toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Manifestation anti-loi Travail: Un CRS blessé témoigne «Il ne faut pas leur donner raison, sinon ils ont gagné»


Manifestation anti-loi Travail: Un CRS blessé témoigne «Il ne faut pas leur donner raison, sinon ils ont gagné»

Huit policiers ont été blessés jeudi en marge du cortège parisien contre la loi Travail. Deux d’entre eux ont été brûlés après le jet de cocktails Molotov lancés par un groupe d’individus cagoulés.

Des policiers pris dans les flammes. C’est l’une des images qui ont marqué la manifestation contre la loi Travail qui s’est déroulée jeudi dans les rues parisiennes. Au total, quatre manifestants et huit membres des forces de l’ordre ont été blessés par des jets de pierres, de pavés et de cocktails Molotov. Romain, CRS, est l’un d’eux. Lui souffre d’une blessure à la jambe.

« J’ai une brûlure au second degré au niveau de la cuisse droite », témoigne-t-il auprès de BFMTV. « Le reste du corps n’a pas été atteint, le pantalon ainsi que la veste m’ont protégé. Après c’est venu jusqu’aux cheveux. Les flammes sont venues par l’arrière. Heureusement j’ai que ma blessure à la cuisse ».

Romain et ses collègues ont été la cible pendant tout le parcours de la manifestation d' »un groupe d’individus bien ciblés, cagoulés avec des lunettes de plongée, des masques à gaz ».

« Ils n’ont fait que de s’en prendre à nous, les forces de l’ordre », assure le jeune CRS de 26 ans. Une tension et des violences qui ont trouvé leur point d’orgue à l’arrivée de la manifestation.

« Quand ils sont arrivés place de la République, ils ont commencé à jeter des cocktails Molotov, des bombes artisanales », détaille le CRS.

La compagnie de Romain est appelée en renfort pour aider des gendarmes mobiles, pris à partie par des manifestants et bloqués dans la station de métro de la place. C’est à ce moment que la situation dégénère pour les forces de l’ordre. « Il y a un cocktail Molotov qui est arrivé et qui a explosé à mes pieds », poursuit-il.

« Je me suis retrouvé avec des flammes partout et je suis tombé au sol », se rappelle-t-il.

Dégagé par ses collègues, il est mis en sécurité derrière des fourgons de police pour attendre l’arrivée des secours. « Sur le coup, on ne s’en rend pas compte », explique Romain. « Le soir même on ne réalise pas trop. C’est le lendemain matin quand on se lève et qu’on voit les images et que tout le monde s’inquiète forcément. Au niveau psychologique, c’est un peu difficile. »

Le jeune policier doit déposer plainte vendredi après-midi. Selon lui, pour le moment, l’auteur du jet de cocktail Molotov n’a pas été interpellé. « Ils étaient tellement nombreux, c’était compliqué d’identifier une seule personne », reconnaît-il.

Arrêté pour une période dix jours, le CRS de 26 ans se dit prêt pour retourner à ses missions. « Il ne faut pas leur donner raison, sinon ils ont gagné », prévient-il. « Je vais y retourner, c’est sûr… avec une appréhension. » 

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Manifestation anti-loi Travail: Un CRS blessé témoigne «Il ne faut pas leur donner raison, sinon ils ont gagné»

    1. Aline1

      Des manifestants – Donc quasiment des gens de gauche ?

      Comment respecter encore une telle idéologie ? – Quand ces gens ne savent même pas respecter leur pays, leurs lois, ni même les Institutions qui sont là pour défendre les citoyens.= ?

      Honteux ! Et malheureusement un comportement qui va alimenter le FN.
      Je regrette même mon mot « malheureusement », car arriver à ce stade, c’est peut-être ce parti dont la France aurait besoin ?

      Désolée pour ces gens qui doivent assurer notre sécurité, qui ne sont plus respectés et pourtant qui ont du courage comme le témoigne cette déclaration :

      «Il ne faut pas leur donner raison, sinon ils ont gagné»

      Bravo à eux, et restez dans cet état d’esprit. Et surtout merci.

    2. Déborah Post author

      Continuons à soutenir ces hommes et ces femmes qui, au péril de leur vie, et malgré l’adversité ambiante, œuvrent pour que nous puissions vivre « presque » normalement.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap