toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Valls soutient les maires qui interdisent le burkini


Valls soutient les maires qui interdisent le burkini

Dans le contexte de menace terroriste, le Premier ministre a apporté son soutien, ce matin dans la Provence, aux maires qui ont décidé d’interdire dans leur commune le port du burkini. Selon lui, ce vêtement exprime un « projet politique fondé notamment sur l’asservissement de la femme ».

« Je comprends les maires qui, dans ce moment de tension, ont le réflexe de chercher des solutions, d’éviter des troubles à l’ordre public ». Dans un entretien au quotidien régional La Provence, le Premier ministre, Manuel Valls, a exprimé son soutien aux maires qui ont pris la décision d’interdire dans leur commune le port du burkini. Ces élus considèrent que ce vêtement, maillot de bain musulman qui couvre le corps et la tête de la femme qui le porte, constitue le signe d’une revendication communautaire d’un islam politique. Le chef du gouvernement ne les a pas désavoués.

« Je soutiens donc ceux qui ont pris des arrêtés, s’ils sont motivés par la volonté d’encourager le vivre ensemble, sans arrière-pensée politique », dit-il dans l’interview. « Les plages, comme tout espace public, doivent être préservées des revendications religieuses ». Or le burkini « est la traduction d’un projet politique, de contre-société, fondé notamment sur l’asservissement de la femme ». Derrière le burkini, « il y a l’idée que, par nature, les femmes seraient impudiques, impures, qu’elles devraient donc être totalement couvertes. Ce n’est pas compatible avec les valeurs de la France et de la République« . « Face aux provocations, la République doit se défendre », conclut-t-il.

Jusqu’à présent, sept mairies ont pris des arrêtés anti-burkini en France ou sont sur le point de le faire. Ce sont celles de Cannes, de Villeneuve-Loubet et de Mandelieu-la-Napoule, sur la Côte d’Azur, de Leucate, près de la frontière espagnole, du village de Sisco, en Corse, du Touquet, sur la côte normande, et d’Oye-Plage, dans le Nord.

source





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Valls soutient les maires qui interdisent le burkini

    1. Aline1

      Je trouve la déclaration de Valls, comme étant un comble de l’hypocrisie.

      – Soutenir d’un côté ceux qui sont contre le burquini, sans légiférer, et d’un autre côté :

      – Laisser aux Maires des communes de prendre la responsabilité, d’accepter le principe ou non, selon leur commune…

      C’est une façon de se dédouaner – pour les Maires qui oseraient se mettre contre le burkini, et qui verraient peut-être leurs plages se vider parce qu’alors, forcément et potentiellement visées par les terroristes.

      Les communes soumises verront alors la fréquentation de leurs plages se densifier.

      C’est logique, et je ne serais pas de ceux qui jetteraient la pierre, au citoyen de base qui emmènerait sa famille se baigner, là où se trouverait le minimum de danger.

      C’est une décision qu’il appartient au Gouvernement à prendre, pour toutes les communes ou pas de poudre aux yeux…

      Lâcheté suprême et calculée de Valls.

    2. MisterClairvoyant

      La loi contre la burqa, le burkini et les mosqués qui incitent à la haine, qui sont des provocations. Une loi doit être votée en urgence, avant qu’il y ai plus de crispations ou des morts, et on pourra l’améliorer par la suite. « Le faite accompli » n’avantage pas à la France, mais à ceux qui ne l’aiment pas.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap