toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Ancienne esclave sexuelle de Daesh : «Ils m’ont battue, violée, traitée comme un animal»


Ancienne esclave sexuelle de Daesh : «Ils m’ont battue, violée, traitée comme un animal»

TEMOIGNAGE

Nadia Murad, yézidi, avait été transformée en esclave sexuelle par Daesh. Elle a survécu au cauchemar inimaginable de sa vie en captivité, cauchemar qui perdure après sa libération. 

Nadia Murad vient d’une minorité confessionnelle, le yézidisme, composante de l’éthnie kurde. Son village a été ravagé par les combattants de l’Etat islamique : tous les hommes ont été tués, toutes les femmes réduites à l’esclavage sexuel. Les brutalités décrites par Nadia constituent le quotidien de Daesh et sont perpétrées en toute impunité.

Le but des militants était de détruire notre nation et notre identité

RT : Qu’est-il arrivé ce jour-là, quand ils sont arrivés dans votre ville ?

Nadia Murad (N. M.) : Avant de s’emparer de notre village, ils avaient déjà pris tous les villages yézidis à proximité. Beaucoup de Yézidis ont eu la chance de s’évader ou de se cacher dans les montagnes. Mais mon village est loin de cette zone, nous ne pouvions donc nous abriter nulle part. Les militants nous ont bloqués dans le village. Ils ont tué des milliers d’hommes et enlevé des milliers de femmes. Leur but était dedétruire notre nation et notre identité.

Le dernier jour du siège, ils nous ont rassemblés dans une école à la périphérie de la ville. Nous avons compris ce qui allait alors se passer. Avant d’emmener les hommes, ils ont exigé que nous nous convertissions à l’islam. Mais personne n’a accepté. Ensuite, ils ont séparés les hommes des femmes. Ils ont pris tous les objets de valeur que nous avions sur nous. Après cela, ils ont emmené les hommes et les ont exécutés. Nous avons entendu les coups de feu. Nous avons vu comment ils les ont tués, un par un, à l’extérieur de l’école.

Nous avons toutes été emmenées dans un autre district où ils nous ont divisées en groupes : les jeunes femmes, les enfants, les femmes mariées et les femmes âgées. Puis ils ont amené chaque groupe dans une région différente.

Ils séparaient même les sœurs. Il n’y a pas une seule fille qui n’a pas été violée

RT : Savez-vous si votre famille est en vie ou pas ?

N. M. : Nous ne savons pas exactement ce qui est arrivé à tous les Yézidis capturés par Daesh. Je sais  seulement ce qui est arrivé aux femmes et aux filles qui ont fini esclaves comme moi. Je sais à quoi elles font face et ce qu’elles vivent en ce moment …

RT : Qu’est-il arrivé ensuite ? Où vous ont-ils emmenée ?

N. M. : Nous sommes restés à Mossoul pendant plusieurs jours, avant d’être distribuées parmi les combattants de Daesh. Ils venaient et enlevaient les filles. Ils séparaient même les sœurs. Il n’y a pas une seule fille qui n’a pas été violée. Les filles ont été vendues ou loués à des militants entre la Syrie et l’Irak.

RT : Le terroriste qui vous a prise voulait vous convertir à l’islam. N’aviez-vous pas peur d’être tuée ?

N. M. : J’étais prête à mourir. J’ai moi-même demandé au terroriste de me tuer. Il y avait des centaines de filles qui avec moi, et elles voulaient toutes être tuées. Nous avions déjà vu des hommes et des femmes être tués, nos frères Yézidis, nos pères et nos mères. Chaque heure, chaque minute, j’espérais qu’ils allaient nous tuer aussi. Mais ils ne tuaient pas les filles, ils voulaient que nous soyons des esclaves sexuelles.

 Ils ne nous ont pris que pour nous violer et nous vendre ou louer par la suite

RT : Ce terroriste vous a-t-il utilisée seulement en tant qu’esclave sexuelle ?

N. M. : Non, ils ne nous ont pas pris pour nous faire travailler ou les servir. Ils nous ont seulement fait servir du thé ou de l’eau quand les militants venaient à leur siège, afin qu’ils puissent jeter un œil sur nous. Ils ne nous ont pris que pour nous violer et nous vendre ou louer par la suite. Il y avait même des cas où un homme prenait une fille puis la passait à son frère le même jour. Les militants ne tenaient jamais les filles plus de deux semaines. Nous ne sommes jamais restées au même endroit plus d’un mois. Ils continuaient à nous revendre.

RT : Tous ces militants ont-ils des familles ?

N. M. : Oui, beaucoup de militants ont des familles. Celui qui m’a capturée ne m’a pas amenée à sa famille. Mais certains des militants prenait des filles au sein de leurs familles pour une journée ou deux. Mais les familles n’aidaient pas les filles, les traitaient de la même façon que les militants.

Leurs femmes savaient que les combattants nous avaient emmenées en tant qu’esclaves sexuelles, elles ne nous considéraient pas comme leur égales. Elles étaient même contentes. Elles n’y voyaient même pas d’adultère, parce que les militants faisaient tout au nom de l’Etat islamique.

Si une fille était capturée en train de s’évader, elle ne s’y risquerait pas une seconde fois

RT : Vous avez essayé de vous échapper, mais vous avez été capturée. Peuvent-ils tuer une fille si elle essaye de s’enfuir ?

N. M. : Ils ne tuaient pas les filles pour tentative d’évasion. Après m’avoir rattrapée, ils m’ont amenée à leur siège, m’ont battue et de nombreux combattants de Daesh m’ont violé à tour de rôle. Ils faisait cela à toutes celles qui essayaient de s’échapper. Certaines de ces filles étaient très jeunes, beaucoup d’entre elles étaient vierges. Beaucoup de filles yézidies se sont suicidés après avoir été violées comme ça. Si [une fille] était capturée en train de s’évader, elle ne s’y risquerait pas une seconde fois.

J’ai eu de la chance, j’ai réussi à m’échapper une fois de plus. Cette fois-ci je l’ai fait seule. J’ai couru vers une maison et la famille qui y vivait m’a cachée des militants. Une famille musulmane de Mossoul m’a cachée et m’a aidée à quitter la zone contrôlée par Daesh.

VOIR L’ENQUÊTE SPECIALE DE RT : Victimes de Daesh. Les esclaves de l’État Islamique racontent leurs histoires

Il y a des marchés, de grandes salles en Syrie, où des milliers de filles sont négociées

RT : Vous avez été vendue et transférée à plusieurs reprises…

N. M. : Les tribunaux islamiques fonctionnent comme des marchés. Certains militants viennent à un tribunal pour regarder les photos des filles. Certains viennent également au siège pour choisir une fille. J’ai été à un tel endroit. Si je plaisais à quelqu’un, il me prenait.

Il y a des marchés, de grandes salles en Syrie, où des milliers de filles sont négociées. Les militants y vont pour acheter des filles. La première fois j’étais avec 60 autres [filles] : on nous gardait dans deux chambres différentes. Les militants venaient nous acheter comme si nous étions des marchandises.

RT : Où êtes-vous allée après votre fuite ? Comment êtes-vous arrivée en Europe ?

N. M. : La famille qui m’avait sauvée m’a aidée à rejoindre la frontière avec le Kurdistan, près de Kirkouk. Donc, j’y suis arrivée et, ensuite, j’ai passé un certain temps dans des camps au Kurdistan.

J’ai une mission importante et un grand travail à faire

Plus tard, les autorités allemandes ont décidé d’inviter un millier de femmes yézidies qui s’était échappées de Daesh pour [bénéficier d’un] traitement [médical]. J’étais parmi ces femmes. Alors je suis allée en Allemagne. L’Allemagne nous a traité mieux que les autres pays. Ils nous ont accueillies, nous ont fourni un traitement, nous ont aidé à obtenir un statut juridique et nous ont offert un toit.

RT : Vous avez été nominée pour le prix Nobel. Qu’est-ce que cela signifie pour vous, après tout ce que vous avez vécu ?

N. M. : J’ai une mission importante et un grand travail à faire. C’est plus important que n’importe quel prix. Mon peuple, un demi-million de Yézidis, a été chassé de ses terres. Des milliers ont été tués. Plus de 20 fosses communes ont été trouvées près de Sinjar.

Je dois arrêter le génocide en cours contre les Yézidis

Aucune institution ne nous a jamais aidée à libérer nos filles. Aucune organisation ni pays n’a jamais envoyé qui que ce soit à Sinjar pour voir nos tombes. La terre de Sinjar est couverte des cadavres de nos fils et nos filles. Nous ne pouvons pas enterrer nos morts. Peut-être le monde pourrait-il m’aider à faire cela ?

Oui, j’ai été nominée au prix Nobel. Mais ce prix devrait être attribué à l’ensemble de mon peuple, à toutes les minorités et groupes ethniques, à chaque femme et enfant souffrant de la torture et de mauvais traitements. Ce n’est qu’à ce moment-là que ce prix peut être un prix sacré, respecté par le monde entier. Mais j’ai quelque chose de plus grand que cela. Une plus grande tâche m’attend. Les miens font face à un génocide. Je dois arrêter le génocide en cours contre les Yézidis.

Source





Avocate en droit international - Entre New York, Genève, Paris et Tel Aviv



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 12 thoughts on “Ancienne esclave sexuelle de Daesh : «Ils m’ont battue, violée, traitée comme un animal»

    1. Salmon

      Les pauvres !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

      eux CREVES et personne ne dit rien , il y en a que pour les musulmans et pourtant c’est c’est la VERITé , CEUX SONT DES MUSULMANS QUI LEURS FONT DU MAL AU NOM DU CORAN ET DE ALLAH!!!!!!!!!!!!!!!!!

    2. Moka

      Si c était des putains de Palaos ,je suis sûre que ça pleurait dans les chaumières .les occidendaux sont friands des pauvres Palos si durement maltraités par le vilains sionistes juifs tueurs d enfants.Tout le monde n a pas la chance de naître à gaza mon cher Salmon et de monopoliser l intérêt mondial .Mieu vaut être un pauvre pauvre petit Palos que yezidis peuple martyrisé par les adeptes de la secte puante islam.

    3. i

      Pas humain comme comportement. Pire que des chiens. Les femmes de toute façon dans l’islam ne valent rien. Que des marchandises, à croire qu’une femme n’a pas de coeur ni d’âme. Une honte !!!

    4. MisterClairvoyant

      Terrible témoignage d’une fille Yézidi, victime d’esclavage sexuel, comme des milliers d’autres filles yézidis, et hommes, femmes et enfants assassinés qui ont fini dans des fausses communes.
      Demain l’islam de « Paix et d’Amour » réécrira l’histoire du peuple yézidi, qui ressemblera à l’histoire des Croisés disparus de Palestine, comme le yézidis disparus du mont Zinjar.
      La légende dit : « que Soliman le Magnifique est arrivé avec son beau cheval blanc et son armée à Jérusalem, que les portes se sont ouvertes par un miracle. Alors Soliman a dit à ses soldats de semer les rues de Jérusalem de pétales de roses » C’est cela que dit la légende, la réalité est plus cruelle. Ce que ne dit pas la légende, est que Solman a ravagée la Palestine comme Daech la terre des Yézidis, etc ; et qu’il a pratiqué les assassinats de masse contre les croisés, les vols et les viols sur les filles par ses soldats, et pris une énorme rançon du patriarche de Jérusalem, soit un gros butin de guerre payés par les chrétiens de Jérusalem. De telle sorte que la Palestine, ne s’est plus remis de la pauvreté et de destructions durant les 4 siècles suivants. Et seulement quand les juifs et leurs mécènes: depuis 1856, Sir Mosè Montefiori, Rothschild, Rockfeller etc, avec le travail des juifs « la Palestine juive » attire juifs et arabes, car elle sort de la pauvreté et la désolation. La Palestine était aux mains des ottomans. Mais fut libérée par les alliées en 1917, dont une partie de la Palestine Mandataire est devenue en 1948 l’état d’Israël. Donc, la Palestine ne fut pas volés par les juifs aux arabes,cmais partagée entre Israël et la Jordanie !
      Que deviendra demain du territoire des Yézidis, si on ne les aide pas comme aux juifs à le récupérer

    5. Aline1

      Oui Moka, il ne s’agit que de yézidis et non pas de palestiniens.

      Et pas d’un terroriste tué avant qu’il n’ait réussi un attentat de masse, en plus !

      Non des femmes, quelquefois presque des enfants, mais les enfants aussi ne sont pas épargnés, et le reste de l’ethnie – et pas un seul, mais tous ceux qu’ils peuvent capturer, et il y a du nombre.

      Pas de navettes pour eux, pas de clairons, ni de manifestations sur les Place de France et ailleurs.

      Mon cœur en ces temps bat très fort pour les kurdes, et de toute mon âme, j’espère qu’ils vont avoir la chance de voir leur sort changer.

      Les Kurdes seront les héros de cette triste période. Ils le paient très cher.

    6. Salmon

      ET LES HOMMES ALINE QUI SONT TORTURéS ET TUéS VOUS LES OUBLIEZ ?
      ET CE SONT LES 1ERS A ETRE TUéS MALHEUREUSEMENT DEVANT LEURS FEMMES ET ENFANTS

    7. Armand Maruani

      La planète entière le sait et que fait on pour sauver tous ces malheureux ?

      L’histoire se renouvelle mais à la différence que même les esquimaux sont au courant de la barbarie Hallal .

      Israël ce pays minuscule demeure le symbole du peu d’humanité qui est encore préservée comme une lueur d’espoir .

      La lumière sera éternelle dans le pays que D. a offert aux Juifs .

      Nous en sommes trés fiers .

    8. Malcolm Ode

      (bis)

      Par leur incessantes exhortations meurtrières et leurs innombrables actes de destructions culturelles, les musulmans, ces ennemis de toutes civilisations nous indiquent TRÈS BIEN eux-même comment accueillir leur religion dans nos pays évolués : exterminer tous ceux qui professent publiquement cette foi démentielle et démoniaque (voiles, niqab, barbe à poux…), détruire tous leurs lieux (saints) à commencer par la Kaaba, Médine, la Mecque, toutes leurs mosquée à commencer par Al Aqsa… pour donner le coup d’envoi international à la suppression éternelle de cette religion consanguine. Il faut détruire les cinq piliers physiques de l’islam, comme ils ont visé cinq points sensibles du monde libre le 11 septembre 2001. (Islam = nazi)

      …………..Les Bouddhas de Bâmiyâ au nom de Dieu……….

    9. G. Chaule

      Il n’y a pire sourd que celui qui ne veut pas entendre, pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
      Comment expliquer autrement le silence coupable de l’Occident face aux crimes perpétrés par les mahométans au nom de leur allah ?
      Il est vrai aussi que l’argent n’a pas d’odeur et d’honneur. Les cadeaux, pourboires, achats, commandes en pétro-dollars des monarchies salafistes sont devenus la raison de vivre de beaucoup…

    10. Frank Giroux

      Ben nous on ne fait pas ça aux animaux, il y a des lois qui protègent les animaux.

      À mort les islamistes-terroristes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap