toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : l’un des otages a été forcé par les djihadistes de filmer l’assassinat


Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : l’un des otages a été forcé par les djihadistes de filmer l’assassinat

.

Le 26 juillet 2016, deux djihadistes interrompent la messe matinale célébrée quotidiennement en l’église Saint-Étienne, à Saint-Étienne du Rouvray, dans la banlieue de Rouen. Y participent trois religieuses et trois laïcs, dont un couple, Guy et Janine Coponet.

Après une macabre mise en scène, ils égorgent le célébrant, l’abbé Jacques Hamel, puis tentent de tuer Guy Coponet. Ils sont abattus en sortant de l’église.

Guy et Janine Coponet accueillent dans leur jardinet. Ce couple qui fête ses 63 ans de mariage n’a jamais voulu répondre aux questions des journalistes Guy n’est mentionné dans la presse que comme Monsieur C. Ils ont néanmoins accepté de recevoir Famille Chrétienne. Dans leur salon, devant le buffet normand, à côté de la pendule dont le tintinnabulement égrènera les deux heures de l’entretien, nous rejoint Danielle Delafosse, qui assistait elle aussi, avec deux de ses sœurs religieuses, à la messe ce mardi-là, en la Sainte-Anne. C’est elle qui donna l’alerte. Ensemble, Danielle, Janine et Guy partagent ce qu’ils n’ont jamais dit.

Guy Coponet, vous devriez être mort ?

Loading...

Guy Coponet – Oui. Ils m’ont frappé de trois coups de couteau, au bras, au dos et à la gorge. L’urgentiste qui m’a soigné m’a dit : « Il y avait une main divine sur vous car aucun des coups n’a touché un organe vital. Or, ce n’était vraiment pas loin… C’est comme un miracle ! »

Ce « miracle », vous le voyez comme un signe ?

Guy – Le Seigneur a permis que je survive pour témoigner de sa miséricorde. Cela m’est pénible : je n’aime pas paraître. Je suis un ouvrier à la retraite, j’aime la vie cachée de Nazareth. Me retrouver sous les feux des projecteurs me fait horreur.

Quel fut le plus dur pour vous dans cette épreuve ?

Guy – Filmer. Les deux jeunes tueurs m’ont attrapé par le « colbach », m’ont mis une caméra dans les mains et m’ont dit : « Papy, tu filmes. » Ils venaient même vérifier la qualité des images et constater que je ne tremblais pas trop. J’ai dû filmer l’assassinat de mon ami le Père Jacques ! Je ne m’en remets pas. Car c’est du théâtre leur sale « truc », de la mise en scène. Ils voulaient faire une vidéo destinée à faire le tour du monde sur les réseaux sociaux, ce qui leur permettrait de mériter leur titre de gloire de « martyr » d’Allah. Ils ont même pris le temps de se ceinturer de scotch pour faire croire qu’ils allaient se faire exploser, alors qu’il n’y avait que du scotch. Mais nous ne l’avons appris qu’ensuite…

Après avoir filmé l’horreur, l’un des tueurs se saisit de vous. Vous avez croisé son regard ?

Learn Hebrew online

Guy – Oui. Et je lui ai demandé s’il avait des enfants. J’ai ajouté : « Pense à tes parents, tu es sur une fausse route, tu vas les tuer de chagrin. » Il m’a poignardé, puis m’a traîné en bas des marches de l’autel. C’était tout rouge, mais je ne me rendais pas compte que c’était mon sang qui coulait. Je n’ai pas souffert sur le moment. Je me suis serré la gorge parce que ça jaillissait.

Janine Coponet, vous fêtiez ce jour-là les 87 ans de Guy, et vous voyez votre époux se faire égorger sous vos yeux… Que se passe-t-il en vous ?

Janine – J’étais sous le choc, terrifiée. Je me souviens avoir confié mon Guy à sainte Thérèse et au Père Marie-Eugène. On voit passer toute sa vie en quelques secondes. J’ai pensé : « Guy ne va pas voir le dernier de nos arrière-petits-enfants – nous avons cinq enfants –, âgé d’1 mois ; on ne pourra pas non plus fêter notre anniversaire de mariage… »

Loading...

Vous pensiez que Guy était mort ?

Janine – Évidemment ! Après trois coups de couteau… L’un des tueurs me colle un pistolet dans le cou – j’apprendrai après que c’était un faux – et me pousse vers la sortie de l’église. Je me retourne quand même pour lancer un dernier regard vers mon Guy, et j’aperçois l’une de ses jambes qui bouge ! Je me suis dit : « Il est vivant. Oh Seigneur, merci ! »

Sœur Danielle – Moi, je me suis échappée durant la tuerie. Kermiche s’acharnait sur Jacques, qui est tombé face contre ciel ; Petitjean [l’autre tueur, Ndlr] tailladait Guy. « Il faut bouger, me suis-je dit, on ne va pas quand même pas se faire égorger sans rien faire ! » Je ne suis pas une grande sportive, mais j’ai eu à cet instant une fusée dans le dos Une voisine m’a accueillie. J’ai appelé les secours. Ils sont arrivés dare-dare.

Guy – J’ai cru que j’étais mort. Alors ça ne m’a pas été très difficile de faire semblant (sourire) Cela dit, le sang continuait de pisser. J’ai prié comme je n’ai jamais prié de ma vie. Tous les saints y sont passés. Et d’abord le petit Frère Charles, lui aussi mort par une main musulmane dans le désert.

 Vous étiez vous-même dans un grand désert ?

Guy – C’est le moins qu’on puisse dire (rires) ! Dans mon for intérieur, j’ai récité ma prière chérie : « Mon Père je m’abandonne à Toi, fais de moi ce qu’il Te plaira… Je remets mon âme entre tes mains. » J’y étais, entre ses mains. Surtout après une messe !

Juste avant d’être égorgé, le Père Jacques crie à deux reprises : « Va-t’en Satan. » Il voit le mal en action ?

Sr Danielle – Sans doute. Cela ne veut pas dire que Kermiche était possédé, mais que Satan était à l’œuvre, de façon puissante. Le Père Jacques a voulu exorciser ce mal. Ce sont ses dernières paroles. Satan n’aime pas l’eucharistie…

Dans l’église, que se passe-t-il pendant ce temps ?

Sr Danielle – Les tueurs semblent se calmer un peu, après avoir tapé sur les bancs avec leurs faux revolvers – ils n’avaient, en fait, comme armes que des couteaux. Là s’est engagé un dialogue incroyable entre Kermiche et Hélène, l’une de mes sœurs religieuses. Ils venaient de l’asseoir de force à côté de Janine : « Avez-vous peur de mourir ?, lance Kermiche à Hélène. – Non, répond-elle. Il s’étonne :  – Pourquoi pas peur ? – Parce que je crois en Dieu et je sais que je serai heureuse. »

Source





Journaliste québécois, pro-atlantiste, pro-israélien,pro-occidental



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • One thought on “Attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : l’un des otages a été forcé par les djihadistes de filmer l’assassinat

    1. judith

      Tous les Chrétiens s’en contrefoutre, le pape lui même est prêt a lever sa robe, la seule agression qui le fait réagir c’est ce qui concerne sa mère…

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *