toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Un journaliste libanais : Les Arabes sont outrés quand un pays ennemi détruit une ou deux maisons, alors qu’ils anéantissent des villes entières dans des guerres civiles


Un journaliste libanais : Les Arabes sont outrés quand un pays ennemi détruit une ou deux maisons, alors qu’ils anéantissent des villes entières dans des guerres civiles

Dans un article intitulé « La nation arabe est entre les mains des médiateurs des Nations unies » paru dans le quotidien saoudien Al-Sharq Al-Awsat, basé à Londres, le journaliste libanais connu Samir Atallah écrit que les Arabes ne sont capables de négocier entre eux que par l’intermédiaire de médiateurs étrangers. Cependant, a-t-il ajouté, même les négociations à l’aide de médiateurs sont stériles, car les parties ne sont pas intéressées par le dialogue et ne souhaitent qu’ « exiger, imposer et menacer ». En outre, les Arabes ne voient pas que les dommages qu’ils s’infligent à eux-mêmes sont beaucoup plus importants que ceux causés par les ennemis extérieurs, car « l’ennemi féroce [externe] détruit une maison ou deux de temps à autre, tandis que le gracieux frère [arabe] détruit des villes, puis les re-détruit ». Extraits : [1]

De l’océan Atlantique au Golfe, « la grande patrie arabe » se trouve aux mains de médiateurs internationaux. Aucune équipe de « frères » et de « camarades » ne parle à l’équipe adverse, excepté dans un pays tiers. Pour la première et la dernière fois, je me suis rangé à l’avis du ministre libanais des Affaires étrangères Gebran Bassil lorsqu’il a provoqué la suspension du « dialogue national [libanais] », conscient qu’il allait se heurter au vide s’il exigeait, imposait et menaçait au lieu de discuter.

Le dialogue national libanais, suspendu après le départ du parti du ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil, n’était pas parrainé par l’ONU. Un médiateur international est assigné à tous les autres conflits, et ce médiateur travaille dur, devient malheureux, voyage, revient, se fatigue puis est remplacé par un autre médiateur. Ce cycle se poursuit et le successeur ne revient pas.

Que veulent les médiateurs ? Ils veulent nous convaincre qu’il existe des solutions aux problèmes qui n’impliquent pas la destruction de la patrie. Ils veulent convaincre Ali Saleh [2] que l’on ne combat pas quelqu’un qui fut hier citoyen [d’un pays] et ils veulent persuader les Houthis que le Yémen est plus stable que l’Iran. Ils veulent également convaincre le régime syrien qu’un demi-million de morts et 12 millions de sans-abri ne peuvent pas tous être des infidèles.

Nous espérons qu’il reste des sujets réglables par médiation ou négociations. Il faut remercier le Hamas qui a suspendu  les « récents cycles » de négociations, de réconciliations et de médiations, et enduré le voyage de la Mecque au Sénégal [3] pour rencontrer les frères du Fatah afin de mettre un terme à la confrontation interne et non à celle avec le féroce ennemi sioniste.

C’est le langage que les Arabes ont oublié ou ont honte de répéter devant leurs enfants ; l’ennemi féroce détruit une maison ou deux de temps à autre, alors que le gracieux frère détruit des villes, les re-détruit puis voit un mur encore debout et le met en jeu.

Peut-être pensez-vous que cela ne se produit que dans les pires cauchemars, mais ensuite vous vous réveillez et comprenez que le cauchemar et le quotidien de la nation ne font qu’un et que le rôle des intermédiaires est d’être des complices inconscients dans la procrastination, l’hypocrisie, le creusage de tombe et l’ensevelissement de l’espoir. Les Arabes ne connaissent pas la signification du dialogue et c’est ce que Gebrane Bassil a mis en lumière. « Négocions, mais vous n’êtes pas autorisé à parler », avait affirmé [le vice-président irakien] Izzat Al-Douri [au prince héritier koweïtien] Cheikh Saad Al-Abdallah [après l’invasion du Koweït par l’Irak en 1990]. La suite de l’histoire est bien connue.

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Un journaliste libanais : Les Arabes sont outrés quand un pays ennemi détruit une ou deux maisons, alors qu’ils anéantissent des villes entières dans des guerres civiles

    1. sergeb

      Pourquoi s’enfuient-ils vers l’Europe vous croyez.. simplement pour pouvoir un jour s’emparer des biens appartenant aux citoyens européens le moment venu.
      Les prédateurs sont aux aguets, leur heure de gloire se rapproche, ils sont jeune et fort et aguerris a la guerre urbaine, leurs couteaux sont bien affutés, dormez bien bonnes gens, vous ne vous apercevrez de rien.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap