toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Voiture piégée : nous ne sommes pas en sécurité car il aura fallu 2 heures pour que la police se bouge


Voiture piégée : nous ne sommes pas en sécurité car il aura fallu 2 heures pour que la police se bouge

Ce ne sont pas moins de 20 minutes mais deux longues heures après de nombreux appels téléphoniques pour qu’enfin les agents de la police nationale se rendent sur place. Dans un document mis en ligne par Valeurs Actuelles écrit par la maire du Vème, Florence Berthout, au préfet de police, y est pointé le temps sidérant et anormal entre le moment où l’alerte est donnée par les premiers témoins et le moment où les forces de police ont été en mesure de répondre à ce problème.

Il s’agirait certainement d’un acte terroriste en vue de tuer des français. Dans la voiture ont été retrouvé 7 bonbonnes de gaz dont 6 pleines et un carnet de note en arabe. Il pourrait également s’agir d’un test pour chronométrer le temps de réponse des forces de police, stationnées à quelques secondes de la zone concernée, dans la Préfecture de Police et également à quelques secondes du RER Saint Michel. L’une des personnes recherchées est une femme fichée S. Ceux qui ont été interpellés sont favorables aux thèses d’ISIS.

On est manifestement très loin de la communication mise en place par Bernard Cazeneuve. Pourtant, le ministre de l’intérieur avait promis qu’en cas de terrorisme les forces de police seraient présentes en moins de 20 minutes. Cela n’est manifestement pas le cas. C’est un fait extrêmement grave d’autant plus que ce quartier est entouré par plusieurs commissariats. En toute logique de nombreux hommes sont sur place prêts à intervenir en moins de 5 minutes.

Que s’est-il passé pour que la police n’intervienne pas dans les minutes qui suivent alors que la Préfecture de Police est située à coté et le 36 quai des Orfèvres est juste en face ?

Il y a quelques mois, nous apprenions que plusieurs agents de la gendarmerie étaient suspectés, au minimum, d’une connivence intellectuelle avec les terroristes de l’état islamiste. Ces révélations n’avaient pas étonné les spécialistes du terrorisme. Ils avaient alors expliqué que désormais toute la société française était concernée par la présence de fascistes islamistes et que dans ces conditions aucun corps de métier n’était épargné, y compris donc l’armée.

Dans ces conditions, l’IGPN doit être saisie pour que toute la lumière soit faite pour comprendre ce qui n’a pas fonctionné et sur la façon dont ont été gérés ces signalements. Dès le premier appel, il a été précisé que la voiture était stationnée à l’arrêt dans une zone interdite aux véhicules, n’avait pas de plaque minéralogique, que les feux de détresse étaient allumés et qu’il y avait une bouteille de gaz visible.

Il devient urgent que les français prennent conscience que la police ne sera jamais sur place en moins de 20 minutes (ici plus d’une heure quarante) et réfléchissent aux moyens à mettre en place pour assurer leur survie. On touche là aux limites de l’action de la force publique.

Pour rappel, il aura fallu plus de trois heures pour que la police intervienne au Bataclan. Manifestement, les faits démontrent l’incapacité des forces de police à répondre rapidement aux affaires liées au terrorisme, y compris quand un commissariat se trouve à quelques secondes de la zone concernée.

@ Sébastien COLIN pour Europe Israël News.





Chroniqueur Europe Israël News



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “Voiture piégée : nous ne sommes pas en sécurité car il aura fallu 2 heures pour que la police se bouge

    1. Malcolm Ode

      La Police attendait manifestement que la bombe explose avant leur arrivée… t…a…r…d…i…v…e……….. jusqu’au ridicule!

      Même pas foutu de mettre un cordon de sécurité.

    2. Aline1

      On ne connait pas bien tout de cette affaire.

      Car au contraire, une voiture seule, ici ou là – À moins d’une défense absolue de stationner, pourquoi devrait-elle attirer de l’attention ?

      Et dans cet article j’apprends en plus, qu’il y a eu des alertes téléphoniques. Pourquoi ? Comment et où était-elle stationnée pour avoir attiré l’attention ?
      Ceci n’est précisé nul part.

      Mais si en effet, il y a eu des alertes téléphoniques, il devait y avoir une bonne raison, et le fait d’intervenir deux heures après, c’est vraiment affolant !

      La lenteur de réaction est dans ce cas impardonnable. Et l’on peut dire, que nous avons eu de la chance.

    3. alauda

      @Aline1,

      La localisation se trouve, le timing en revanche est plus flou.
      Celui-là dit que son patron a appelé deux fois, une fois à 3h 30, puis une heure plus tard. http://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/voiture-avec-des-bonbonnes-de-gaz-a-paris-le-temoin-qui-a-appele-la-police-raconte-855103.html
      L’intervention est postérieure à 7 heure du matin, soit 3 ou 4 heures pendant lesquels les warnings n’ont pas épuisé la batterie.

      Pour la localisation, selon les articles et les vidéos recoupés : Place du Petit-Pont, le 1, rue du petit-Pont ou le 45 rue de la Bûcherie (meilleure géolocalisation à mon sens). Le coin de la Huchette est fréquenté la nuit, surtout le week-end.

    4. Ayin Beothy

      Aline1, vous n’avez pas lu l’article ?
      Voiture sans plaque d’immatriculation, aux feux de détresse allumés…
      que vous faut-il de plus pour attirer votre attention ??

    5. Malcolm Ode

      « …la voiture était stationnée dans une zone interdite aux véhicules, n’avait pas de plaque minéralogique, ses feux de détresse étaient allumés et il y avait une bouteille de gaz visible… »

      La 607 aurait pu crier Allah Akbar, qu’on l’aurait qualifié de déséquilibrée.

      À notre époque, où même le pape est suspect de collaborer avec l’antéchrist, une voiture signalée suspecte par plus d’une personne aurait dû mobiliser la protection civile en URGENCE ABSOLUE ET PRIORITAIRE..

      De qui se moque-t-on! (pas la peine de répondre, on connait la réponse).

      Par contre, une boulette de viande devant une mosquée, et c’est l’état de siège, les condamnations exemplaires, un scandale interplanétaire…

    6. alauda

      Entre le début et la fin de cette histoire de bonbonnes de gaz, il ne s’est pas passé seulement deux heures, mais presque une dizaine d’heures, selon les témoins (on ne parle pas de ce qu’ont pu enregistrer d’éventuelles caméras de surveillance).

      3h 30 du matin, premier coup de fil d’un patron de bar (BFM TV)
      1h de l’après-midi, une certaine Claudine, touriste de passage, dit avoir pris en photo la scène de « cette voiture entourée de policiers et de bonbonnes de gaz […] au beau milieu de la rue piétonne ».
      Dans l’encadré bleu en bas de la page : https://pbs.twimg.com/media/Crz8MljWEAA8DQ7.jpg:large

      Exercice de certif. : calculez à quelle vitesse la chaussée a été débarrassée de cet encombrant véhicule et de son contenu, sachant que l’itinéraire depuis la Préf la plus proche jusqu’au lieu où clignotaient les warnings peut être parcouru en 7 minutes à pied sur une distance de 0,5 km tout au plus.

      En fait, personne ne l’a remarqué, c’était une opération escargogaz.

      Prenez si ça vous plaît
      L’autocar pour Paris

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap