toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Désinformation médiatique : « Égorgé », le mot que France Télévisions censure


Désinformation médiatique : « Égorgé », le mot que France Télévisions censure

Dimanche 2 octobre avait lieu une cérémonie pénitentielle à la paroisse de Saint Étienne-du-Rouvray en mémoire du père Hamel assassiné par des islamistes dans sa propre église le 26 juillet dernier. L’OJIM (Obervatoire du Journalisme et de l’Information Médiatique) relève à cette occasion une censure de France Télévision qui est passée inaperçue dans l’émotion des jours qui ont suivis ce drame.

Selon nos informations, l’expression « tué à l’arme blanche » a en effet été imposée formellement aux journalistes de France 2 comme de France 3 (une « décision de la chaîne venant d’en haut » et transmise par consigne orale). La consigne était impérative : ne pas employer le terme « égorgé » mais « tué à l’arme blanche ». Cette autocensure a deux conséquences. La première est d’édulcorer le réel, de taire un élément essentiel de l’information. Non le prêtre n’a pas été poignardé, il a bel et bien été égorgé dans un rituel propre aux islamistes. La dimension symbolique du geste, incroyablement violente, a été occultée volontairement. Cachez ce réel que France Télévisions ne saurait voir. La deuxième – alors que l’AFP avait employé le terme égorgé de même que de nombreux médias – est d’amener le téléspectateur à penser que France Télévision cache la vérité, ce qui entraîne une perte supplémentaire de confiance envers les chaines qui n’en ont certes pas besoin.

Peu après l’assassinat, le syndicat FO a ainsi saisi la commission de suivi déontologique des journalistes sur cette censure parmi d’autres affaires. Cette commission s’est réunie le 21 septembre. Réponse de la direction : « nous ne sommes pas au courant, il s’agit d’un excès de zèle. ». Excès de zèle : le mot est lâché et il est significatif. Un rédacteur en chef (ou plusieurs) décide de ce qui est bon ou mauvais pour le téléspectateur infantilisé. Le mot égorgé pourrait mener à une « stigmatisation » voire à un « amalgame ». Gageons qu’au prochain meurtre islamiste d’un prêtre France Télévision parlera de « mort d’un ecclésiastique »….

Loading...

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Désinformation médiatique : « Égorgé », le mot que France Télévisions censure

    1. Beaudevant

      Dans les médias, en France, le politiquement correct et la novlangue sont les maîtres mots pour asseoir une idéologie de gauche qui fait la part belle à la diversité heureuse jusqu’au déni de l’islamisation rampante de la société française. Désigner la mort de ce prêtre par égorgement ne peut, aux yeux des islamo-gauchistes, que constituer une attaque frontale pour déstabiliser leur politique du vivre-ensemble à tout prix. Dans le même ordre d’idées, l’attaque de deux véhicules de police au cocktail Molotov est traitée de manière à ne jamais citer l’origine ethnique des assaillants. Il s’agit tout au plus de jeunes de banlieue qui ont mal à l’âme, victimes d’une société injuste.

    2. Ghela

      Ah, si nous n’avions, nous, Français d’ennemis que les égorgeurs. Mais non, il y aussi leurs « amis »….

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *