toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Essai politique : Philippe de Villiers interroge la France et l’islam avant qu’il ne soit trop tard


Essai politique : Philippe de Villiers interroge la France et l’islam avant qu’il ne soit trop tard

Avec l’amour universel du genre humain qu’on rencontre chez les hommes assagis par les combats, Philippe de Villiers interroge, sereinement mais crûment, l’avenir de ceux qui vivront en France dans les vingt prochaines années. Son nouvel essai politique «Les cloches sonneront-elles encore demain ?», paraît chez Albin Michel, et sort en librairie ce 12 octobre 2016. A la question posée, l’auteur apporte une réponse sans équivoque : les musulmans qui aiment la France au plus profond de leur être doivent rester, mais les autres doivent quitter la France dans leur propre intérêt. Une analyse à froid écrite sur une actualité brûlante, pour une parole métapolitique sans haine ni concession. 300 pages à lire lentement et méditer longtemps.

La France n’est pas à conquérir, encore moins à niquer, elle est à aimer sans partage. En effet, des individus quels qu’ils soient, peuvent-ils cohabiter pacifiquement sur une terre avec la volonté avouée et entretenue de détester leurs concitoyens pour des motifs ethnico-religieux, aggravés par un esprit de revanche post-colonial inscrit jusque dans l’hymne national algérien chanté place de la Bastille les soirs de liesse ? jusqu’à concevoir le «taf», c’est à dire l’élimination physique des Français en France ? voire l’anticiper en assassinant des «koufars» au petit malheur la chance selon l’inspiration embrumée des fous d’Allah ?

Peut-on encore ne pas voir en France la fracture culturelle que la classe politique française a dans sa majorité voulu ignorer pendant 40 ans, alors que son mandat de gestionnaire des affaires publiques était précisément de l’anticiper ? Le résultat est sous nos yeux, il est sans appel : la France est au bord de l’éclatement. Quand bien même l’éclatement ne se produirait pas demain, il se produira après-demain, si rien n’est fait. De Giscard à Hollande, les hommes au pouvoir ont creusé le fossé culturel au lieu de le combler, et le successeur de François Hollande continuera en toute probabilité à exacerber les passions ethnico-religieuses. Peuple de France, ce que tu ne feras pas pour toi-même, personne ne le fera à ta place, encore moins cette classe politique arrogante qui te conduit à ta perte, car elle est achetée par ceux-là même qui travaillent à te faire disparaître. Peuple de France, connais-toi toi-même.

Loading...

Or pour Philippe de Villiers, l’équation «France + Islam = Vivre + Ensemble» est sans solution, car l’Islam est factuellement incompatible avec les trois concepts fondateurs de la République :

1) Liberté : l’Islam ne peut pas accepter que la Loi qui s’impose à tous soit une loi civile librement écrite par une représentation nationale, car pour l’Islam, la Loi civile est déjà dans le Coran, écrite par Dieu lui-même. Il n’y a donc pas en Islam de liberté pour écrire une loi commune qui s’imposerait au Coran. Il n’y a donc pas d’autre choix possible pour l’Islam que de soumettre les Français à la loi coranique, la Charia, au besoin par le Djihad armé, quand le nombre le permettra. Si la colonisation démographique de notre pays se poursuit au rythme actuel, l’heure viendra où les Français ne pourront plus choisir librement leur religion, encore moins leur philosophie ou mode de vie, car en terre d’Islam l’incroyant est dans le meilleur des cas humilié, et l’apostat est passible de mort. «L’effet cliquet» est terriblement efficace et irréversible. Mieux vaut prévenir que mourir.

2) L’égalité homme-femme, telle que nous la concevons dans notre République héritée de notre tradition chrétienne, et inscrite dans le préambule de notre constitution, est incompatible avec la discrimination des sexes inscrite dans la Charia : dans l’Islam la parole de la femme ne pèse pas autant que celle de l’homme, car la valeur de la parole est associée au membre viril. Par exemple, la femme peut être lapidée pour adultère supposé, au poids des paroles données par les uns ou par les autres, la sienne ne valant que la parole d’une femme, c’est à dire rien. Question à laquelle une éminence grise comme Tariq Ramadan n’a jamais su répondre, en dehors d’esquiver par une hypothétique consultation des «savants de l’Islam», seuls autorisés à faire évoluer l’interprétation d’un texte qui ne s’interprète pas. Va comprendre Charles !

3) La fraternité pour l’Islam s’arrête à la communauté des musulmans, «sois mon frère dans l’Ouma ou je te tue», pour faire simple, incompatible avec la fraternité d’inspiration chrétienne inscrite sur les frontons de nos mairies, «nous sommes frères dans le sacrifice de nous-mêmes pour notre patrie commune, y compris dans nos différences religieuses». S’il y a bien une notion de sacrifice dans les deux conceptions de la fraternité, elles sont pourtant diamétralement opposées : «je te sacrifie» en Islam versus «je me sacrifie» en République, révèlent une antinomie absolue entre fraternité islamique et fraternité républicaine, d’autant plus absolue qu’en Islam, l’Ouma sera toujours une patrie supérieure à la patrie charnelle qui fonde la devise républicaine.

Selon un sondage récent de l’Ifop, 28 % des musulmans vivant en France attendent explicitement «le bon moment» pour passer à l’action du Djihad armé, alors que 25 % autres le pensent en le cachant, s’appliquant à la «taqya», le mensonge autorisé par le Coran en situation de minorité. Les questions posées par Philippe de Villiers dans son nouvel essai politique ne sont donc pas seulement théoriques, mais aussi cruellement concrètes, voire vitales pour notre proche avenir. Un petit guide de survie à l’usage des Français vivant en France sera-t-il la seule solution envisagée par le gouvernement ? Ne rions pas, François Hollande ou son probable successeur du centre mou en sont bien capables, ayant déjà démontré à plusieurs reprises que le ridicule tue.

Pour l’auteur de «les cloches sonneront-elles encore demain ? », il n’est donc plus temps d’entretenir l’illusion-mensonge d’une intégration de l’Islam dans la République : pour toutes les raisons évoquées, «l’Islam n’est pas soluble dans la République». Pour l’avoir caché ou plus simplement ignoré, les présidents de la 5ème République qui ont accepté la colonisation de la France par l’Islam ont du sang sur les mains, «leur responsabilité est criminelle», affirme Philippe de Villiers. Nicolas Sarkozy et François Hollande appartiennent à cette génération d’hommes politiques, qui avec Valéry Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac, ont accepté de sacrifier l’unité nationale, la paix civile et notre destin collectif, au nom d’un économisme apatride devenu mortel, dangereusement mortel, islamiquement mortel, demandez aux chrétiens d’Orient ce qu’ils en pensent.

Learn Hebrew online

Fut une époque révolue, où la Méditerranée entière était «la Chrétienté» ; massacres après massacres, qu’est-elle devenue aujourd’hui ? En Irak et en Syrie, les Chrétiens sont une minorité en voie d’extermination, car les forces du mal islamique ont été libérées par les calculs cyniques des puissances d’argent orientales et occidentales, associées pour le pire en ce lieu où les convoitises pétrolières et gazières des puissants font le malheur des peuples. La Turquie célèbre chaque année à grand fracas de national islamisme la prise de Constantinople à l’empereur chrétien, mais refuse de reconnaître le génocide des chrétiens orthodoxes d’Arménie au siècle passé, tout un symbole : l’Islam est conquérant et ne s’embarrasse pas de repentance, Inch’ Allah ! A l’intérieur de l’hexagone, des territoires de France ne sont plus français, sauf par la préfecture, mais est-ce un critère ? Des «Molenbeck», une centaine selon le ministre de la ville, fracturent l’unité de cœur que nous avions pris l’habitude d’identifier à notre territoire. Peut-on tolérer cette partition du territoire national sans voir la haine de la France qui y prend racine ? sans voir l’anti-France guerrière qui s’y prépare ?

C’est pourquoi Philippe de Villiers révèle et dénonce avec force et arguments un projet subversif voulu et conduit par les banques mondialisées depuis le cœur même de l’Union Européenne, avec dans leurs objectifs prioritaires l’invasion démographique programmée de notre continent, invasion à laquelle les peuples d’Europe assistent, spectateurs sidérés par l’ignorance de ce qui leur arrive, estomaqués par les mensonges surréalistes des médias qui affirment le contraire de ce que chacun voit, et sans jamais pouvoir réagir aux frontières, car les Souverainetés nationales ont été savamment confisquées par tant de menteurs habiles à les désarmer, grâce à la toute puissance des institutions subversives de l’Union Européenne, aujourd’hui livrée à une poignée de fonctionnaires politiquement irresponsables et sous influence de puissances d’argent sans scrupule. L’Otan omnipotent et placé sous la coupe d’une Amérique manipulatrice et agressive se joue alors d’une Europe suspendue au bon vouloir d’une poignée de riches aux mains sales. Pouvons nous laisser faire sans réagir ?

Après avoir analysé les causes de notre malheur et démontré la réalité des risques pour l’avenir, Philippe de Villiers lance donc une alerte majeure : La machine islamique à broyer les peuples d’Europe est en marche ! Machine à broyer les frontières, Schengen aidant, machine à compiler par la force des populations incompatibles, Junker remplissant les trains et Merkel les faisant entrer en gare, machine infernale à conditionner les individus par le mensonge des médias et l’endoctrinement des enfants dans les écoles, Belkacem s’y exerçant, machine à désarmer les États, Sarkozy et Hollande s’entraidant, machine à piétiner les libertés individuelles, machine criminelle à dessein, qui veut finalement nous précipiter corps et âme dans l’enfer que connaissent depuis un siècle les banlieues américaines livrées aux violences quotidiennes de la rue des sans-dent, afin de neutraliser toute velléité de rébellion contre leur système inique de domination par l’argent, pour le malheur et pour le pire des peuples encore libres d’Europe, certes encore libres, mais pour combien de temps encore ? Réveillons nous avant qu’il ne soit trop tard et reprenons à notre compte les instruments de notre souveraineté nationale, en commençant par retrouver la fierté de notre Histoire et de notre identité française.

Loading...

Dans la dernière partie de son ouvrage admirablement écrit, concis et précis, probablement la plus intéressante, Philippe de Villiers aborde les solutions aux problèmes posés par la présence de l’Islam en France, et pense qu’il peut y avoir des solutions socialement acceptables, à condition de poser l’équation autrement : «France + Musulmans = Amour + Patrie », car la seule solution viable c’est «l’amour partagé de la France», exprimé à travers le roman national dont la dernière page reste à écrire. Philippe de Villiers propose donc aux musulmans de France de rejoindre notre roman national et de faire descendre l’amour de la France au plus profond d’eux-mêmes, afin de partager avec eux les grandeurs de notre beau pays, et se reconnaître avec eux dans la communion des imaginaires et des cœurs.

C’est en 300 pages bien pesées, c’est sans haine et sans lâcheté, c’est riche en informations inédites sur les projets inavouables de l’Union Européenne, c’est dense en idées accessibles et bien ordonnées, et c’est mobilisateur pour avancer avec tous les amoureux de notre France vers un avenir pour tous. Bonne lecture.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Essai politique : Philippe de Villiers interroge la France et l’islam avant qu’il ne soit trop tard

    1. larretch

      dans l’esprit de lutè contre les envahisseurs tous les parisiens au trocadèro dimanche juifset chrètiens pour soutenir les kabyles pour l’indèpandence de leurs pays face aux arrestations par l’armè des occupants coloniaux l’algèrie

    2. sergeb

      C’est la mort de l’Europe ASSURÉE qui est en marche, on ne veut plus se battre pour la LIBERTÉ, plus de sang versé, vaut mieux la SOUMISSION qu’une perte de vie. Tout le monde veut aller au ciel mais personne ne veut mourir,

    3. Aline1

      Vraiment une bonne analyse et qui me met à l’aise avec les sentiments que je ressens.

      Car en dépit de tout ce qui arrive par l’Islam et par des musulmans, j’ai du mal à pointer tous les musulmans.

      Et dans ce livre déjà une telle phrase ne peut en aucune manière être assimilée à un racisme quelconque, ni même à de l’amalgame :

      « les musulmans qui aiment la France au plus profond de leur être doivent rester, mais les autres doivent quitter la France dans leur propre intérêt »

      Que les musulmans honnêtes et de bonne foi, réfléchissent. Est-ce que dans leurs pays, ils ont la même tolérance ?

      Même ce mot de tolérance me gêne, quand il s’agit des musulmans qui ne demandent rien qu’à vivre comme tout le monde ici. Je ne les « tolère » pas seulement. Ils sont comme nous…

      Seulement, ils ont tout de même un grand tort, celui de ne pas se désolidariser avec franchise et en masse, d’une manière médiatique forte, des extrémistes qui portent ombrage à leur religion.

      Je sais que ce n’est pas facile. Qu’ils craignent peut-être même pour leurs vies. Mais qu’ils réfléchissent bien…Serait-ce plus facile, si nous arrivions à une guerre civile, où tout le monde se trouverait en danger, eux y compris ?

      C’est cela qu’ils désirent pour le pays qui reçoit et où ils aiment être, j’en suis sure ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *