toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

International: Ces intellectuels charlatans qui justifient le Jihad


International: Ces intellectuels charlatans qui justifient le Jihad

De grandes personnalités de la culture européenne ont adhéré au rêve d’Adolf Hitler. Leurs héritiers justifient maintenant le djihad comme châtiment suprême pour les libertés occidentales et la démocratie.

Au lendemain du 11 septembre 2001, la crème des intellectuels européens a immédiatement entrepris de trouver des justifications au djihad. Ils étaient évidemment fascinés par le fusil d’assaut Kalachnikov, « l’arme des pauvres ». Pour eux, ce que à quoi nous avons assisté à New York était une chimère, une illusion. Ce meurtre de masse est passé pour le suicide de la démocratie capitaliste, et le terrorisme pour une manifestation de colère des chômeurs, l’arme désespérée d’un lumpenprolétariat meurtri par l’arrogance de la mondialisation occidentale.

Ces intellectuels ont semé les graines du désespoir dans la vaste chambre d’écho occidentale. Du 11 septembre aux récents massacres commis sur le sol européen, les occidentaux assassinés ont été présentés comme les simples victimes collatérales d’une guerre entre « le système » et les damnés de la terre qui réclameraient seulement une place à table.

L’un de ces intellectuels est Michel Onfray. Voilà un moment que l’expression « idiot utile » n’a pas été utilisée. Elle est attribuée à Lénine qui, cyniquement, désignait ainsi ces sympathisants non communistes qui justifiaient les horreurs du communisme. Le magazine français L’Express a repris l’expression contre Onfray, « idiot utile de l’islamisme ».

Quand son « Traité d’athéologie » a été publié en 2005, Onfray ne pouvait imaginer que, dix ans plus tard, il deviendrait la coqueluche du groupe djihadiste, Etat islamique (ISIS). Pourtant, le 21 novembre 2015, une semaine après les massacres de Paris, Onfray est apparu dans une vidéo de propagande de l’État islamique. Quelques jours plus tard, Onfray, idole de la classe moyenne européenne qui pense, a déclaré qu’une « trêve pourrait être signée entre l’Etat islamique et la France ».

Onfray vient de donner une autre interview au magazine Famille Chrétienne, où il a expliqué qu’il n’y a pas de différence morale entre le terrorisme et la lutte contre le terrorisme : « si tuer des victimes innocentes, des femmes, des enfants, des personnes âgées, définit le barbare, alors que ces victimes sont tuées au couteau du terroriste ou par le drone d’une armée d’État, où est la différence ? »

Onfray a détrôné Michel Serres, Michel Foucault et Jean-Paul Sartre : il est le philosophe français le plus lu dans le monde. Ce philosophe ivre des Lumières, a écrit 80 livres, traduits dans près de 30 langues. Il n’est pas marxiste, plutôt un hédoniste libertaire. A en croire Onfray, l’héritage judéo-chrétien bloque la libre jouissance amoureuse. D’où son insistance à répéter que la civilisation occidentale est «morte».

Comment cet hédoniste invétéré, théoricien du matérialisme et de l’athéisme, a-t-il pu devenir le chouchou des égorgeurs islamistes ? Le Premier ministre Manuel Valls a accusé le philosophe de « perdre les repères ».

Quand Onfray appelle à une trêve avec l’Etat islamique, c’est parce qu’il croit que la France est responsable de ce qui lui arrive. Dans son récent livre Penser l’islam, Onfray a écrit : « Si l’on se base sur les faits historiques et non sur les émotions, l’Occident a attaqué en premier ». La France récolterait donc ce qu’elle a semé. Bien sûr, les islamistes tuent et massacrent, mais ce n’est pas leur faute, puisque à l’en croire, l’Occident a porté les premiers coups.

Onfray a également donné le sentiment de prendre la défense de l’Etat islamique en évoquant une « islamophobie » française. Pourquoi Onfray est-il devenu si populaire parmi les djihadistes français qui combattent en Syrie et en Irak ?

Learn Hebrew online

Le journaliste David Thomson, spécialiste des mouvements djihadistes, a expliqué que « Onfray est traduit en arabe et partagé sur tous les sites pro-Etat islamique ». Interrogé par Jean-Jacques Bourdin en 2013, Onfray a même défendu le droit des islamistes d’appliquer la charia au Mali.

Martin Heidegger, philosophe allemand (gauche) a été l’un de ces intellectuels et artiste qui ont adhéré au rêve d’Hitler. Aujourd’hui, le philosophe français Michel Onfray (droite) est devenu l’égérie des groupes terroristes comme l’Etat islamique en défendant l’idée que les islamistes tuent et massacrent par la faute de l’Occident qui « a attaqué en premier ».

Onfray reconnaît que nous sommes en guerre. Mais selon lui, cette guerre a été déclarée par George W. Bush. Il « oublie » que 3000 Américains ont été tués le 11 Septembre 2001. Si vous lui rappelez que « l’Etat islamique tue des innocents », Onfray répondra : « nous aussi nous tuons des innocents ».

Il dresse une équivalence morale parfaite entre l’Etat islamique et l’Occident. Des barbares contre des barbares ! Les 130 Français tués le 13 novembre 2015 ne sont que des marionnettes de l’Occident. Avec son relativisme moral, Onfray ouvre la porte aux égorgeurs islamistes.

Onfray s’inscrit donc sur la longue liste des charlatans intellectuels qui abondent en Europe. Jürgen Habermas, le plus célèbre philosophe allemand vivant, a affirmé dans Le Monde, que le « djihadisme, en revanche, est une forme absolument moderne de réaction à des conditions de vie caractérisées par le déracinement ». Quelqu’un aurait dû lui expliquer que tous les terroristes étaient parfaitement intégrés dans les démocraties française et belge et vivaient des allocations d’aide sociale.

Autre célébrité philosophique, le gourou néo-marxiste slovène, Slavoj Zizek, avance que l’islamisme peut paraître réactionnaire mais que, « par une curieuse inversion, la religion est l’un des endroits possibles à partir duquel il devient possible de déployer des doutes critiques sur la société d’aujourd’hui. Elle est devenue un lieu de résistance ». Zizek a également affirmé que les « islamo-fascistes » et les « racistes européens anti-immigrés » sont « pile et face d’une même pièce ».

L’économiste français Thomas Piketty, après les massacres de Paris, a fait de « l’inégalité » la racine du succès de l’Etat islamique. Un autre philosophe allemand bien connu, Peter Sloterdijk, a considéré lui que les attentats du 11 Septembre étaient de « petits incidents ».

José Saramago, prix Nobel de littérature, a estimé qu’encastrer deux avions dans les Twin Towers de New York représentait une « vengeance contre l’humiliation ».

Il convient de citer également le sociologue français Jean Baudrillard, qui a dit que les attaques contre les tours jumelles étaient souhaitées par les Etats-Unis : les terroristes islamistes ont agi, mais c’est nous qui l’aurions voulu. N’oublions pas non plus le célèbre compositeur allemand Karlheinz Stockhausen qui a interprété l’attaque contre le World Trade Center comme « la plus grande œuvre d’art possible dans l’intégralité du cosmos ».

La palme du cynisme revient cependant à Dario Fo, prix Nobel de littérature 1997, qui a déclaré à la suite du 11 septembre :

« Les grands spéculateurs se vautrent au sein d’une économie qui assassine chaque année des dizaines de millions de personnes par la pauvreté – alors qu’est-ce que 20.000 morts à New York ? Peu importe qui a commis ce massacre ; cette violence est la fille légitime d’une culture de violence, de faim et d’exploitation inhumaines ».

Ce genre d’attitude n’a rien de nouveau. Des philosophes comme Martin Heidegger et Carl Schmitt, des écrivains tels que Knut Hamsun et Louis Ferdinand Céline, des musiciens tels que Wilhelm Furtwängler et Ernst von Karajan, sont les représentants les plus célèbres de cette culture européenne qui a adhéré au rêve d’Adolf Hitler.

Leurs héritiers justifient maintenant le djihad comme le châtiment ultime pour les libertés et la démocratie dont l’Occident s’est doté.

Giulio Meotti







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “International: Ces intellectuels charlatans qui justifient le Jihad

    1. Malcolm Ode

      Ce genre de philosophie s’appelle de la schizophrénie, et leurs adeptes des schizophrènes. Justifier l’injustifiable par des arguments aussi hors de propos relève de trouble mentaux : « Je gare ma voiture sur votre emplacement parce votre chien aboie »!

      Super logique et cohérent!

    2. judith

      Onfray a eu un seul instant de lucidité dans sa vie, c’est quand il a fait l’effort de lire le coran.
      Il a prit conscience du danger de l’Islam, cela a été de courte durée, la politique du  » baisse culotte  » a vite reprise.
      Comme lui et ses congénères n’ont jamais ouvert un livre d’histoire ils ignorent que ce sont les musulmans qui ont colonisé, agressé le reste du monde a l’instigation du dictateur Mahomet.

    3. Pot-au-feuj

      Onfray dit des choses tres reflechies ,

      en revanche il ne dit pas tout ,

      c’est nous aussi les premiers qui avons laissé les arabo-musulmans rentrer chez nous , si on n’avait pas commis ce crime on n’aurait aucun besoin d’aller bombarder en pays musulman , et on les laisserait se disputer entre eux.

      Ca Onfray a oublié de le dire , et pourtant ça explique et resoud tout.

    4. Aline1

      La culture est quelque chose d’important pour l’individu. A condition, que l’individu en question se cultive par grande curiosité du monde, de la nature, de l’être humain, de l’Histoire…etc…

      Mais pour certains hommes cultivés, et surtout ceux d’aujourd’hui , une raison de plus s’additionne aux autres.. Très intéressante : l’envie de notoriété. Être connu et vu le plus possible.

      Et pour cela, sa culture et son intelligence deviennent peanuts ! Son raisonnement ne tient plus de la logique, mais de ses intérêts. Partant de là, l’idéologie ou les idées qu’ils vont afficher, devront être celles qui potentiellement plairont au plus grand nombre.

      Si bien que sa comprenette peut changer, voire changer et même dévier jusqu’à dériver…

      Ces gens là cessent alors d’être des « références » crédibles.Ils deviennent presque des idéologues politiques qui vont dépendre de certaines« élections ». Quels élections ? Celles qu’ils visent et qui vont servir au mieux les avantages qu’ils recherchent.

      Ils cessent d’être des références en se politisant. Du moins en se situant de manière publique.

      C’est valable pour tous les gens connus de toutes sortes…intelligents ou pas.

      C’est pourquoi aujourd’hui, à l’aune de ma petite expérience, (qui m’a fait changer) je pense que certaines catégories de personnes, devraient réserver leurs « opinions » à la sphère privée. Exactement, la même chose que l’on demande aux religieux, en fait.

      Et alors ? L’objet de leurs études ? A quoi bon ?

      Et bien, nous attendrons « post mortem » – Au moins nous serions surs qu’ils auront écrit en leur âme et conscience, et de ce fait, leurs réflexions seront plus authentiques et serviront bien davantage à l’humanité.
      Est-ce que je plaisante ?…A peine !

      Et pour redevenir un peu plus sérieuse, je serais un peu plus nuancée pour les « Zélites » d’hier, justifiant des idéologies comme celle que nous connaissons. Je dirais d’eux, qu’ils étaient plus sincères, étant moins médiatisés, et que ce sont des sentiments peu glorieux qui les faisaient cautionner des causes que des esprits intelligents ne cautionnent pas sans raisons intrinsèques. C’était en eux, en quelque sorte !

      Ceux d’aujourd’hui, cela dépendra du temps qu’il fera demain, ou qu’il a fait hier…Dieudonné et Soral étant sincères pour leurs causes ou domine l’intérêt sonnant et trébuchant.

    5. Aline1

      J’ai envoyé un commentaire – soit-disant en doublon
      et je n’y vois pas la trace – Je ne vois même pas qu’il soit en attente de modération.

    6. Aline1

      Bonjour MisterClairvoyant,

      Vous dites que l’on ne modère pas ? J’ai plutôt eu l’impression que certains pouvaient insulter ad hominem et parler de moi de manière inadmissible et contraire à toutes les chartes, et ceci sans modération, tandis que des commentaires m’ont été sucrés, alors que je me pense plutôt polie – en tout cas, je fais attention à l’être.

      Alors je repose mon commentaire d’hier – nous allons voir
      ——————–

      La culture est quelque chose d’important pour l’individu. A condition, que l’individu en question se cultive par grande curiosité du monde, de la nature, de l’être humain, de l’Histoire…etc…

      Mais pour certains hommes cultivés, et surtout ceux d’aujourd’hui, une raison de plus s’additionne aux autres… Très intéressante : l’envie de notoriété. Être connu et vu le plus possible.

      Et pour cela, sa culture et son intelligence deviennent peanuts ! Son raisonnement ne tient plus de la logique, mais de ses intérêts. Partant de là, l’idéologie ou les idées qu’ils vont afficher, devront être celles qui potentiellement plairont au plus grand nombre.

      Si bien que sa comprenette peut changer, voire changer et même dévier jusqu’à dériver…

      Ces gens là cessent alors d’être des « références » crédibles. Ils deviennent presque des idéologues politiques qui vont dépendre de certaines« élections ». Quels élections ? Celles qu’ils visent et qui vont servir au mieux les avantages qu’ils recherchent.

      Ils cessent d’être des références en se politisant. Du moins en se situant de manière publique.

      C’est valable pour tous les gens connus de toutes sortes…intelligents ou pas.

      C’est pourquoi aujourd’hui, à l’aune de ma petite expérience, (qui m’a fait changer) je pense que certaines catégories de personnes, devraient réserver leurs « opinions » à la sphère privée. Exactement, la même chose que l’on demande aux religieux, en fait.

      Et alors ? L’objet de leurs études ? A quoi bon ?

      Et bien, nous attendrons « post mortem » – Au moins nous serions surs qu’ils auront écrit en leur âme et conscience, et de ce fait, leurs réflexions seront plus authentiques et serviront bien davantage à l’humanité.
      Est-ce que je plaisante ?…A peine !

      Et pour redevenir un peu plus sérieuse, je serais un peu plus nuancée pour les « Zélites » d’hier, justifiant des idéologies comme celle que nous connaissons. Je dirais d’eux, qu’ils étaient plus sincères, étant moins médiatisés, et que ce sont des sentiments peu glorieux qui les faisaient cautionner des causes que des esprits intelligents ne cautionnent pas sans raisons intrinsèques. C’était en eux, en quelque sorte !

      Ceux d’aujourd’hui, cela dépendra du temps qu’il fera demain, ou qu’il a fait hier…Dieudonné et Soral étant sincères pour leurs causes ou domine l’intérêt sonnant et trébuchant.

    7. Aline1

      Bonjour MisterClairvoyant,

      Vous dites que l’on ne modère pas ? J’ai plutôt eu l’impression que certains pouvaient insulter ad hominem et parler de moi de manière inadmissible et contraire à toutes les chartes, et ceci sans modération, tandis que des commentaires m’ont été sucrés, alors que je me pense plutôt polie – en tout cas, je fais attention à l’être.

      Alors je repose mon commentaire d’hier – nous allons voir

      ET BIEN C’EST TOUT VU – même avec ce préambule qui change le commentaire – il ne passe pas et est qualifié de doublon.

      De quoi vraiment se décourager de vouloir participer à ce site. Où les insultes passent, mais où un avis correct sur l’article non !

      Si quelque chose dans mon commentaire est gênant que l’on me fasse savoir qu’il est gênant et pourquoi.

      Comment avoir envie de participer, sinon ?

      ——————–

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *