toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

«Il faut dire la vérité, la plupart des migrants de la jungle de Calais ne sont pas des réfugiés»


«Il faut dire la vérité, la plupart des migrants de la jungle de Calais ne sont pas des réfugiés»

L’évacuation de la jungle de Calais a commencé. Pour Xavier Saincol, le gouvernement socialiste entérine son renoncement à faire appliquer les lois sur l’entrée, le séjour et l’asile alors qu’il s’agit en l’occurrence d’étrangers en situation irrégulière.

Le drame de la Jungle de Calais n’a rien de nouveau, même s’il s’est considérablement aggravé en quatre ans. Il remonte à la fin des années 1990, lié au fonctionnement de l’espace Schengen: la France a ouvert ses frontières européennes et s’est engagée à protéger par tous les moyens celles de la Grande-Bretagne, transformant, le Calaisis en cul-de-sac, réceptacle des migrants qui ont traversé une partie de la planète dans le but de se rendre outre-Manche. L’aggravation soudaine du chaos renvoie au démantèlement de la frontière extérieure européenne, intervenu en 2015, à la suite des déclarations intempestives de plusieurs dirigeants européens, dont Mme Merkel, la chancelière allemande, et M. Junker, président de la Commission: «ouvrons leur les bras!». Le flux migratoire sans précédent historique, ne cesse de s’amplifier: après un million d’entrées en 2015, sans doute le même nombre en 2016 alors que plusieurs millions de personnes se pressent aux portes de l’Europe, dans l’impuissance d’une Union européenne qui ne parvient pas à s’organiser pour combattre les trafics criminels et se décompose alors qu’elle devrait au contraire unir ses forces.

Le phénomène auquel nous assistons dans le Calaisis signe l’échec de l’État de droit dans la République française. Il est incompréhensible que l’État ait laissé se mettre en place une zone de non droit de cette ampleur. Pis: la solution qui consiste à évacuer de force la jungle et à répartir les migrants dans des centres d’accueil dans les régions est symptomatique du renoncement à faire appliquer les lois sur l’immigration irrégulière.

Loading...

Il faut dire la vérité: les migrants de la jungle ne sont pas des réfugiés. Le principe même du droit d’asile s’applique à des personnes qui fuient des persécutions et s’installent dans le premier pays assurant leur protection, où ils se trouvent en sécurité le temps nécessaire. Les migrants du Calaisis ne sont pas dans cette logique. Ils tentent de gagner le Royaume-Uni à tout prix dans un objectif de travail. Ce n’est que faute de pouvoir se rendre en Grande-Bretagne qu’ils devront se «contenter» de la France. De fait, ils sont des étrangers en situation irrégulière, qui n’avaient pas le droit d’entrer sur le territoire et auxquels les lois de la République interdisent d’y séjourner. Ce sont de jeunes célibataires pour la plupart. Ils ont laissé leur pays qui pouvait avoir besoin d’eux, soit pour son développement économique et social, soit pour combattre la tyrannie. Face à cette situation, l’État a un devoir: appliquer les lois de la République et les raccompagner dans leur pays dans le respect de leur dignité et sauf raison humanitaire spécifique.

En organisant leur dispersion dans les régions, le gouvernement socialiste entérine son renoncement à faire appliquer les lois sur l’entrée, le séjour et l’asile. Paralysé par l’idéologie, la peur du regard des médias et des militants, le pouvoir politique cède sur toute la ligne et renonce au principe de l’État de droit. Au sommet d’une situation absurde, nous voyons des fonctionnaires français qui demandent à des étrangers en situation irrégulière d’accepter de rester en France alors qu’ils devraient en repartir. Ils les incitent même à demander l’asile en France tout en sachant qu’ils ne sont pas des réfugiés et que, en tout état de cause, le droit européen écarte la responsabilité de la France dans l’examen de leur demande d’asile, qui incombe au seul pays d’entrée dans l’Union européenne (règlement Dublin). Le drame du Calaisis est celui d’un État démissionnaire, impuissant, incapable d’assumer ses responsabilités et sa mission fondamentale: faire respecter le droit.

En procédant de la sorte, l’État aggrave le chaos et la confusion ambiante. Il n’est pas incompréhensible que les maires renâclent à ouvrir des centres d’accueil de personnes qui ont bafoué les lois pour entrer et rester en France. Mais pour l’État, il est plus facile de contraindre des élus locaux et les populations – sous la menace de les faire passer pour racistes – que d’imposer le respect les règles de l’État de droit. À terme, ce mode de gestion de la crise migratoire est désastreux. Il donne une image négative de l’immigration comme résultat de l’impuissance publique et comme source de chaos. Une immigration organisée, régulée, maîtrisée, négociée avec les pays d’origine, pourrait être une vraie chance pour notre pays sur le plan économique, démographique, culturel, comme pour l’Europe dans son ensemble. Avec sa politique de répartition régionale forcée des migrants en situation irrégulière, le pouvoir politique enterre de facto le principe de maîtrise du flux migratoire et de lutte contre l’immigration illégale. Il bafoue l’idée d’une immigration positive, maîtrisée, comme atout pour la France. Cette situation chaotique, à l’évidence, fait le jeu des courants extrêmes et des partis nationalistes et anti-immigration, en France comme partout en Europe. À terme, en montrant l’impuissance de l’État, elle favorise la xénophobie. La future majorité en 2017, si elle veut éviter un cataclysme électoral en 2022, devra avant toute autre considération reprendre en main la politique migratoire de la France et renouer avec les fondamentaux: une politique raisonnable sur l’immigration régulière et ferme sur l’immigration illégale.

Learn Hebrew online
Xavier Saincol




Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “«Il faut dire la vérité, la plupart des migrants de la jungle de Calais ne sont pas des réfugiés»

    1. capucine

      oui se sont des clandestins économiques venu en europe et en France pour profiter des avantages sociaux …que les français seront obligés de payer …
      ces clandestins doivent repartir dans leur pays respectif …

    2. zanaroff

      En plus quand ils arrivent; ils vivent dans des conditions insalubres, et ils se sentent rejetés par tous car non désirés, et imposés. Les élites sont foutracos, ont perdu la raison pour des pétro dollards, pour faire plaisir à l’ONU qui est devenu le bras des pays musulmans. L’Europe est un continent sacrifié, si ils font rentrer des millions d’étrangers sur notre sol, c’est pour un génocide programmé. Ils vont faire imploser l’Europe, soit sous la bombe atomique, soit sous les bombes traditionnelles. Soit dans la guerre civile et inter religieuse. Au choix, mais cela va pas être beau à voir. Je préfère la valise que le cercueil. Tchao l’Europe, je t’aimais bien mais ça s’était avant !!!

    3. yoniii

      hi

      les dhimmis eurabiate applique l acord euro arabe decris par bat ye or

      ni plus ni mions

      un dhimmis oeuvre toujoiur au profit de son maitre muzz
      et au detriment de sa propre civlisation occidentale

      by

      nb les varitéble coupable sont les peuiple occidentaux qui s applatissent comme platre
      et les patriote totalement desarmée , incompetent et peureux

      by

    4. Frank Giroux

      Ce dont il devrait être question ici n’est pas de savoir si ces migrants sont des réfugiés ou pas… La seule question que l’Europe sevrait se poser, est :« Quel est le danger réel de pandémie?» la réponse est claire comme de l’eau de source = IMMENSE.

      Chaque étranger qui arrive dans n’importe quel pays occidental ou en Amérique est une mine de contamination bactérienne pour les indigènes de ces pays.

      Ces gens n’ont pour la plupart jamais été vaccinés contre quoique ce soit, n’ont jamais reçu de soins médicaux et surtout n’ont jamais eu de relations «intimes» protégées. Tous les indigènes devraient les fuir à vitesse grand V, d’autant plus que, de ce qu’on en sait à présent, ils sont avides de rapports sexuels avec des femmes blanches.

      Ici au Québec nous avons eu une mini-série de viols et d’attouchements sexuels à l’université Lavalet qui étaient les coupables vous pensez? Des étrangers foncés… La sœur d’un des jeunes qui a été arrêté par la police vendredi passé a dit »oh, mon frère n’a que dix-neuf ans et c’est un bon garçon qui ne feraient pas de mal, il et pas comme ça.»

      Ben, tien…

      Dix-neuf ans qu’est-ce que ce sera quand il en aura 25 ?

    5. Frank Giroux

      @Xavier Saincol,

      je suis de votre avis. Mais je veux ajouter quelque chose.

      Je crois qu’il serait bien que les gens cessent de s’offusquer ou de se fâcher quand on les traite de racistes, de xénophobes ou tout autre épithète du genre. Qu’on le soit ou pas, au point où en sont rendu les choses, n’a plus d’importance, ni de sens. . Les gens doivent assumer les épithètes méprisantes et dire haut et forts : «oui, vous avez raison je suis ceci, cela, raciste, xéno. je le suis parce qu’ici c’est ma terre, c’est celle que je veux léguer à mes enfants, je le suis parce que mon argent doit être dépenser pour MES compatriotes, pas donner à des étrangers, oui je le suis parce que je veux continuer à vivre et faire vivre mes enfants sur une terre, un pays en paix. J’en ai plus qu’assez de l’insécurité, de la chicane, de la pagaille. Oui je suis raciste, je suis pour ma race, pour les gens de mon pays.

      Voilà. Que le peuple s’assume. Arrêtez d’avoir peur des motsl.

    6. Pinhas

      Comme le chantait Patrick Juvet  » Où sont les femmes ?  »

      Hé non ! il n’y en a pas ou presque pas car ces faux réfugiés sont des envahisseurs .

      Alors pour ma part je dis  »Un coup de pied au cul , un bounty et dégagez moi ces barbares .

    7. porticus

      et 39 immigrés clandestins tous hommes seuls jeunes du soudan arrivés en car hier soir à segré maine et loire sur proposition du maire élu par les gens de droite pourtant !!!
      logés dans l’ancien hopital avec petits déjeuners et autres fournis par les associations collabo de segré
      il y avait déjà des gitans, des arabes et des africains (environ 50 ) dans la barre hlm
      il n’y a jamais de fin dans l’invasion que les élus approuvent quand ils ne la réclament pas !!!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *