toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Le Canada, un pays idyllique à l’abri du terrorisme ?


Le Canada, un pays idyllique à l’abri du terrorisme ?

CHRONIQUE

Le Canada est-il le pays de cocagne, l’Eldorado ou la perle de l’Amérique du Nord que les immigrants s’imaginent trouver? Les médias s’emploient à nous le faire croire depuis l’élection de Trudeau. Qu’en est-il réellement?

D’abord, si on se fie aux dires d’Alain Rodier, directeur de recherche au Centre français de recherche sur le renseignement, le Canada « est loin d’être un pays tranquille ». Il est « le carrefour du crime organisé ». Mais pas seulement. C’est aussi un pays qui, depuis 1999, a connu un certain nombre de complots que Alain Rodier énumère et auxquels viennent s’ajouter aujourd’hui les filières djihadistes. Mais rappelons que, même avant 1999, le Canada a été le théâtre d’activités terroristes puisque nous avons tous en mémoire l’attentat contre le vol d’Air India en 1985. Ensuite, en matière de terrorisme islamiste, contrairement à ce que beaucoup de gens croient, les Canadiens ne sont pas épargnés.

Sous le gouvernement Harper

Faut-il rappeler, par exemple, qu’en 2006, 18 Torontois, le « Toronto 18 » avaient été arrêtés alors qu’ils planifiaient de faire exploser le Toronto Stock Exchange et plusieurs autres monuments de la ville- reine ? En septembre 2013, ils étaient déjà au moins 100 combattants djihadistes d’origine canadienne à avoir rejoint la Syrie. 2014 a été marquée par l’attaque du Parlement. En 2015, l’année même des élections, on a recensé pas moins de 173 actes terroristes. Tous ces chiffres révèlent en fait que le Canada est «surreprésenté» chez les djihadistes. Le nombre officiel de djihadistes américains serait même inférieur à celui du Canada.

Évidemment les libéraux ont une explication : le gouvernement Harper, par son soutien inconditionnel à Israël,  porte la responsabilité de cette menace. Quant aux 173 actes terroristes recensés en 2015, il n’y a aucune raison de s’alarmer car, là encore, les libéraux ont une explication : ils sont dus essentiellement à la nouvelle définition du terrorisme qu’implique la Loi C51 du gouvernement Harper.

Autrement dit, aujourd’hui, grâce à notre PM Justin Trudeau, « tout va très bien,  Madame la Marquise, tout va très bien, tout va très bien » ! C’est du moins l’image que veut projeter du Canada notre premier ministre, Justin Trudeau. Et si certains s’interrogent sur les raisons de son succès que lui envient tous les chefs d’État, la réponse coule de source : il n’est pas un PM comme les autres.

Et en matière de terrorisme, il sait comment ne pas être dans la mire de l’EI. Voyons quels sont les moyens auxquels il a eu recours.

1 – Assurer les Canadiens qu’ils sont en sécurité. En mai 2015, Trudeau accusait les Conservateurs d’instiller la peur chez les Canadiens: « Je suis convaincu que si les politiciens se servent de la peur pour prouver qu’ils ont raison, c’est parce qu’ils ne veulent pas que vous réfléchissiez. » Et voilà comment on se valorise! Il a trouvé les mots pour nous convaincre qu’il ne nous manipule pas, qu’il nous laisse exercer notre esprit critique. Il ose nous dire qu’avec lui nous réfléchissons! Bien sûr, il sait que les Canadiens sont tellement sous son charme qu’ils sont d’accord pour tout, même pour un déficit budgétaire sans précédent qui atteindra 30 milliards en deux ans seulement! Donc, à en croire notre PM, brillant manipulateur, nous n’avons rien à craindre en matière de terrorisme islamique. Depuis son élection, nous sommes en sécurité, car il veille au grain. N’a-t-il pas affirmé lors du Sommet du G20 : «La sécurité des Canadiens est une priorité pour moi et pour mon gouvernement ». D’ailleurs, le ministre de la Sécurité publique a fait savoir que «même si le niveau de menace du pays demeure le même, nous sommes extrêmement vigilants au Canada». Évidemment, personne pour nous dire que le jour où les Canadiens se réveilleront, le réveil sera brutal, et surtout douloureux, très douloureux.

Comment Trudeau s’y est-il pris pour créer ce sentiment de sécurité? Le Canada se vante d’appliquer une politique sécuritaire préventive et non réactionnaire. La Stratégie antiterroriste du Canada comprend quatre éléments : empêcher, déceler, priver et intervenir.

Learn Hebrew online

2 – Gagner la faveur des musulmans pour empêcher les attentats

– Avant même son élection, Justin Trudeau  a œuvré pour obtenir le soutien inconditionnel de la communauté musulmane, s’assurant ainsi de son  vote. Pour cela, il s’est montré en faveur des tribunaux islamiques au Canada, il a refusé en 2006 de condamner les attentats-suicides, mais aussi de considérer le Hamas et le Hezbollah comme des groupes terroristes. Cela a porté ses fruits puisque, en décembre 2015, il a été l’invité d’honneur de l’Islamic Relief Center à Toronto, une organisation qui encourage le djihad, donc le terrorisme. Et il était accompagné pour l’occasion  par nul autre que le petit-fils du fondateur des Frères musulmans, Tariq Ramadan.

-Dès son élection, il a nommé un ami de longue date, le député de Mississauga Centre, Omar Alghabra, secrétaire parlementaire du ministre des Affaires étrangères. Ce qui lui a valu les félicitations du Qatar.

Et pour ce qui est de la menace d’attentats islamistes dont il ne peut nier l’existence au Canada, il a pris soin de mettre en garde les Canadiens contre les amalgames. Pas de paranoïa! Pas d’amalgame! Contrairement aux Européens qui établissent un lien direct entre terrorisme et religion – maintenant remplacé par terrorisme et maladie mentale- « les Canadiens, nous dit Trudeau,  savent que les actes terroristes récemment perpétrés au nom de l’islam constituent une perversion odieuse de leur foi ». Qui plus est, son gouvernement affirme que « Seulement 15 % de ces actes violents ont été reliés à la religion».

– Fin de la lutte contre l’État islamique. C’est dans l’objectif d’empêcher les attentats qu’il a  décidé de retirer les CF 18 et d’arrêter les frappes contre l’EI. Sa lutte contre Daesh se limite désormais à une formation technique au sol. Depuis, les Canadiens ne sont plus, aux yeux de la coalition, considérés comme des « alliés sûrs » d’après Ronald Hatto, expert des relations internationales au sein de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris. Mais qu’importe ! C’était le prix à payer !

« Un Canada inclusif et équitable » On le sait, tout comme son père, Trudeau est un tenant du multiculturalisme, et il ne cesse de nous seriner que « Le Canada est fort, non pas malgré sa diversité, mais plutôt à cause de sa diversité. » (une petite correction s’impose : « grâce à sa diversité ») ou encore que « la diversité est une source de force, non de faiblesse ». Et c’est cette conviction qui lui a dicté d’accueillir le plus grand nombre possible de réfugiés. «C’est une opportunité d’accueillir ces réfugiés et de leur offrir, à cœur ouvert, un avenir pour eux et pour leurs enfants», a-t-il expliqué le 11 décembre 2015.  «Sortis de l’avion ce soir en tant que réfugiés, ils ressortiront de l’aérogare en tant que résidents permanents au Canada avec un numéro de sécurité sociale, une carte de santé et une opportunité de devenir pleinement Canadiens», avait-il déclaré alors.

Comme les migrants sont une source de richesse et qu’ils ne présentent pas le moindre danger, Trudeau a ainsi ouvert  les portes du Canada aux réfugiés. Ce qui lui a valu récemment les félicitations de Ban Ki-moon. Que pouvait-il espérer de mieux? Mais comment ne pas regretter que les réfugiés chrétiens ne soient pas accueillis en aussi grand nombre que les musulmans? Pourtant, ils partagent les valeurs canadiennes. Et c’est sans doute pourquoi Harper les privilégiait.

Bien sûr, on préfère passer sous silence le fait que le Canada, ne disposant pas des fonds nécessaires pour accueillir tous ces nouveaux venus que Trudeau veut faire entrer (car c’est lui et lui seul qui décide du chiffre),  est contraint d’avoir recours aux organisations musulmanes: la Muslim Association of Canada, l’ISNA-Canada, entre autres, lesquelles se sont portées volontaires pour accueillir un nombre significatif d’immigrants  Et qu’importe si elles sont pro-islamistes et défendent la charia !

Et les Canadiens, sont-ils en faveur de cet accueil des réfugiés?  «Je crois que nous serons en mesure de convaincre une grande partie des Canadiens qu’il s’agit de la bonne chose à faire pour le pays»,  nous dit John McCallum, le ministre fédéral. Il leur affirmera que le Canada a besoin d’accueillir beaucoup plus d’immigrants afin de pallier la pénurie de main-d’oeuvre au pays. On veut aussi leur faire croire qu’ils sont protégés par les lois antiterroristes, un point de vue qui n’est pas nécessairement partagé par les universitaires canadiens pour qui la diversité culturelle est aussi « un danger ».  Il ne nous reste plus qu’à croiser les doigts et à espérer que, parmi ces réfugiés, le risque qu’un terroriste s’y cache est quasi-nul.

3 – Alors, Trudeau a-t-il mis fin à la menace islamiste? Jugez-en par vous-mêmes. Le 26 janvier 2016, on apprenait sur le site de TVA qu’ils seraient près de 5000 citoyens au Canada à s’être radicalisés et que  le Service canadien du renseignement de sécurité (CSIS) évoquait récemment la présence de près de 150 Canadiens en Syrie et chiffrait à 90 le nombre de candidats au départ.

Qui plus est, nous venons d’échapper à un attentat de grande envergure, à une « attaque terroriste majeure » grâce à la vigilance, nous dit-on,  de la GRC. Certes, elle a abattu le terroriste, mais c’est au FBI qu’elle doit une fière chandelle car c’est lui qui avait mis la main sur la « vidéo de martyr » du terroriste et averti la GRC.

Faut-il s’en inquiéter? Pas le moins du monde! Si on en croit les partisans de Trudeau. Certes, nous venons d’éviter le pire, mais faisons confiance aux libéraux. D’ailleurs en mai 2016, le professeur Stéphane Leman-Langlois  à l’Université Laval affirmait que la menace terroriste demeure «infinitésimale» et que « toute surévaluation de cette menace n’a pas de fondement factuel et rationnel ». Admettons.

Mais alors comment déceler les signes de radicalisation? Difficile quand on sait qu’aujourd’hui un individu peut se radicaliser en un laps de temps très court et que rien ne le distingue des autres. Il peut être notre voisin, porter un nom purement québécois, et avoir prêté allégeance à l’EI.  Et n’est-il pas inquiétant d’apprendre que les organisations publiques ne sont toujours pas en mesure de protéger le public? Une exception : Via Rail qui a su éviter de justesse un attentat. Mais on nous assure que le personnel et les gestionnaires du milieu scolaire seront bientôt en mesure de déceler les signes de radicalisation des jeunes Québécois.

Comment intervenir alors? Le Canada s’est lancé dans la lutte au radicalisme et il multiplie les Centres de prévention de la radicalisation menant à la violence (CPRMV). Ces centres prétendent agir « en amont » « Nous étudions les différents courants idéologiques. Nous analysons les différentes tendances. Nous surveillons les différents réseaux. Cela nous permet de décider quelles sont nos priorités. Nous sommes très vigilants. Les citoyens nous informent».

Mais on se garde bien de nous dire que, pour ne pas offusquer les musulmans, on évite d’agir contre les imams bien qu’on sache qu’ils encouragent le djihadisme, ou contre les organisations islamistes qui, bien souvent, sont à l’origine de la radicalisation des jeunes.

Conclusion : Si le Canada est encore un pays où il fait bon vivre, c’est parce qu’il accuse un certain retard par rapport à l’Europe dans le nombre de djihadistes et d’attentats islamistes. Mais ne nous leurrons pas : non seulement les Canadiens sont dans la mire des terroristes, mais sur le plan économique, ils ne vont pas tarder à déchanter. On sait maintenant que Justin Trudeau, pour gagner des voix, a sous-évalué le montant les promesses qu’il a faites. Pour le moment qui oserait le lui reprocher? Il est si « cute », si « cool »! À la différence des autres chefs d’État qui veulent s’occuper d’ « affaires sérieuses », notre PM, un peu comme le Petit Prince, « cherche des amis ». Alors, pour lui, les affaires sérieuses, ce sont les « selfies », les poignées de main à ses admirateurs, la « Gay Pride », etc. Quant à nous, soyons sans crainte, tout va très bien, tout va très bien!

© Dora Marrache pour Europe-Israël







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 10 thoughts on “Le Canada, un pays idyllique à l’abri du terrorisme ?

    1. Malcolm Ode

      Je ne comprend pas qu’un chef d’État occidental ne soit pas mieux informé par ses Services de Renseignements sur les personnalités avec lesquelles il se présente en public! S’exhiber avec Tariq Ramadan, c’est comme parader avec le drapeau de l’E.I. Une honte!

      Les Trudeau font partie de ces élites internationales qui dilapident leur pays pour leur profit personnel : d’où viennent leurs immenses fortunes alors qu’ils ne travaillent jamais?

      Justin Trudeau est le type même de l’imbécile heureux d’être le fils à papa qui fait rêver celles qui n’ont pas de rêve. Un irresponsable appâté par la gloire et les honneurs, sans se soucie de la population qui l’a élu.

      Un petit garçon dans le pot de confiture…

    2. Mike

      Canadien ici.

      Cet article est malheureusement assez exact. Il est peut-être encore possible de sauver le Canada, si on fait un changement de cap radical et sous peu, mais autrement on risque d’avoir des problèmes comme en Europe un jour.

      Cela étant dit, nous avons généralement une immigration sélectionnée, alors la proportion «basse classe» est beaucoup moins grande, ce qui fait que le problème est plus limité, même à pourcentages égaux. Les bases d’une solution inclusive sont là, et sous Harper, c’était en train de se produire.

      Sous Trou-d’Eau, c’est le déluge. Même des musulmans que je connais ne sont pas heureux de l’arrivée des «réfugiés Syriens». Ça dit tout.

    3. sergeb

      Il a de qui retenir le trou d’eau, grand parvenu sachant qu’il hériterait d’une fortune du paternel, n’a jamais travaillé de sa vie hormis quelques présences ici et là. Il a tellement été dans l’entourage de la politique que juste par le nom qu’il porte n’a rien eu a faire pour se rendre ou il est aujourd’hui surtout, n’allez pas croire qu’il n’est pas bien entouré, les apparatchiks du parti libéral sont derrière pour lui dire quoi dire et faire pour ne pas qu’il dérape. Le lignes sont toutes tracées pour lui. Tant qu’au multiculturel on vois très bien a quelle enseigne il loge, vous ne le verrez jamais dans un autre église dans cette posture avec cette secte, il n’est pas fou loin de là, il sait cette supposée religion dans laquelle on retrouve le religieux, le juridique et le politique. Peut-être se dit-il qu’il vaut mieux garder ses amis près de soi et ses ennemis encore plus près. Au Canada on aime pas la famille royale britannique surtout au Qouébec et pourtant on a créé une royauté TROUDEAU qu’on a porté au pouvoir, sur qu’il y aura un autre de cette dynastie dans le futur. Jamais deux sans trois…
      Dieu protège la dynastie trudeau pour des siècles et des siècles.

    4. c.i.a.

      La honte, les djiadistes doivent se tordre de rire, en voyant ce clown bizounourse. passience, il restent encore 3 ans et demi, en espèrent qu’il ne fera pas trop de ravages et qu’il n’y aura pas d’autres imbéciles qui voterons pour lui!!

    5. michel boissonneault

      oui le Canada est a l’abris car le FBI et la NSA y travaille ….une chance qu’ils nous aident

    6. Jacques B.

      Aucun pays n’est à l’abri du terrorisme islamique, puisque l’objectif affiché des islamistes est la conquête du monde pour Allah.

      Et nul n’ignore que les islamistes ciblent prioritairement les États faibles, en particulier les démocraties, dont les lois ne sont pas adaptées à la présence de musulmans revendicatifs, car ces lois ont été pensées et mises en place dans un cadre presque exclusivement judéo-chrétien, avec l’idée-force que la croyance est de l’ordre du privé, et que l’État n’a pas à s’en mêler : « rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ».

      La donne a changé avec l’immigration musulmane, et les responsables doivent s’adapter, changer de logiciel, ouvrir les yeux, et se souvenir que non, toutes les « civilisations » ne se valent pas, n’en déplaise aux bisounours ahuris.

    7. Frank Giroux

      Trudeau est un être très dangereux pour le Canada mais les Canadiens sont des naïfs qui se croient à l’abri de tout, qui ne voient pas la richesse de leur pays ni non plus, l’urgence de protéger la patrie, la famille et leur sol.

      Ils vont en payer le prix¸ tôt ou tard c’est écrit dans le ciel.

      Bravo pour votre articvle

    8. Frank Giroux

      Les Canadiens sont des ingrats (envers leur pays), gras, lâches et aveugles.

      Le jour où ils s’ouvriront les yeux ce sera trop tard, et c’est écrit dans le ciel que ce jour arrive à vitesse grand V.

      Il reste des patriotes qui eux prendront les moyens pour sauver le pays des envahisseur mais il faut abattre celui qui leur ouvre la porte et qui leur donne notre pays d’abord.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *