toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Près d’un Européen sur deux remet en cause la fiabilité des médias


Près d’un Européen sur deux remet en cause la fiabilité des médias

Bruxelles – Près d’un Européen sur deux ne croit pas que les médias de son pays diffusent une information « digne de confiance », révèle une étude sur « le pluralisme des médias et la démocratie », dévoilée jeudi par la Commission européenne.

Bien qu’une courte majorité des citoyens de l’Union européenne croient en la fiabilité de leurs médias (53%), ils restent 44% à estimer le contraire.

En tête des pays les plus confiants, trois Etats scandinaves: la Finlande (88%), le Danemark (77%) et la Suède (77%).

A l’inverse 73% des Grecs, 63% des Français et 59% des Espagnols estiment que leur presse ne diffuse pas une information digne de confiance.

Loading...

L’étude révèle d’ailleurs un fossé entre ces trois pays et les pays du nord de l’Europe dans la perception que leurs citoyens ont des médias.

Ils sont ainsi 87% en Grèce, 71% en Espagne et 69% en France à estimer que l’information délivrée par leurs médias n’est pas libre « des pressions commerciale et politique« .

Tandis que 78% des Finlandais, 61% des Danois et 61% des Néerlandais pensent leur presse nationale indépendante.

A l’échelle européenne, 57% des sondés estiment l’information soumise aux pressions et 38% indépendante.

Autre exemple: 52% des Grecs, 41% des Français et 41% des Espagnols pensent que leurs médias ne proposent pas de « diversité de vues et d’opinions« .

A l’autre bout du spectre, à nouveau les Finlandais, les Néerlandais et les Danois, qui sont respectivement 85%, 84% et 82% à estimer leurs médias suffisamment diversifiés.

Learn Hebrew online

Ils sont 66% à penser ainsi au niveau européen.

« Ces résultats mettent en évidence qu’aux yeux des Européens, il reste encore un travail considérable à faire pour assurer l’indépendance des médias, pierre angulaire de la démocratie dans l’Union européenne« , conclut l’institut TNS Opinion, qui a réalisé ce sondage entre le 24 septembre et le 3 octobre.

Près de 28.000 citoyens « de différentes catégories sociales et démographiques » ont été interrogés en face à face, à leur domicile, pour les besoins de cette étude, dans les 28 pays de l’UE.

Source

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Près d’un Européen sur deux remet en cause la fiabilité des médias

    1. Aline1

      Ah bon ? Un français sur deux croient encore aux médias.

      Ah mais oui bien sur, les enfants qui ne savent pas encore lire, surement !

    2. alauda

      Par rapport au siècle passé, la donne a changé. Avec le web et les réseaux sociaux, l’information se diversifie. Un journaliste est payé par un journal qui a une ligne ou une politique rédactionnelle définie.

      Avant, on achetait son journal et on en changeait rarement. Aujourd’hui, on peut consulter sur un même sujet plusieurs articles avec des points de vue différents. On peut consulter aussi des avis d’inconnus, des points de vue de pays étrangers, on peut se faire une idée en dehors des chemins balisés par la presse traditionnelle ou encore confronter celle-ci à d’autres sources.

      Cela aiguise l’esprit critique. Pour autant, faut-il renier la presse ? Les sociétés qui n’ont pas de presse ou qui enferme leurs journalistes sont connues pour ne pas être démocratiques.

      Ce que propose la presse n’est pas de l’ordre de la croyance. C’est de l’argumentation. Elle peut tourner à la propagande, évidemment, cela fait partie du jeu. Mais on a le droit de ne pas être ébloui par l’éclairage porté sur telle ou telle question par tel ou tel chroniqueur ou organe de presse et de regarder ailleurs.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *