Une adolescente de 15 ans est en prison à Fleury-Mérogis depuis juin. La jeune lyonnaise est soupçonnée d’avoir participé à un projet d’attentat à Paris.

Une radicalisation qui touche des jeunes de plus en plus tôt. « Il y a souvent un malaise identitaire profond », selon Mourad Benchellali, ancien détenu à Guantanamo.

Qu’est-ce qui les pousse au Djihad tôt ? Combien sont-ils à partir sur les zones de combat ?

Loading...

Les forces de l’ordre auraient intercepté des consignes visant à commettre un attentat à Paris, communiquées sur les réseaux sociaux. Une interpellation a alors eu lieu alors que l’adolescente était en compagnie de trois autres jeunes filles radicalisées soupçonnées de vouloir participer à l’attentat, qui aurait dû se dérouler le 12 mars.

Néanmoins, elle n’a pas été placée en détention provisoire à ce moment-là, mais dans un centre éducatif. Au cours de ses sorties, l’adolescente alimentait ses comptes sur les réseaux sociaux et rentrait en communication avec des individus radicalisés, dont Salah Abdeslam, terroriste ayant participé aux attentats du 13 novembre. C’est suite à ces découvertes que la jeune fille a été écrouée et placée en détention dans l’attente de son procès, qui devrait se tenir en 2017.

Source: Le Progrès