toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Essonne : des policiers agressés dans un quartier sensible : l’un d’eux est « entre la vie et la mort »


Essonne : des policiers agressés dans un quartier sensible : l’un d’eux est « entre la vie et la mort »

Claude Carillo, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance, revient sur l’agression de policiers qui s’est déroulée à Viry-Châtillon le 8 octobre.

Quatre policiers ont été blessés, dont deux « sérieusement », par une dizaine de personnes, samedi 8 octobre à Viry-Châtillon (Essonne). Des cocktail Molotov ont été utilisés à leur encontre dans la cité Grande Borne peu avant 15 heures. Au micro de RTL, Claude Carillo, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance 91, donne des nouvelles de leur état de santé.

« On a notre jeune collègue mère de famille de trois enfants, qui est très choquée, qui normalement devrait s’en sortir beaucoup plus facilement que notre jeune adjoint de sécurité, qui lui est entre la vie et la mort. Il a été placé dans un coma artificiel, il est dans un état jugé très très sérieux. »

Les deux policiers les plus gravement blessés ont été bloqués dans leur voiture par les assaillants. « Il y avait deux véhicules. Dans les deux véhicules, il y avait deux fonctionnaires de police. Il faut penser à nos deux autres collègues qui ont été aussi gravement blessés, avec fracture du poignet pour l’un et des brûlures pour les deux. C’était quand même une tentative de meurtre envers nos quatre collègues. »

« Il nous manque 300 effectifs, je les réclame depuis des années sur le département » Claude Carillo, secrétaire départemental du syndicat de police Alliance 91

Les quatre policiers surveillaient une caméra de vidéosurveillance régulièrement vandalisée. Elle ne fonctionne plus depuis le 4 octobre. « C’est une caméra qui a été placée par la mairie par rapport aux vols portières qui se déroulent sur ce carrefour. On a les délinquants de la Grande Borne qui régulièrement arrêtent les véhicules et qui volent les effets personnels à l’intérieur. La cité fait preuve de trafic en tout genre. On a vraiment une économie souterraine très très forte. »

Manuel Valls appelle à « des sanctions fortes » contre les auteurs de cette agression. Le responsable syndical, lui, est un peu désabusé par les décisions de justice antérieures prises après les interpellations des trafiquants.

« À chaque fois, il y a quelque chose, qui d’un point de vue judiciaire, permet que ces individus soient relâchés, ce qui donne aujourd’hui le fait que ces délinquants se permettent tout. (…) Que l’on nous donne les moyens de travailler sur le département. Il nous manque 300 effectifs, je les réclame depuis des années sur le département. »

Source

 







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “Essonne : des policiers agressés dans un quartier sensible : l’un d’eux est « entre la vie et la mort »

    1. Malcolm Ode

      « Jusqu’où s’arrêteront-ils? » ! – (les responsables politiques de cette situation nationale et européenne qui ne cesse de s’envenimer : aucun ordre d’aucun niveau ne peut interdire à un policier ou à un soldat de défendre son intégrité physique et sa vie, même si pour ce faire il doit utiliser un lance-flammes, un bazooka ou son arme de service).

    2. Malcolm Ode

      « Jusqu’où s’arrêteront-ils? » ! – (les responsables politiques de cette situation nationale et européenne qui ne cesse de s’envenimer : aucun ordre d’aucun niveau ne peut interdire à un policier ou à un soldat de défendre son intégrité physique et sa vie, même si pour ce faire il doit utiliser un lance-flammes, un bazooka ou son arme de service).

    3. Trannod

      en ce qui me concerne
      vis a vis des habitants
      je veux les coupables sous 48 h

      sinon
      je fais tout sauter

      vous choississez

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *