagissent comme des chefs de service sans vision pédagogique, mais ne pas mettre les moyens pour accompagner les enfants conduit forcément à des dysfonctionnements ». L’encadrement des enfants devrait ainsi faire l’objet d’une « vigilance toute particulière, par des structures habituées à cette problématique, insiste Agnès Le Brun. Or, l’arrestation de ce terroriste présumé rappelle d’une part que cette gestion des animateurs périscolaires n’est pas le cœur de métier des collectivités, et d’autre part que la radicalisation des individus est une composante de la dissimulation pratiquée par les individus prêts à passer à l’acte ».

Bien que problématique, le mode de recrutement de ces agents ne permet pas de repérer tous les cas suspects.

« L’important est d’avoir des agents au comportement professionnel, mais dans le cas présent, l’animateur périscolaire interpellé faisait du très bon travail, tout en ayant une idéologie contraire aux valeurs de la République », admet Francette Popineau. Mais « l’action de l’Etat a permis de le déceler avant qu’il ne passe à l’acte, de ce point de vue là, c’est rassurant », souligne Rodrigo Arenas-Muñoz.

 Défendre les valeurs républicaines

Mais aurait-on pu déceler plus tôt la possible radicalisation de ce terroriste présumé arrêté à Strasbourg ? « Cette affaire doit nous pousser à nous assurer que tous les agents territoriaux amenés à travailler avec des enfants défendent des valeurs républicaines », préconise Francette Popineau. Comment ? « En faisant comme pour les enseignants, dont le concours prévoit un volet sur l’éthique : la formation aux valeurs républicaines devrait être intégrée à la formation générale de ces agents », poursuit la présidente du syndicat enseignant.
Un avis partagé par le secrétaire général de la FCPE. « L’un des problèmes majeurs porte sur la formation des animateurs périscolaires, sur le plan des compétences professionnelles bien sûr, mais pas que, estime Rodrigo Arenas-Muñoz. La dimension citoyenne et la notion d’intérêt général doivent faire partie de leur apprentissage ». Pour Agnès Le Brun, de l’AMF, « l’école doit être sanctuarisée, tant au niveau du lieu que des fonctions qui y sont exercées. Des professeurs aussi ont été fichés « S » ».

Source

Learn Hebrew online






Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Attentat déjoué: «Les mairies ne demandent pas systématiquement le casier judiciaire des animateurs périscolaires»

    1. Aline1

      C’est insensé un lieu où se trouve des enfants, même en temps de calme et de sérénité doit être un lieu sur.

      Alors avant d’engager, on doit connaître à fond le CV des personnes, serait-elles, blanches, vertes, rouge, noires et d’où qu’elles viennent !

      C’est la priorité sécuritaire, viennent tout de suite après les lieux très fréquentés, ceci parce que la période est troublée.

      Faillir, c’est ne pas avoir fait le travail, en amont le plus élémentaire.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *