toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le député égyptien Ilhami Agina défend l’excision : « La moité des Egyptiens souffrent d’impuissance et ne peuvent satisfaire une femme non excisée »


Le député égyptien Ilhami Agina défend l’excision : « La moité des Egyptiens souffrent d’impuissance et ne peuvent satisfaire une femme non excisée »

.

Le député égyptien Ilhami Agina a été interviewé sur Al-Hayat pour avoir pris la défense des mutilations génitales féminines ; il a expliqué que plus de 50 % d’Egyptiens souffriraient d’impuissance et seraient incapables de satisfaire des femmes non excisées. Le ton est monté, l’animateur Tamer Amin défendant la virilité des hommes égyptiens, « les plus virils au monde », selon lui. L’interview a été diffusée sur Al-Hayat TV le 3 septembre 2016.Extraits :

Tamer Amin : [Le député] Alhami Agina a affirmé soutenir l’excision, pas n’importe quelle excision, l’excision la plus extrême. Invité à s’expliquer, il a lâché la bombe : il a affirmé qu’un important pourcentage d’hommes égyptiens souffrent d’impuissance, ou du moins de dysfonctionnement érectile. Ainsi, si les femmes ne sont pas excisées, elles ne trouveront jamais d’hommes capables de satisfaire leurs désirs sexuels. C’est ce qu’il a dit.

Ilhami Agina : Ce n’était pas ma propre opinion : j’ai rapporté un fait scientifique attesté par les recherches. Je fonde ce que je dis au sujet de l’Egypte sur… J’ai dit que 50 % des hommes égyptiens souffraient de dysfonctionnement érectile. C’est une condition médicale très connue. La preuve en est que les drogues importées pour améliorer les performances sexuelles, ou celles produites en Egypte… L’Egypte est l’un des plus importants importateurs de ce type de drogues. […] J’ai des preuves. Il existe des rapports qui…

Tamer Amin : D’où viennent ces rapports ?

Ilhami Agina : Patientez et je vous dirai, et vous pouvez le vérifier sur Facebook. Ce n’est pas un secret. Ces rapports sont signés par Dr Sami Al-Afifi, chef du département de la Faculté de Médecine de l’Université de Benha et président de la Société d’Andrologie égyptienne, une société officielle chapeautée par le ministère de l’Enseignement supérieur. Ces rapports établissent que 64 % des hommes égyptiens souffrent de dysfonctionnement érectile.

Tamer Amin : On ne peut pas faire de généralisation sur un sujet aussi sensible. C’est un crime !

Ilhami Agina : Je n’ai pas généralisé. Je n’ai pas dit 100 %…

Tamer Amin : Lorsque vous dites 50 % des hommes égyptiens, vous généralisez. 50 % des hommes, c’est un homme sur deux. C’est une catastrophe !

Ilhami Agina : Tamer, je suis sûr que vous faites partie des 50 % en bonne santé. C’est moi qui fais partie des 50 % défectueux. Je ne veux pas que vous le preniez personnellement…

Tamer Amin : Je ne le prends pas personnellement. Je le prends comme une affaire nationale. Je le vois comme une affaire nationale qui touche à l’honneur des Egyptiens, lesquels ne devraient jamais être publiquement humiliés comme cela. […] Laissez-moi vous dire que ces statistiques ne sont pas fondées, ni exactes, ni même indicatives.

Ilhami Agina : Vous nous sortez du sujet, Tamer. D’accord, admettons que cela n’est pas révélateur, pour pouvoir avancer. Disons qu’un certain pourcentage d’Egyptiens, vous diriez 1 %, quelqu’un d’autre dira 50 %, un autre encore dira 30 %…

Tamer Amin : C’est le même pourcentage partout dans le monde. Les Egyptiens sont exactement comme le reste du monde. En réalité, les Egyptiens sont plus virils que le reste du monde. Nous sommes les hommes le plus virils au monde.

Tamer Amin : Plus de 50 % des hommes égyptiens souffrent de dysfonctionnement sexuel. C’est un état médical qui n’a rien à voir avec la virilité. Je n’ai rien dit sur la virilité ou le manque de virilité. […] Tous ceux que cela affecte doivent sûrement prendre des drogues améliorant les performances sexuelles. Si cela vous irrite, vous devez sûrement en prendre aussi.

MEMRI







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 15 thoughts on “Le député égyptien Ilhami Agina défend l’excision : « La moité des Egyptiens souffrent d’impuissance et ne peuvent satisfaire une femme non excisée »

    1. Claire

      50% des Egyptiens sont impuissants donc il faut exciser les femmes: logique imparable! Alors pourquoi avoir jusqu’à 4 femmes si l’on n’est pas fichu d’en satisfaire une?
      Il faudrait vraiment soumettre tous ces malades mentaux à un traitement psychiatrique et appeler l’excision par son nom: un crime contre l’humanité qui mutile volontairement la moitié de cette humanité.

    2. Aline1

      @Claire,

      Merci pour le sourire : En effet pourquoi épouser tant de femmes, si l’on ne peut déjà en satisfaire une ?

      Ils doivent prendre les femmes humaines pour des fraises, on en mange, jusqu’à trouver celle qui donne le plus de gout et de parfum.

      Mais dans le cas ici, on ne sait pas ce qu’il advient de la femme qu’ils arrivent à satisfaire.

      Sinon ! Que dire ? Que vraiment si le sujet socialement et médicalement peut importer – Il me paraît insensé qu’il soit débattu, avant les sérieux problèmes que le monde musulman connait.

      Mais il semble que tout ce qui est sexuel obsède particulièrement, jusqu’à la volonté de mourir pour 72 vierges.

    3. Armand Maruani

      Une véritable boucherie Hallal que propose cet abruti .

      Qu’ils se tapent leurs chèvres et qu’ils ne nous emmerdent pas et qu’ils laissent leurs femmes à d’autres qui sauront s’en occuper .

    4. o.icaros

      comme si la satisfaction de la femme était la principale préoccupation de l’homme quand il b………………….

    5. Zayith

      Ça devrait, o.icaros, sauf à assumer ouvertement votre machisme ou votre égoïsme. D’ailleurs l’orgasme masculin est décuplé quand sa partenaire tremble sous son étreinte, n’est-ce pas ? Question de qualité de relation à court et à long terme…

    6. alauda

      Cet article lève un sacré tabou oriental : la rançon de la gloire pour les 64% d’Égyptiens, qui en sont réduits à clamer leur virilité plutôt que de la vivre, vient probablement d’une forte proportion de circoncisions ratées. Ce n’est pas faute pourtant d’une expérience longue en la matière, puisque l’Égypte dispose de bas-reliefs explicites et de momies attestant de l’antiquité de la chose.

      Ni les Grecs, ni les Romains ne la pratiquaient ; ils y étaient même fortement opposés. Aussi le christianisme européen a-t-il échappé au moins jusqu’au XIXème siècle à cette pratique qui remonte au fond des âges, si l’on en juge par l’outil primitif, le silex, qui servit à cet usage dans les premiers temps.

      Aujourd’hui, comme rien ne se perd et que tout se transforme les prépuces des garçons ont trouvé leur utilité :
      « Les greffes d’épiderme utilisent ainsi des kératinocytes venant de cliniques spécialisées dans les circoncisions. Chaque prépuce circoncis peut donner 200 000 carrés de peau prêts à être greffés sans phénomène de rejet. Ces cellules se multipliant facilement, il est aisé d’obtenir des tissus en grande quantité tout en testant leur innocuité. » (Sénat, THÉRAPIE CELLULAIRE ET MÉDECINE RÉGÉNÉRATRICE).

      Le sacrifice du prépuce a donc enfin trouvé sa finalité éthique dans la préservation de la matière. Les clitoris des filles finissent-ils aussi en laboratoire ? La question est encore tabou.

    7. Pierre Dumans

      Les interventions du journaliste ne sont pas mal non plus. Au lieu de s’inquiéter de ce qu’endurent les femmes, il ne s’intéresse qu’à défendre l’honneur du bas-ventre de l’Homme égyptien.

      La Ligue des Droits de l’Homme est plus prompte à défendre le voile et le burkini que dénoncer le charcutage de millions de femmes au nom du respect des cultures exogènes. Droits de l’Homme ou Droits de l’homme ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    • Facebook
    • Twitter
    • LinkedIn
    • More Networks
    Copy link
    Powered by Social Snap