toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Livre : « Un président ne devrait pas dire ça », obsédé par Sarkozy, conscient des dangers de l’Islam, révélations sur Fillon, les « sans dents », le livre sur Hollande qui décoiffe la gauche…


Livre : « Un président ne devrait pas dire ça », obsédé par Sarkozy, conscient des dangers de l’Islam, révélations sur Fillon, les « sans dents », le livre sur Hollande qui décoiffe la gauche…

LIVRE

Livre « Consternant », « horrible », « pitoyable » : les socialistes jugent sévèrement les dernières confidences du président.

« Je viens de finir ma boîte de Prozac », lâche un proche de François Hollande. Hier matin, la parution dans nos colonnes des bonnes feuilles d’« Un président ne devrait pas dire ça »*, qui paraît aujourd’hui, a consterné le clan des hollandais. « Comment il peut faire un truc pareil ? Je lui en veux, c’est pas possible », fulmine un baron de la hollandie. « C’est horrible, horrible, se lamente une responsable socialiste. Il va avoir du mal à s’en remettre. »

Islam, terrorisme, Nicolas Sarkozy, etc. Au fil des 663 pages de ces confidences explosives, Hollande commente en spectateur son action. « Hollande donne une image assez pitoyable de lui-même », soupire un député qui le soutient pourtant. Ses détracteurs au sein du Parti socialiste (PS), eux, ne se gênent pas pour l’étriller.

Loading...

Pour acheter ce livre cliquez sur l’image

« Le mec n’a toujours pas acté qu’il est président de la République. C’est crépusculaire », tacle le député frondeur Laurent Baumel, soutien d’Arnaud Montebourg dans la primaire de gauche. Tous sont effarés par le temps que le président a consacré aux deux auteurs de cet ouvrage (soixante et un rendez-vous dont huit dîners privés au domicile d’un des journalistes). Sans compter tous les autres entretiens accordés pour d’autres livres…

« Si seulement il nous en avait accordé autant. Sa majorité ne serait peut-être pas disloquée », peste Christian Paul, le chef de file des frondeurs que le président aura reçu en groupe une seule fois durant son quinquennat ! « Mais quand est-ce qu’il bosse ? s’exaspère une cadre socialiste, fidèle de toujours. Il devrait faire une psychanalyse. Il est son pire ennemi. Il n’est pas fait pour ce job. »

« Il ne préside pas, il commente »

« Il paie cash le fait de ne pas maîtriser son expression », déplore un de ses supporteurs. Le jour où il s’adresse à la gauche dans une interview à « l’Obs » où il fait un pas de plus vers sa candidature, la sortie du livre brouille totalement son message.

Hollande obsédé par Sarkozy

Dans leur livre «Un président ne devrait pas dire ça…» (Éditions Stock), les journalistes Gérard Davet et Fabrice Lhomme décrivent un François Hollande obsédé par Nicolas Sarkozy. «L’antipathie a viré à la monomanie», écrivent-ils. Ce que semble avérer Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de la présidence de la République. «Il ne faut pas qu’il soit obsédé. Par Sarkozy. Je sais de quoi je parle d’ailleurs», a confié ce proche du chef de l’État aux deux journalistes du Monde.

Le chapitre «l’obsession» est entièrement consacré à la perception qu’a François Hollande de son prédécesseur. Parmi les attaques recensées dans ce livre de près de 700 pages, on retiendra surtout celle où l’actuel locataire de l’Elysée reprend le célèbre pamphlet de Victor Hugo sur Napoléon le Petit. Le président en fonction moque le candidat à la primaire de la droite ou plutôt «de Gaulle le petit, venant sauver la République finissante, repousser la menace factieuse, la tentation d’extrême droite, pour remettre le pays dans le droit chemin».

«Je pense que c’est un bon candidat, Sarkozy. Pas un bon président», lâche encore François Hollande. Le chef de l’État critique aussi «le langage simplificateur de Sarkozy, qui est un discours qui frappe à l’estomac ou à l’émotion». Le président fustige le «cynisme», «cette espèce d’appât de l’argent» de son prédécesseur. Il le juge «excessif – il l’a toujours été -, grossier – mais il ne l’a pas toujours été – alors que comme ancien président il devrait se maîtriser». L’ancien premier secrétaire du PS le dépeint également comme un être cupide, impudique et l’attaque aussi sur son bilan «Il a donné l’impression d’en faire beaucoup, et il en a fait très peu. Il a même avoué que, côté compétitivité, il n’avait pas vraiment mené à bien ses projets.»

Learn Hebrew online

Le président socialiste scrute son adversaire de 2012, notamment depuis son retour à la tête de l’UMP en 2014. «Il n’a fait aucun progrès. Il a toujours eu le défaut de sous-estimer… même pendant la campagne, il a sous-estimé», se désespère l’ancien maire de Tulle. Un défaut que le président de la République n’a visiblement pas concernant Nicolas Sarkozy. «Si les coups ne le tuent pas, il sera candidat. Il pense être invulnérable», prévoit celui qui n’est pas encore candidat. «Il est à la tête d’un fan-club. (…) Il y a des gens qui le suivent aveuglément. Amoureusement. Affectueusement», soumet le socialiste. Mais pour la primaire de la droite, François Hollande n’est pas très optimiste quant aux chances de celui qui l’obsède. «Il n’aura pas beaucoup de chances, Sarkozy, parce qu’il a un fan-club, mais pas un large public», subodore le chef de l’État.

Toujours inspiré lorsque les journalistes lui parlent de Nicolas Sarkozy, le stratège de l’Elysée analyse la tactique de son adversaire. «Sa ligne, c’est la peur. La peur de l’immigration, du fanatisme religieux. Il pense que c’est sur ça que l’élection présidentielle se jouera, les peurs», estime le président socialiste. «Il fait le choix de la radicalisation verbale pour aller chercher les électeurs du Front National, poursuit le Corrézien. Il pense que les électeurs de droite sont partis vers l’extrême droite parce qu’ils avaient le sentiment qu’il n’y avait pas assez de coups portés au pouvoir. Donc au-delà de son tempérament et de son caractère qui peuvent le conduire à ce type d’excès, il y a un calcul.»

Malgré cela, en cas d’élimination de la gauche en 2017, François Hollande se dit prêt à voter pour Nicolas Sarkozy au second tour face à Marine Le Pen.

Loading...

« Il ne préside pas, il commente », s’agace un de ses partisans. Quitte à se contredire. Comme sur la déchéance de la nationalité dont il se dit hostile à titre privé… après avoir voulu la faire voter par le Parlement ! De quoi exaspérer certains élus. « Ceux qui l’ont soutenu par loyauté le regrettent aujourd’hui », affirme un député. Et que dire de l’énorme pataquès autour de Notre-Dame-des-Landes ? Le jour même où Manuel Valls déclare que les opposants au projet seront bien expulsés cet automne, le président confie que d’après lui, l’aéroport ne verra pas le jour ! D’autres préfèrent en rire. Alors qu’une salle de shoot vient d’ouvrir à Paris, un député PS suggère d’interdire l’accès de l’Elysée aux journalistes, « puisque Hollande se shoote aux médias ». Mais une question les taraude tous : quelle sera l’ampleur des dégâts ? « Ça restera sans doute assez parisien mais ça participe d’une ambiance générale. C’est du bruit négatif pour lui », analyse un responsable socialiste. Un fidèle soupire : « Faire campagne pour lui, ça va être dur… »

Source

En achetant le livre « Un président ne devrait pas dire ça… » en cliquant sur l’image vous aiderez Europe Israël qui recevra une commission de 5%.





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Livre : « Un président ne devrait pas dire ça », obsédé par Sarkozy, conscient des dangers de l’Islam, révélations sur Fillon, les « sans dents », le livre sur Hollande qui décoiffe la gauche…

    1. filouthai

      Ce n’est pas un Président.
      C’est un sociopathe, nous avait dit son Ministre Macron.
      Ce livre le prouve.
      Chez moi, on dit : quel couillon , ce corrézien !

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *