toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Dans Libé, une géopoliticienne publie un article truffé de graves inexactitudes et revisite l’Histoire d’Israël


Dans Libé, une géopoliticienne publie un article truffé de graves inexactitudes et revisite l’Histoire d’Israël

Se prévaloir de titres prestigieux impressionne toujours certaines personnes moins qualifiées. Béatrice Giblin n’en manque pas. Elle est :

  • géographe et géopoliticienne ;
  • ancienne élève d’Yves Lacoste, professeur émérite de géopolitique, souvent présenté comme « le père de l’école française de géopolitique » ;
  • ancienne directrice de l’Institut français de géopolitique à l’université de Paris VIII, fondé par Yves Lacoste ;
  • directrice de la revue de géopolitique et de géographie fondée par Yves Lacoste, Hérodote ;
  • chevalier de la Légion d’honneur – ayant reçu la médaille des mains… d’Yves Lacoste.
Béatrice Giblin et Yves Lacoste fêtant en 2016 les 40 ans de la revue de géopolitique et de géographie

BÉATRICE GIBLIN ET YVES LACOSTE FÊTANT EN 2016 LES 40 ANS DE LA REVUE DE GÉOPOLITIQUE ET DE GÉOGRAPHIE HÉRODOTE (IMAGE: TWITTER)

Pour le lecteur novice, de telles références sont un gage de sérieux. Il est d’autant plus grave d’en abuser pour écrire un article truffé d’inexactitudes géopolitiques.

Libération, qui publie le texte, annonce dans sa section Libé des géographes :

liberationisraelespace2016-10-06_11-15-05

Le chapeau de l’article indique que la supposée recherche d’espace n’est pas due au hasard :

Loading...

« Shimon Pérès n’a jamais remis en cause ce pilier de la géostratégie israélienne : conquérir toujours plus de territoire. »

Surfant sur l’actualité, la mémoire du père des accords d’Oslo tout juste décédé est donc convoquée pour asséner une « vérité géostratégique » : Israël – même son dirigeant le plus « pacifiste » – aurait pour doctrine de « conquérir toujours plus de territoire ».

Pour appuyer le propos sous l’angle de la géographie, l’article est illustré par une variante d’une carte qu’utilisent abondamment les propagandistes de la cause palestinienne, qui dépeint un « grignotage » supposé des territoires palestiniens par Israël.

946277-les-territoires-palestiniens-depuis-1949-carte-big-parution-le-29-septembre-2016

Curieusement, la carte commence en 1949, alors que l’indépendance de l’état moderne d’Israël remonte à 1948. Pourquoi ce choix ? Pourquoi ne pas remonter, par exemple, à la Déclaration Balfour de 1917 ? Il permet en tout cas de masquer les frontières bien différentes déterminées par le plan de partage de l’ONU en 1947 – et leur oblitération suite à l’assaut lancé sur Israël par cinq armées arabes au lendemain de son indépendance. Il inscrit ainsi la « Cisjordanie » comme un territoire qui aurait toujours existé (et sur lequel une légitimité palestinienne existerait à l’exclusion de toute revendication israélienne), alors que sa délimitation et même son nom découlent directement de l’occupation jordanienne de 1949 et des lignes de cessez-le-feu négociées alors entre Israël et l’Egypte, la Jordanie, le Liban et la Syrie.

Mais le plus curieux sur cette carte, c’est ce qu’elle ne montre pas :

  • le retrait israélien du Sinaï en 1982, furtivement mentionné dans le texte de l’article mais que toute étude géopolitique sérieuse ne peut faire l’économie de représenter sur une carte
Israël après la guerre des Six-jours de juin 1967. Le Sinaï, vaste territoire au sud-ouest d'Israël, a été rendu à l’Egypte en 1982. Voilà qui ne ressemble pas à une politique de conquête effrénée (source: mfa.gov.il).

ISRAËL APRÈS LA GUERRE DES SIX-JOURS DE JUIN 1967. LE SINAÏ, VASTE TERRITOIRE AU SUD-OUEST D’ISRAËL, A ÉTÉ RENDU À L’EGYPTE EN 1982. VOILÀ QUI NE RESSEMBLE PAS À UNE POLITIQUE DE CONQUÊTE EFFRÉNÉE (SOURCE: MFA.GOV.IL).

  • le retrait israélien du Sud-Liban en 2000
Carte AFP illustrant le retrait par Israël du Sud-Liban décidé par Ehud Barak en 2000. Un retrait dont les lecteurs du Libé des géographes n'auront pas connaissance.

CARTE AFP ILLUSTRANT LE RETRAIT PAR ISRAËL DU SUD-LIBAN DÉCIDÉ PAR EHUD BARAK EN 2000. UN RETRAIT DONT LES LECTEURS DU LIBÉ DES GÉOGRAPHES N’AURONT PAS CONNAISSANCE.

Seul apparaît le retrait israélien de la Bande de Gaza décidé par Ariel Sharon en 2005 – sans que soit relevée la contradiction flagrante avec la thèse de l’article.

A eux deux, les territoires contestés encore contrôlés par Israël (Judée-Samarie et Golan) mesurent 7,000 km2. Le Sinaï, lui, s’étend sur environ 60,000 km2, (soit trois fois plus que le territoire non contesté d’Israël d’environ 20,000 km2) : cela signifie que, en ajoutant au Sinaï les petits territoires de Gaza et du Sud-Liban, Israël a rétrocédé 90% des territoires qu’il a conquis lors des précédents conflits défensifs.

Si « conquérir toujours plus de territoire » est un « pilier de la géostratégie israélienne », Israël s’y prend vraiment mal.

Loading...

Miracle géopolitique

A eux seuls, ces oublis sont indignes d’une analyse de niveau universitaire. Mais ce ne sont pas les seules approximations. La Cisjordanie et Gaza sont décrits comme « sous contrôle de la Jordanie et de l’Egypte » (qui les avaient conquis militairement) entre 1949 et 1967, alors qu’à partir de 1967 et le gain de ces territoires par Israël suite à la guerre des Six Jours ils deviennent des « territoires occupés ». Par quel miracle géopolitique le terme d’« occupation » s’appliquerait-il à Israël mais pas aux armées jordaniennes et égyptiennes ?

Présenter les accords d’Oslo signés par Shimon Peres comme résultant d’une « géostratégie de conquête israélienne » est également très tendancieux. Ces accords, dont il faut rappeler qu’ils ont aussi été signés par les Palestiniens représentés par Yasser Arafat, ont pour la première fois de l’histoire créé, dans la majorité des zones urbaines à population arabe de Judée-Samarie, une entité administrative sous contrôle civil et sécuritaire palestinien. La carte inverse donc la réalité en faisant croire par un jeu de couleurs à un « grignotage » israélien du territoire : Oslo a bel et bien été un recul de souveraineté consenti par Israël sur des territoires que le pays contrôlait jusque là entièrement.

Les accords d’Oslo ont été paraphés par les deux parties sous l’égide de la communauté internationale, qui a en parallèle contrairement à ce que prétend l’article légalisé la présence d’habitants juifs (des « colons » pour Madame Giblin) dans les zones sous administration israélienne. Malgré ce qu’affirment maintenant une grande partie de la presse et des chancellerie occidentales, cette situation perdure tant qu’un nouvel accord n’est pas conclu entre Israéliens et Palestiniens.

Cela fait beaucoup de vices de présentation pour une seule carte, alors que la précision du cartographe n’est pas en cause puisqu’il a su pousser le détail jusqu’à illustrer, correctement, le rétrécissement de la surface de la mer Morte, désormais coupée en deux par manque d’approvisionnement.

Clichés

Les clichés ne manquent pas dans l’article : « autoroutes, tunnels et autres ponts, réservés aux seuls Israéliens » qui, « en quelques minutes de voiture et à vive allure, sont à Jérusalem ou Tel-Aviv, quand les Palestiniens circulent sur des routes étroites, tortueuses, contraintes de contourner les colonies israéliennes ce qui allonge encore le temps des trajets. » On est bien loin de la rigueur universitaire car en réalité les grandes routes sont partagées par tous les usagers :

Une voiture palestinienne double une voiture israélienne, sur la même voie rapide (photo ©InfoEquitable)

UNE VOITURE PALESTINIENNE DOUBLE UNE VOITURE ISRAÉLIENNE, SUR LA MÊME VOIE RAPIDE (PHOTO ©INFOEQUITABLE)

Faire passer l’Etat juif pour un état assoiffé de conquêtes et doté d’une politique officielle en ce sens ne résoudra pas les problèmes de la région.

En revanche, cela attisera en Europe la haine des Juifs par des lecteurs mal informés et persuadés de lire un rigoureux article académique.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 9 thoughts on “Dans Libé, une géopoliticienne publie un article truffé de graves inexactitudes et revisite l’Histoire d’Israël

    1. spartacus13012

      Selon elle Israel serait a la recherche d’espace vital. Comme l’etait le petit caporal en envahissant l’autriche, la pologne et etc etc. Je vois qu’un terme pour la qualifier « pouffiasse ».

      Le pire c’est qu’elle ne cherche meme pas a dissimuler le sous entendu.

    2. Myriam

      Une honte cette pseudo geopoliticienne, elle se décrédibilise toute seule pour les gens informes, quant aux autres a qui elle ment sciemment en déformant les faits historiques ils seront conditionnés pour détester Israel c’est sur! Faut pas s’étonner qu’avec de tels zelites la France soit bientôt république islamique ils sont tellement aveuglés qu’ils ne voient même pas qu’ils vont bientôt être minoritaires dans leur propre pays à cause de l’impérialisme islamique ! Leurs enfants les maudiront!

    3. michel boissonneault

      Israel occupe encore le Sinai …. elle est la seul intéllo qui pense que ce territoire de l’Égypte restituer en 1982 ….. est encore occupé par Israel …non mais elle est la preuve qu’elle est incompétente + concernant l’expension de territoire elle oublie juste un léger détail …. a chaque fois Israel a agi en légitime défense car elle a été envahie ….
      elle est juste une antisémite avouer

    4. Serge de Netanya

      de toute façon les lecteurs gocho de libé sont les mêmes que les nôtres de Haaretz donc pas de pblm cette p tasse auréolée de la légion d’horreur ne tromperas que des bourricots

    5. judith

      Vraisemblablement a chaque intervention de Red Xiii alias Redébile ou tu es raide va dessouler, on peut constater qu’il n’ a toujours pas perçu que tous le malheur du peuple juif, sont la conséquence de la désinformation :
      -les juifs ont crucifié le juif jésus, alors que les juifs de l’époque lapidaient et que l’empire Romain était seul responsable et décideur des exécutions.
      -les juifs sacrifient les enfants et avec le sang font du pain azyme, alors qu’on saigne les animaux car la consommation de sang est péché.
      -les juifs empoisonnent les puits responsable de pestes, alors qu’en réalité les juifs étaient moins touché par la pandémie car ils devaient rester entre eux enfermés dans les juiveries. etc…
      Comme on ne pouvait pas démentir et faire éclater la vérité, les peuples manipulés nous décimait sur les buchers et plus tard a l’air industrielle dans des chambres a Gaz et disparaitre dans les fours crématoires.
      Donc Redébile, si tu n’as toujours pas compris qu’a aucun moment on ne doit laisser qui que ce soit véhiculer des rumeurs ou manipuler la foule, c’est que tu ne comprendras jamais rien !
      Dernière rumeur en date, le Temple de Jérusalem n’a jamais été là ou le prétendent les juifs et ils n’ont aucun lien avec Jérusalem…tu vois dans le négationnisme et la manipulation on a eu notre dose, et il nous faut jamais baisser la garde, te rends tu comptes, jusqu’à Jérusalem, leur vice va jusque là !

    6. robert Davis

      L’école française de géopolitique? laissez moi rire! c’est l’école de la propagande à la göbbels!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *