toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La vérité sur les équivalences de diplôme en Israël


La vérité sur les équivalences de diplôme en Israël

Bien que restant à un haut niveau, l’alya de France sera contre toute attente en baisse cette année par rapport à l’année dernière. Les dirigeants de l’agence juive ne savent pas vraiment expliquer ce phénomène et il est probable que les causes sont nombreuses et diversifiées. Cependant il est tout aussi probable que la campagne menée l’an passé sur la soit disant « non-reconnaissance des diplômes » en Israël a joué un rôle en effrayant certains candidats à l’alya qui imaginent qu’ils ne pourront pas travailler s’ils sautent le pas. Aussi une petite mise au point est à faire.

Commençons par le plus important: la plupart des diplômes français sont « reconnus » en Israël. La vraie question concerne ce qu’on entend par « reconnaissance des diplômes ». Mes discussions avec des olim et autres candidats à l’alya me font apparaitre qu’ils mélangent deux choses différentes:

1. La reconnaissance des diplômes pour continuer les études en Israël. Le Bac français et la plupart des diplômes universitaires français sont reconnus par les institutions académiques israéliennes. Les possesseurs du Bac sont acceptés automatiquement à l’université sans avoir besoin de passer par la mekhina et selon leurs résultats aux psychométriques – et parfois sans même avoir besoin d’en passer. Si vous êtes titulaires d’une licence ou équivalent vous pourrez a priori continuer en master, selon les conditions fixées par les universités et votre dossier. Rappelons que les candidats aux études universitaires ont droit à une bourse qui couvre une grande partie voire l’intégralité de leurs frais de scolarité, sans compter des programmes pré-académiques pour apprendre l’hébreu.

Loading...

Les cas plus difficiles concernent tout ce qui résulte des différences entre les systèmes académiques et les particularités de chaque pays. Les BTS ne sont pas reconnus par les universités ni aucun diplôme de moins de 3 ans comme dans le passé le DEUG n’était pas reconnu. Il faut dans ce cas reprendre ses études à zéro ou obtenir une licence en France. Certaines spécialités en particulier dans les domaines para-médicaux ne sont pas reconnues et nécessitent aussi soit de recommencer à zéro soit de finir en France. Les étudiants en droit doivent avoir étudié 4 ans en France pour avoir le droit d’entrer en master en Israël. Le cas des expert-comptables est aussi plus complexe. Mais dans l’absolu, la plupart des cas sont faciles à résoudre voire sans problèmes.

2. La reconnaissance des diplômes pour travailler. Si vous travaillez dans une profession non-réglementée par l’Etat – comme c’est le cas de la plupart des professions -, votre diplôme n’a pas besoin d’être « reconnu » par personne. Vous aurez juste à expliquer à votre employeur ce que vous avez étudié en France et éventuellement lui expliquer les arcanes du système français – comme par exemple les étudiants de HEC ou d’autres Grandes Ecoles à qui on demande pourquoi ils ont choisi d’étudier dans ces écoles obscures plutôt qu’à la Sorbonne.

Pour ce qui concerne les professions dites réglementées – avocat, médecin, dentistes, pharmacien, architecte etc… -, les choses sont un peu plus corsées. Dans certains cas, la reconnaissance sera quasi-automatique, dans d’autres il y aura des examens à passer, et parfois même la profession n’est tout simplement pas reconnue du tout. Les problèmes concernent ces derniers cas et ceux où les examens ont clairement été conçus pour empêcher ou limiter l’arrivée de concurrents sur le marché israélien. Tous les cas problématiques sont liés au domaine médical et para-médical.

C’est donc ces cas là qui ont fait du bruit et susciter une polémique sur la non-reconnaissance des diplômes et les combats menés pour changer les choses et auxquels j’ai personnellement participé aussi sont importants et doivent être menés jusqu’au bout. Néanmoins, cela ne concerne qu’un pourcentage infime des olim potentiels. Il est essentiel de ramener les choses à leur juste proportion afin de ne pas susciter de panique et de ne pas répandre de fausses informations. La plupart des Juifs de France qui le souhaitent peuvent venir étudier et travailler en Israël sans problèmes.

© Binyamin Lachkar pour Europe Israël News







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “La vérité sur les équivalences de diplôme en Israël

    1. jkl

      l’autre problème est le logement
      exemple : soit une location de 1700 euros avec un garant et 12 chêques anti-datés
      soit le prix des appartements qui sont aussi cher et mème plus cher qu’à Paris

    2. Romingo

      1700 ! Pour ce prix la ça doit être à Jérusalem et bien placé !
      Mon cousin qui est au Technion à un bel appartement à 2 pas avec 60m² pour environ 600 euros (e une rapide recherche sur les sites de location me confirme la tendance). Sinon vrai pour la le garant mais ça c’est partout la même chose (idem au Japon par exemple).

    3. Elie

      Tout ceux que je connais en roul mettent en avant le coup de la vie qui fait peur. Et je les comprend. Rajouter a cela des salaires pas en phase ….

    4. Aline1

      Toutes ces difficultés ignorées par la plupart des non juifs qui s’imaginent que d’être obligés de s’exiler, après être nés en France – cela représente une sinécure.

      Déjà isur cet article, l’on voit déjà rien qu’au niveau des études et de leurs équivalences – donc forcément au niveau du travail que l’on pourrait trouver ou non.

      Et hélas, ce n’est pas la seule difficulté.

      Bien sur, tout ce qui partent nous écrivent ici sur le net, qu’ils sont contents.
      Oui, c’est vrai mais cela dépend d’abord des facilités financières qu’ils possèdent avant de partir,
      Et pour les autres, les plus démunis (parce il y en a comme pour tous), n’ayant qu’un salaire modeste en France – c’est vraiment trop difficile –

      Mais s’ils expriment de la joie, c’est de se retrouver dans l’endroit « non antisémite » par excellence.

      Et malgré le déchirement de tout quitter, c’est vrai que l’on quitte beaucoup de choses auxquelles on tient – Il y a ce sentiment d’être là où nos concitoyens ne nous haïront pas pour ce que nous sommes, tout simplement.

      Et ceci est un grand motif de satisfaction – qui reste tout de même empreint d’une peine que nous aura laissé, dans le cœur et les âmes, le pays que nous aurons quitté.

      Pour autant, aucun sentiment de haine – et même la volonté de garder le plus de ponts possible, avec ce pays quitté qui restera toujours cher au cœur de pratiquement tous ceux qui partent.

    5. Lea

      Arrêtez de mentir au gens….rapportez plutôt un discours de terrain d’une personne qui après une bataille sans nom si elle a réussi à faire valoir des diplômés….

    6. Jonathan

      Le salaire moyen en Israel est de plus de 10,000 shekels (allez verifier sur cbs.gov.il) et les loyers sont tout a fait abordables, le probleme etant que les Francais sont incapables de sortir de certains quartiers chers et ignorent le reste du pays.

    7. Jg

      Medecins et para medicaux .tres forte opposition des praticiens en Israel qui craignent la concurrence ! Ici ,il y a penurie de professionnels de sante ,on prefere les arabes voir les hopitaux ,pharmacies etc…
      L oligarchie heritee de l epoque socialiste est toujours en place …Faire venir les medecins et leur famille ,n est pas la priorite.
      Dans les annees 80 l etat avait largement contribue a l alya de medecins ,cela n a pas dure . Il n y a plus d initiatives de ce genre .
      Cela prouve qu il n ya aucune volonte de la part du gouvernement ! Quand on veut ,On peut !

    8. Jcgncence

      Medecins et para medicaux .tres forte opposition des praticiens en Israel qui craignent la concurrence ! Ici ,il y a penurie de professionnels de sante ,on prefere les arabes voir les hopitaux ,pharmacies etc…
      L oligarchie heritee de l epoque socialiste est toujours en place …Faire venir les medecins et leur famille ,n est pas la priorite.
      Dans les annees 80 l etat avait largement contribue a l alya de medecins ,cela n a pas dure . Il n y a plus d initiatives de ce genre .
      Cela prouve qu il n ya aucune volonte de la part du gouvernement ! Quand on veut ,On peut !

    9. Hector

      « . Il est essentiel de ramener les choses à leur juste proportion afin de ne pas susciter de panique et de ne pas répandre de fausses informations. »

      Merci pour cet article qui nous informe sans aucune information tangible et sans aucun pourcentage ni chiffre tout en nous demandant de ramener les choses à leurs justes proportions.

      C’est toute une culture du « vide alyatique » qui effectivement nous échappe!

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *