toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Monde arabe « Judenfrei »: 900 000 Juifs y vivaient en 1945, ils ne sont plus que 4 500 en 2005


Le Monde arabe « Judenfrei »: 900 000 Juifs y vivaient en 1945, ils ne sont plus que 4 500 en 2005

HISTOIRE

Hitler n’a pas réussi à rendre l’Europe « Judenfrei » (libérée de tout Juif). Malgré la catastrophe de la Shoah, un tiers des Juifs d’Europe ont survécu. Le Monde Arabe a fait mieux, il est parvenu à se débarrasser de tous ses Juifs. Cette partie du monde est aujourd’hui «Judenfrei » grâce à une « purification ethnique » massive et brutale trop souvent ignorée.

Exode des juifs

Exode des juifs

Le 19 novembre 1947, cinq jours avant le vote à l’ONU de la partition de la Palestine en un Etat juif et un Etat palestinien, Mohammed Hussein Hykal Pacha, président de la délégation égyptienne au Comité politique de l’ONU, met le monde en garde : « Un million de Juifs vivent en paix en Egypte et dans les autres pays musulmans et bénéficient de tous les droits des citoyens.[1] Ils n’ont aucun désir d’émigrer vers la Palestine. Toutefois, si un Etat juif s’établissait, personne ne pourra empêcher des désordres. Des émeutes éclateraient en Palestine et s’étendraient dans tous les pays arabes et pourraient conduire à une guerre entre les deux races ».[2]

Ces Juifs vivent depuis de nombreux siècles dans les pays arabes musulmans. Ils n’ont pas toujours et de loin bénéficié de tous les droits des citoyens. Ils ont trop souvent été traités comme des « sous-hommes » en butte à des tracasseries qui ont parfois dégénéré en pogroms. Mais comme le souligne Hykal Pacha, ils n’envisagent pas de quitter les pays de leurs ancêtres. Ils sont habitués à des conditions de vie difficiles. La seule exception concerne l’arrivée en Palestine de 28 000 Juifs yéménites avant la deuxième Guerre mondiale. Ils parlent hébreu, sont voisins et sont dans le dénuement le plus complet.

L’Egyptien voit juste. La décision de partition de la Palestine prise par l’ONU va provoquer la « guerre entre les deux races ». Pour les Juifs du monde arabe, poursuit Hykal Pacha, la création d’un Etat juif entraînera des conséquences supplémentaires. « Les Nations Unies (…) ne doivent pas perdre de vue que la solution proposée pourrait mettre en danger les Juifs vivant dans les pays musulmans. La partition pourrait créer dans ces pays un antisémitisme encore plus difficile à déraciner que l’antisémitisme que les Alliés tentent d’éliminer en Allemagne (…) Si les Nations Unies décident la partition de la Palestine, elles pourraient être responsables du massacre d’un grand nombre de Juifs ».[3]

Loading...

exode_3-300x211L’antisémitisme violent n’a pas attendu. Depuis la fin de la guerre, face aux menaces de partition souvent évoquées par les Alliés, les pogroms meurtriers se sont multipliés et ont pris une ampleur nouvelle. Incendies, pillages et meurtres, les violences redoublent. A Aden, 82 Juifs sont tués le 9 décembre 1947.[4] En 1946, un pogrom sanguinaire terrifie les Juifs de Téhéran.[5] En novembre 1945, après deux jours de pogroms, on compte 130 morts, des centaines de blessés, 7 synagogues, 500 magasins et 350 maisons détruits à Tripoli en Libye.[6] Un second pogrom le 12 juin 1948 fera 15 victimes et 280 maisons détruites.[7] Au Maroc en juin 1948 des émeutes raciales à Oujda et Jerrada  provoquent la mort de 43 Juifs et en blessent 155.[8]

De juin à août 1948, les attentats à la bombe et les incendies criminels se succèdent dans les quartiers juifs du Caire et d’Alexandrie. Au cours de cette vague de violences, on dénombre environ 250 victimes.[9] Des centaines de Juifs sont arrêtés et leurs propriétés confisquées. Les Juifs d’Irak se rappellent les attaques dont ils furent l’objet en 1941, qui firent 200 morts et 2000 blessés.[10] En 1947 au cours d’émeutes à Alep en Syrie, le quartier juif est incendié et 75 Juifs sont tués.[11]

S’ajoutent à ces meurtres un grand nombre de mesures administratives discriminatoires qui rendent la vie des Juifs insupportable et constituent un véritable « pogrom à froid ». Arrestations arbitraires, confiscation de propriétés, exclusion de professions, fermetures d’écoles et d’institutions juives sont le lot quotidien des autochtones juifs. A chaque confrontation des Etats arabes avec Israël, les persécutions redoublent contre ces Juifs arabes qui sont accusés d’aider et d’espionner pour le compte de leurs coreligionnaires. Plus de 200 000 Juifs fuient dans les deux années qui suivent la proclamation de l’Etat d’Israël. 32 000 de Libye, 48 000 du Yémen, 114 000 de l’Irak, 10 000 d’Iran, 18 000 du Maroc.[12]

exode juifsLa vie déjà difficile de ces Juifs devient impossible. Ils se retrouvent dans la situation des Juifs allemands dans les premières années du nazisme, « des morts sociaux ». Il ne leur reste plus qu’une issue, fuir pendant qu’il est encore temps. Quel pays est prêt à recevoir ces Juifs, très pauvres pour la plupart, arabisant bien que rejetés par leurs concitoyens ? Israël, le nouveau pays qui leur a valu la fureur dévastatrice des pays de leur naissance, accueillera plus de deux tiers de ces exilés (voir troisième colonne du tableau ci-dessous). Plus de 80% si l’on excepte les quelque 100 000 Juifs d’Algérie qui se dirigeront naturellement vers la France, pays dont ils possèdent la nationalité.

On a dit que, si l’Etat d’Israël n’avait pas existé, ces 600 000 Juifs des pays arabes n’auraient pas trouvé d’autre pays d’accueil et auraient progressivement disparu dans leur pays d’origine où ils ont pourtant pu survivre des siècles. Ne peut-on tout aussi bien soutenir que leur exode forcé n’aurait pas existé si des persécutions inhumaines n’avaient pas été entraînées par les guerres entre l’Etat d’Israël et ses voisins arabes ? Ce n’est pas la création de l’Etat d’Israël qui les a fait venir, mais l’intensification des persécutions dont ils ont été l’objet à la suite de la création de cet Etat qui les a obligés à fuir… en Israël. Le monde arabe a saisi l’occasion pour éliminer les Juifs qui vivaient auprès d’eux depuis des temps immémoriaux, afin de rendre leurs pays « Judenfrei ». 

Population juive des pays arabes [13]

Loading...
Arrivée en Israël
1945 2005   1948-1989 [14]
Algérie   140 000 0 24 000 [15]
Egypte 75 000 100 37 000
Irak 150 000 environ   20 130 000
Liban 20 000 environ  20
Libye  38 000  0  36 000
Maroc  265 000  2 500  266 000
Syrie  30 000  100 à 150  8 000
Tunisie  105 000  1 500  52 000
Yémen  63 000  200  51 000
Total  886 000  environ 4 500  604 000

 © André Charguéraud pour Europe Israël News

[1] Monde arabe : 900 000 plus Turquie et Iran  160 000.

[2] YA’AKOV Meron, in SHULEWITZ Malka Hillel, éd. The Forgotten millions. The Modern Jewish Exodus from Arab Lands, Continuum, London and New York, 2000, p. 84. Déclaration de Hykal Pacha au Comité politique de l’assemblée générale des Nations Unies le 24 novembre 1947.

Loading...

[3] Ibid.

[4] GILBERT Martin, Exile and Return :The Struggle for a Jewish Homeland, Lippincott, Philadelphia, 1978, p. 307

[5] VERNANT Jacques, The Refugee in the Post World War, Allen and Unwin, Londres, 1953, p. 64.

[6] Ibid. p. 249.

[7] WEINSTOCK Nathan, Une présence si longue, Comment le monde arabe a perdu ses Juifs, 1947-1957. Plon, Paris, 2008, p. 70.

[8] Ibid. p. 147.

[9] Ibid. p. 173.

[10] Ibid. p. 221.

[11] Jewish Exodus from Arab Lands. Answer.com. Voir aussi une liste exhaustive de ces persécutions dans ALLALI Jean-Pierre, Les réfugiés échangés, Séfarades – Palestiniens. JIPEA, Paris, 2007, p. 72 et ss.

[12] AGAR Herbert,  Les Rescapés, Sedimo, Paris, 1964, p. 250, 299, 300, 291. Jewish Exodus from Arab Lands. Answer.com. Pour le chiffre du Maroc.

[13] WEINSTOCK, op. cit.  p. 328.  International Sephardic Leadership Council. Sephardic Political Action Team trouve un chiffre voisin de 848 000 pour l’année 1948 et de 6 600 pour 2001.

[14] SHULEWITZ, op. cit.  p. 138. Chiffres publiés par l’Office central des statistiques d’Israël en 1996.

[15] 100 000 Juifs algériens partent vers la France. Ils sont de nationalité française.







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Le Monde arabe « Judenfrei »: 900 000 Juifs y vivaient en 1945, ils ne sont plus que 4 500 en 2005

    1. Marie

      Je suis encore consterné du silence d’Israël sur ce problème du racisme arabe avec la purification ethnique des juifs qui étaient présents depuis2000 ans dans ces pays conquis par les arabes il y a seulement 1200 ans
      Ce problème existe depuis 1948-73 c’est à dira au moins depuis 43 ans et jamais israel à évoqué ce problème à l’ONU ..Pourquoi ce silence ?
      ´

    2. MisterClarvoyant

      Oui, c’est dommage que Israël n’ait jamais demandé à l’ONU d’indemniser tous les réfugiés juifs des pays arabes, donc la plupart sont partis de son plain gré dans les pays arabes voisins « en attendant que les armées arabes massacrent tous les juifs et les jettent a la mer. Donc l’ONU a discriminé les réfugiés juifs, que eux ont étés poussés au départ des pays arabes, sous des menaces, discriminations et parfois des massacres publiés dans les médias du monde entier. Très injuste, car ces juifs, ne faisaient pas la guerre a ces pays arabes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *