toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Terrorisme : du « vivre ensemble » au « mourir ensemble » par Gilles-William Goldnadel


Terrorisme : du « vivre ensemble » au « mourir ensemble » par Gilles-William Goldnadel

Gilles-William Goldnadel décrit l’état de résignation qui saisit la France après les attentats. Une résignation qui repose d’abord sur le silence politico-médiatique, ensuite sur un laxisme judiciaire poussé à bout.

Il semblerait que l’égorgement du père Hamel dans son église normande, cet holocauste symbolique du désir d’éradiquer l’ancienne religion des indigènes, l’exultation exaltante de déraciner le vieil arbre noueux, ait plongé la France médiatique et virtuelle dans une manière de résignation assumée.

La France post-chrétienne proscrit le sabre mais manie le goupillon. Elle encense à présent, à défaut du vivre, le mourir ensemble calmement.

Sur le chemin du calvaire du peuple français à présent routinier, il se pourrait qu’un clou enfoncé dans les chairs chasse l’autre. Saint-Étienne-du-Rouvray fait oublier Nice, qui abolit le reste.

Loading...

Rien d’autre à faire qu’à subir en silence compassé.

La multiplication des massacres, l’addition des victimes, nous commanderait d’interdire toute discussion, source de division.

Cette division que rechercherait paraît-il ceux qui nous égorgent.

Je ne suis pas sûr que telle soit la stratégie de nos bourreaux. Il me semble plutôt que ces stratèges si subtils cherchent à nous tuer pour nous tuer, pour nous faire trembler, ramper, pleurer, implorer, supplier, et nous imposer le repentir d’exister.

Mais à supposer que cette stratégie soit celle-là, je perçois mal ses dangers et limites.

Nul péril en effet, car pour qu’il y ait guerre civile, il faut, comme en amour, être deux. Si je vois bien les guerriers de l’islam radical, je ne perçois nulle part les troupes de Charles Martel. J’aperçois bien quelque Ganelon, mais point de Roland à l’horizon lointain.

Learn Hebrew online

Et ce ne sont pas quelques détestables graffitis ou un lardon devant une mosquée, sur lesquels la presse se jette avec d’autant plus de voracité qu’elle n’a rien d’autre à se mettre sous la dent, qui donne quelque chair à la menace brandie.

Quant aux limites à respecter pour éviter cette guerre civile ou religieuse fantasmée, doivent-elles nous faire interdiction de critiquer ceux qui se tiennent pour nos élites ou encore la religion organisée ou inorganisée que nos bourreaux invoquent avant de trucider?

Mes lecteurs subtils auront deviné quelque malice sous la question, car j’observe que ceux qui nous menacent de la guerre civile en cas de division ont la méchante tendance de proscrire toute réflexion critique des causes du malheur présent. Un esprit chagrin irait même jusqu’à se demander si ce ne serait pas pour se protéger de toute funeste prospection.

Loading...

C’est ainsi que tout débat sur l’islam et ses troupes demeurent sous jalouse surveillance. Ici encore, la prophylaxie est de règle, au risque de voir le remède plus dangereux que le mal.

Le lendemain du drame de Saint-Étienne-du-Rouvray, la matinale de notre chaîne radiophonique nationale insistait lourdement sur des manifestations d’hostilité aux musulmans qui demeuraient pourtant très virtuelles. France 2 pour ne pas être en reste interviewait une famille musulmane qui se plaignait simplement de «regards»…

Le surlendemain, France Inter faisait son deuxième sujet avec cette crainte , automatiquement ressassée après chaque tuerie, que ressentirait la communauté musulmane d’être «stigmatisée».

Je rappelle que lors du dernier sondage (Ipsos) sur le «regard» de la communauté nationale sur les musulmans, Le Monde ( 28 /1/15) disait son étonnement de voir leur image améliorée malgré les grands attentats parisiens.

Autrement dit, et au risque de décevoir ceux qui semblent l’espérer pour reprendre la main, les Français sont parfaitement capables de distinguer une majorité pacifique d’une minorité problématique et semblent immunisés contre le risque de globalisation ethnique ou religieuse.

On voudrait à tout prix changer cet état de fait, les faire amalgamer ou stigmatiser alors qu’aucun discours public n’utilise cette thématique et qu’eux n’y songent pas obsessionnellement, qu’on ne procéderait pas autrement. Qui divise?

Quant à la mise en question de l’immigration massive incontrôlée, elle demeure du domaine de l’indécent indicible. Le mantra répété en boucle consistant à asséner que les assassins seraient français ou binationaux, pas question de réfléchir sur le fait que la majorité sont issus de l’immigration islamique récente. Interdiction donc de réfléchir sur les ratés programmés de l’intégration, les dangers avérés des migrations, ou la nécessité existentielle de combattre sans frein l’immigration illégale et invasive.

Enfin, l’ensemble du corps politique, premier ministre compris et jusqu’au très estimable Mr Boubakeur , s’accordant à reconnaître l’urgence impérieuse de reconstruire l’organisation du culte musulman en France, il est difficile de pouvoir soutenir sans rire que ce qui nous arrive n’a strictement et absolument aucun rapport avec l’islam.

On me permettra à ce stade de faire observer respectueusement à Manuel Valls que le «pacte» qu’il appelle de ses vœux sera autrement plus difficile à obtenir que lorsqu’il s’agissait du concordat des juifs ou de la séparation avec l’église catholique. Et Dieu sait pourtant que ce fut difficile. Les premiers considèrent que «la loi du pays est leur loi». Les seconds doivent «rendre à César ce qui appartient à César». Pas grand-chose à voir avec ceux qui doivent mettre la charia au-dessus de tout. Il est des pactes qui doivent ressembler à des décrets impérieux.

Je me permets moi-même, au risque de diviser, de m’étonner de la surprenante soustraction opérée ce dimanche par la centaine de personnalités musulmanes françaises réclamant dans le JDD cette réorganisation de l’islam de France: «après l’assassinat de caricaturistes, après l’assassinat de jeunes écoutant de la musique, après l’assassinat d’un couple de policiers, après l’assassinat d’enfants, de femmes assistant à la célébration de la fête nationale, aujourd’hui l’assassinat d’un prêtre célébrant la messe…»

S’agissant de personnalités averties, compte tenu du contexte spécifique des relations entre juifs et arabes, j’ai du mal à me persuader que cette soustraction des victimes juives de Toulouse ou de Paris relève seulement de la plus fâcheuse des distractions.

Autre proscription sous peine de divisions: la critique du système judiciaire ou de certains de ses membres. Ici encore nos prêtres cathodiques en ont fait une sorte de tabou inviolable.

Ici encore notre chaîne radiophonique nationale et publique, au lendemain du crime, se faisait l’écho du malaise de juges qui se sentiraient eux aussi, décidément, «stigmatisés».

Ainsi donc, il serait interdit de faire remarquer que le système judiciaire français est non seulement en panne, mais à présent paralysé.

Interdit de faire observer, sous peine de je ne sais quelle autre stigmatisation , que Madame Taubira lui a porté le coup de grâce.

Que durant une demie décennie la gauche esthétique a ralenti le programme de construction carcérale et lui a substitué l’inepte loi sur la contrainte pénale. Que non seulement cette dernière n’est pas appliquée, mais qu’en outre les juridictions croulent sous le nombre de peines non exécutées. Que désormais la justice pénitentiaire n’est plus en mesure d’assurer tous les trajets entre prisons et tribunaux et que des détenus sont libérés faute d’escorte! (Le Figaro, Paule Gonzales 10 juillet & Le Monde, Jean-Baptiste Jacquin 24 juin)

Mais il est interdit, plus encore, de faire remarquer que le débat sur la nécessité de réformer le droit est le plus commode des débats. Que celui de voir respecter l’État de droit est le plus indigent.

Le bel Etat de droit que voilà célébré par ses thuriféraires vétilleux, de la Ligue des droits de l’homme au Parti Communiste: celui de l’état d’urgence qui tolère Nuit Debout et des lois républicaines piétinées sous les pieds des immigrés illégaux qui foulent impunément les rues quand ils ne manifestent pas publiquement en leur beau milieu.

Comment ne pas voir que La Ligue des droits de l’Homme protège aussi efficacement les droits des hommes que SOS-Racisme nous aura prémunis contre le racisme assassin.

À l’heure où l’État n’est plus le danger mais le premier rempart contre la barbarie à barbe, gardons-nous d’écouter ceux qui devraient faire vœu de silence et d’humilité.

Tout aussi mal séant est de faire remarquer que le tueur de Nice était un étranger bénéficiant d’un permis de séjour. Que dans un système judiciaire normal celui qui était connu pour des faits de violence et de vol et qui venait d’être condamné à la prison avec sursis pour agression avec arme, n’aurait plus dû se trouver à Nice le 14 juillet.

Interdit de faire remarquer que si des juges n’avaient pas, contre l’avis éclairé du parquet, libéré un certain Adel Kermiche pour lui mettre au poignet une breloque dérisoire, une petite flamme de vie lumineuse brillerait encore. Et pourquoi diable, ne serait-il pas possible de le faire remarquer? Pas pour morigéner un magistrat, pas pour le révoquer, pas même pour lui réclamer des comptes personnels. Pour tenter seulement de briser ses confortables certitudes ou seulement ses réflexes idéologiquement conditionnés. Mais les cerbères de cette idéologie peuvent encore mordre. En tous les cas ils aboient. La présidente du Syndicat de la Magistrature, Clarisse Taron, croit voir dans les critiques de la juge qui a ordonné la mise en liberté de l’égorgeur du prêtre «une mise à l’index de la justice» et même selon Médiapart (27 juillet) une «curée médiatique» (sic).

Le syndicat du mur des cons, combien de divisions?





Journaliste canadien indépendant. Spécialiste des questions sur l'islamisme, le terrorisme, la géopolitique, et sur le conflit Israélo-arabe.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 4 thoughts on “Terrorisme : du « vivre ensemble » au « mourir ensemble » par Gilles-William Goldnadel

    1. haBIBI

      Mon cher Goldnadel,
      J’apprécie beaucoup vos articles, aussi remarquables de par le fond que la forme.
      Et je veux vous dire :
      Ne désespérez pas des vieux fonds de l’esprit gaulois et de l’esprit germanique dans la population française, amoureux fidèles de Dame Liberté depuis la nuit des temps, et que l’Etat romain et ses complices de l’Eglise de Rome n’ont jamais réussi à détruire au travers des siècles.
      Il vit encore au sein de la majorité d’entre nous dans notre beau pays,et la braise est là qui attend son heure, et qui saura jaillir du feu nécessaire au moment opportun pour sauver le pays et son peuple, en dépit des tentatives de castration politiciennes et é cclésiales où s’agitent les démons des derniers temps de ce monde.

    2. PJSC

      Quel billet admirable, quelle richesse du langage, quelle lucidité. Que n’avez-vous, Monsieur, une autre destinée.
      Ici, tout est dit,
      « Nul péril en effet, car pour qu’il y ait guerre civile, il faut, comme en amour, être deux. Si je vois bien les guerriers de l’islam radical, je ne perçois nulle part les troupes de Charles Martel. J’aperçois bien quelque Ganelon, mais point de Roland à l’horizon lointain. »,
      mais espérons encore le retour du bâton….

    3. Richter

      EN AVOIR OU PAS
      Voulez-vous savoir pourquoi des jeunes rejoignent Daesh? Parce qu’ils y voient des mâles souriants, virils, puissants tandis que la France correspond à l’image qu’ils ont de la femme: soumise, geignarde, pleurnicharde, incapable et juste bonne à baiser… Très attirant pour des jeunes bourrés de Testoterone jusqu’aux yeux!
      http://townhall.com/…/emasculated-west-primed-for-a-muscula…

    4. i

      La face cachée du terrorisme se passe sous votre nez et vous ne voyez rien. Les bombes c' »est pas tous les jours, mais par contre tous les jours vous êtes bombardés par des ondes qui vous tuent. Les musulmans tuent par les ondes micro ondes et électromagnétiques et ils en usent et re usent à qui mieux mieux. Ceux qui sont fichés résistants à l’islamisation ramassent plein la gueule tous les jours et personne ne s’en rend compte. Par contre, vous mourrez c’est certain, cancers, rupture anévrisme et autres maladies…ceci au choix… il est temps de se réveiller et vite !!! REVEILLEZ VOUS !!! Les armes de l’armée sont passées entre les mains des terroristes… et ils se marrent, ils tuent avec le sourire ces enfoirés. Vous êtes aveugles cons et bêtes comme vos pieds. Au moins quand ils m’ont en face ils voient quelqu’un d’intelligent. ça leur change un peu …

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *