toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Judaïsme/Lévitique: Une équipe de chercheurs Américano-Israélienne décrypte le contenu d’un parchemin vieux de 1.500 ans


Judaïsme/Lévitique: Une équipe de chercheurs Américano-Israélienne décrypte le contenu d’un parchemin vieux de 1.500 ans

Une nouvelle technique d’imagerie numérique en 3D a permis de révéler le contenu d’une très ancienne version d’un texte de l’Ancien Testament.

Une version du Lévitique

Le manuscrit datant d’au moins quinze siècles était trop endommagé et fragile pour être déroulé. Cette technologie ouvre une nouvelle fenêtre sur le passé et ses secrets.

Une équipe de recherche américano-israélienne a pu déterminer que ce document, fait de peau d’animal, était une version du Lévitique, le troisième des cinq livres de Moïse, la Torah, dont il contient les deux premiers chapitres.

Leur découverte est publiée mercredi dans la revue scientifique américaine Science Advances.

Loading...

Le document reproduit virtuellement

Ces chercheurs ont pu produire virtuellement une image du document entièrement déroulé, montrant un texte de 35 lignes dans chaque colonne, dont 18 étaient préservées et 17 ont été reconstituées.

Le manuscrit, qui ne pourra jamais être ouvert vu son mauvais état, a été mis au jour en 1970 lors de travaux d’excavation à la synagogue d’Ein Gedi en Israël, près de la rive occidentale de la Mer Morte.

Toute la structure principale du document était brûlée et écrasée et continuait à se désintégrer chaque fois qu’on y touchait, expliquent les chercheurs.

Le texte le plus complet depuis les manuscrits de la mer Morte

En lisant le manuscrit d’Ein-Gedi, « nous avons été frappés par le fait que certains passages sont identiques dans le moindre détail calligraphique et l’organisation des sections au texte Massorétique, qui fait autorité au sein du judaïsme », a expliqué, lors d’une conférence de presse téléphonique, Michael Segal, directeur de la faculté de Philosophie et de Religion à l’Université Hébraïque de Jérusalem. Mais ce document « ne nous indique pas comment était le texte original », a-t-il précisé.

L’expert souligne que cette version des deux chapitres du troisième livre du Lévitique d’Ein-Gedi « représente le texte biblique le plus complet et le plus significatif de l’antiquité mis au jour » depuis la découverte des manuscrits de la mer Morte.

Manuscrits uniques et fascinants

Le Massorétique est un document médiéval qui était utilisé par les Juifs en Europe et cette découverte « nous indique que les Juifs l’utilisaient également avant cela sur la terre d’Israël », a noté Emanuel Tov, professeur à l’Université Hébraïque à Jérusalem, co-auteur de la découverte.

Learn Hebrew online

Pour pouvoir lire à l’intérieur du manuscrit ces scientifiques ont utilisé une tomographie numérique avancée, un scanner en 3D, qui a pu détecter les traces de métal contenu dans l’encre et la texture du document. « Nous avons été très surpris de la qualité de ces images », a souligné le professeur Segal.

« La plus grande partie du texte est lisible ou tout au moins presque aussi lisible que ceux des manuscrits préservés de la Mer Morte », a-t-il ajouté.
Ces manuscrits sont constitués de plusieurs parchemins et fragments de papyrus pour la plupart en hébreu, mais aussi en grec et en araméen découverts entre 1947 et 1956 près de Qumran en Judée-Samarie.

Décrypter les papyrus carbonisés d’Herculanum?

La plupart n’ont pas été déchiffrés et ces chercheurs espèrent que cette nouvelle technique d’imagerie va permettre de dévoiler leurs secrets.
« Ces travaux ouvrent une nouvelle fenêtre nous permettant de remonter dans le temps en lisant des documents dont on pensait qu’ils étaient perdus vu leur mauvais état de conservation », a expliqué Brent Seales, professeur de sciences informatiques à l’université du Kentucky, un des principaux auteurs de ces travaux.

Loading...

« Il existe tellement d’autres manuscrits uniques et fascinants qui pourraient ainsi livrer leurs secrets », a-t-il souligné, citant notamment les papyrus carbonisés d’Herculanum, lors d’une éruption du Vésuve au premier siècle. Ces documents ont été retrouvés dans une villa qui aurait appartenu au beau-père de Jules César.

Cette technologie pourrait aussi avoir des applications en médecine légale et dans le secteur du renseignement, selon ces scientifiques.

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 5 thoughts on “Judaïsme/Lévitique: Une équipe de chercheurs Américano-Israélienne décrypte le contenu d’un parchemin vieux de 1.500 ans

    1. alauda

      Tomographie numérique : la science vue sous cet angle, c’est formidable. Le moment où le texte est apparu a du être aussi émouvant que la première fois qu’un photographe a vu un cliché se révéler sur du papier.

      Ce rouleau de quinze siècles, qui prouve le lien textuel entre les juifs d’Europe et les juifs restés en terre d’Israël au Vème siècle, risque une fois de plus de faire grincer des dents les rageux (de l’Unesco, entre autres).

      Si cette technologie pouvait lire les rouleaux calcinés d’Herculanum, quel bonheur ! Sait-on jamais, on pourrait retrouver trace d’un fragment des Commentaires de la Guerre des Gaules qui fait dire aux Français qu’ils descendent des Gaulois. Malheureusement, les Français ne détiennent pas d’autres preuves que des manuscrits datant de Charlemagne (IXème), pour faire entendre ce moment du « roman » national où le conquérant nomme les peuples combattus sous le vocable de « Galli » :

      L’incipit de Jules César, premier écrivain à parler de nous vers 50 avant l’ère commune, si l’on en juge par la tradition des copistes qui mille ans durant ont recopié pieusement son récit militaire à la source de notre « roman » de langue romane issue du latin romain, commence ainsi :
      « GALLIA est omnis divisa in partes tres, quarum unam incolunt Belgae, aliam Aquitani, tertiam qui ipsorum LINGUA CELTAE, nostra GALLI appellantur. »

      Roman national réécrit au XIXème siècle, prétendait sur iTélé la ministre en charge de la disparition des latinistes : « oui, il y a parmi nos ancêtres des GAULOIS, il y a AUSSI des Romains, des Normands, des CELTES, des Burgondes… ».

      Faut-il revoir l’éducation historique de cette dame qui ignore manifestement que Jules a nommé « Gaulois » les peuples qui vivaient dans les trois parties qu’il avait distinguées sur ce vaste territoire : les Belges, les Aquitains et les CELTES ? Les Celtes parlaient celte avant d’apprendre la langue romaine qui en fit des Gaulois.

    2. alauda

      Voici la réécriture affligeante que fait de l’histoire de France Mme NVB qui n’a jamais ouvert le premier livre de notre bibliothèque nationale, pourtant disponible en Livre de poche et traduite en français : De Bello Gallico.

      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/09/20/31001-20160920ARTFIG00184-sarkozy-et-les-gaulois-lettre-d-un-avocat-a-najat-vallaud-belkacem.php

      Une seconde bourde s’est glissée dans cette d’anthologie digne des perles du bac : « le Tour de France par deux enfants », dont je possède un fac-similé ne commence absolument pas par ce qu’elle dit, mais « par un épais brouillard du mois de septembre… »

      Troisième bourde : ce manuel scolaire de 1877 a été écrit par une femme : Augustine Fouillée, sous le pseudonyme de G. Bruno et nullement par Ernest Lavisse, certes chantre du roman national revisité pour les hussards noirs de la République.

      Quatrième bourde : certains juifs ont fait remarquer qu’elle aurait pu nommer les juifs, présents depuis 2000 ans aussi en Gaule, preuves archéologiques à l’appui.

      Donc j’attends avec impatience la tomographie numérique appliquée aux manuscrits d’Herculanum, que j’ai vus dans un reportage il y a quelques années et qui viendraient, selon ce que j’apprends dans cet article, de la villa du beau-père de Jules César, premier auteur à faire entrer les Gaulois dans dans un texte narratif historique, puisque les Celtes, quoique connaissant l’écriture, privilégiaient l’oralité pour la transmission du savoir.

    3. Malcolm Ode

      Voilà bien la preuve que la Torah est la parole de Dieu, car pour arriver près de la Mer Morte, « où ne sont jamais allés les juifs », ce document n’a pu que tomber du Ciel en s’enflammant comme une météorite avant de s’écraser au sol 😉

      Ce qui est curieux, c’est que Dieu s’y exprime en hébreu.

    4. alauda

      Voici l’article scientifique original :
      http://advances.sciencemag.org/content/2/9/e1601247.full

      Et pour ceux qui ne comprennent que fort mal la langue anglaise, comme moi, un diaporama y résume en 10 images la révélation numérique du texte en hébreu, à la calligraphie immédiatement reconnaissable, même si je ne sais pas lire non plus cette langue. Chaque image est téléchargeable.

      N.B. This is an open-access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution-NonCommercial license, which permits use, distribution, and reproduction in any medium, so long as the resultant use is not for commercial advantage and provided the original work is properly cited.

    5. Aline1

      Merveilleuse avancée.

      Que de perspectives nouvelles pour mieux déchiffrer les mystères du passé, que nous ne connaissons pas si bien, et qui vont être ainsi mieux connus.

      Et bien entendu, quel aubaine, pour faire taire tant de négationniste, sur tel ou tel thème.

      Celui de la légitimité d’Israël, bien entendu, particulièrement, puisque le négationnisme, c’est sur ce point qu’il se déchaîne le plus.

      Quel bonheur de voir que l’on continue sans se décourager sur de semblables recherches et d’autres – Des grands pas pour l’homme.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *