toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

La Banque Nationale du Qatar finance le terrorisme en Tunisie et ailleurs


La Banque Nationale du Qatar finance le terrorisme en Tunisie et ailleurs

La Banque nationale du Qatar (QNB), l’une des plus importantes banque du Moyen-Orient, est soupçonnée par plusieurs militants de la société civile en Tunisie de lien avec le terrorisme notamment en lien avec l’assassinat du député anti-islamiste Chokri Belaïd le 6 février 2013, par des extrémistes religieux.

Wahid Brahmi, un activiste local contre le lobby du Qatar en Tunisie, a révélé la semaine dernière que la direction tunisienne de cette banque (qui compte près de 300 employés en Tunisie) est gérée directement par le Qatar State Security (QSS), le Service des renseignements de la monarchie à Doha.

Il a rapporté aussi que la banque (QNB) a financé en Tunisie des dizaines sinon des centaines d’associations islamiques, culturelles ou caritatives liées au terrorisme. Ces associations réactionnaires recrutent les moins nantis et les désespérés, pour en faire des salafistes, djihadistes et wahhabites.

« La plupart des opérations de blanchiment d’argent, les transactions corrompues et suspectes en Tunisie sont signé sous la couverture de la banque (QNB) » ajoute-t-il.

Selon Hatem Yahyaoui, président de l’Observatoire national de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, plusieurs associations caritatives financent le terrorisme par l’argent du Qatar.

Les autorités publiques, quant à elles, soupçonnent près de 150 associations de contribuer au financement du terrorisme, de manière directe ou indirecte. Des dossiers ont même déjà été déposés auprès des tribunaux et les enquêtes sont en cours.

Selon Mezri Haddad, ancien ambassadeur à l’Unesco il s’agit  »d’une stratégie de l’État du Qatar, dès 2011, de soutenir des associations islamistes en Tunisie« .

Wahid Brahmi reproche aussi à l’établissement (QNB) de financer des partis politiques au pays, des politiciens et des juristes.

De sa part la société civile a notamment accusé le Gouverneur de la banque centrale du pays, Chadli Ayari, de ne pas avoir osé demander des comptes à cette banque. À l’image d’autres pays du monde, la Banque Centrale Tunisienne n’a pas demandé à cette banque du Qatar (sous sa tutelle) de signaler les transactions financières suspectes. Normalement la banque centrale se charge ensuite d’analyser ces informations et de transmettre les données pertinentes aux autorités judiciaires pour leur permettre d’enclencher une enquête et, le cas échéant, des poursuites.

L’établissement compte parmi ses clients, en Tunisie, plusieurs ministres, des personnalités du monde des affaires ou encore de hauts gradés de la police. Mais ce ne sont pas seulement les hommes de pouvoir qui ont intéressé les militants de la société civile. Ils pensent aussi avoir identifié plusieurs espions, aussi bien qataris que d’autres pays, parmi les clients de la QNB.

Des comptes et informations personnelles concerneraient deux Français soupçonnés d’être des agents secrets. Un membre désigné du contre-espionnage britannique ou encore un autre des services polonais du renseignement font également partie de ce groupe. Dans la plupart des cas, les militants de la société civile ont tenté de trouver des documents connexes, comme des CV ou des liens vers les réseaux sociaux, qui attesteraient que ces personnes appartiennent bien à la communauté du renseignement en Tunisie.

Très active au Moyen-Orient et Afrique du Nord, l’actionnaire principal de la Banque nationale du Qatar est le fonds d’investissement qatarien Qatar Investment Authority (QIA).

 

Il est reproché au QNB de financier le terrorisme international

 

Malgré certaines évidences, les pays alliés du Qatar sont timides à l’idée d’imposer des sanctions à la Banque nationale du Qatar (QNB), puisque les dommages économiques qui en suivront seront très lourds. Pourtant, pendant ce temps, les preuves du financement du terrorisme s’accumulent.

Un ancien fonctionnaire du Département du Trésor américain, Matthew Levitt, avait aussi relevé plusieurs lacunes dans le fonctionnement de la Banque nationale du Qatar (QNB), notamment dans les dispositions relatives à la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

Dans ce document sur le terrorisme se retrouvent de nombreuses critiques à l’égard du manque de vigilance de l’État qatarien. Ce rapport révèle en effet que les lois contre le blanchiment d’argent et le financement de groupe ne sont qu’illusion puisque leur application n’est pas démontrée. Les enquêtes et les sanctions de la part des autorités qatariennes sont jugées comme étant peu sévères puisque, jusqu’à présent, des fonds sont détournés du Qatar vers la Syrie, la Libye  et ce, par des membres du pouvoir qatarien.

Un autre rapport publié en septembre 2014, par le Département d’État américain, classe les banques du Qatar parmi les moins aptes à lutter contre le blanchiment d’argent. Ce document révèle que le Qatar serait l’un des grands donateurs de l’EI. Il y est dévoilé que de nombreux Qataris financent ce groupe terroriste afin d’aider des individus à travers le monde à rejoindre les djihadistes de l’EI.

L’un des bénéficiaires de cette aide se retrouve Djihad John, un des bourreaux se retrouvant dans les vidéos de décapitations par l’EI, ainsi que d’autres Britanniques qui par cette aide ont réussi à se rendre en Syrie pour combattre auprès des djihadistes. Ce rapport met aussi en lumière que près de 2 millions de dollars ont été remis par des donateurs provenant du Qatar.

Parmi les noms figurant dans ce rapport se trouve celui de Tariq Al-Harzi, l’un des gestionnaires du détournement de fonds du Qatar vers la Syrie et l’Irak pour des groupes terroristes de l’EI (1).

De plus, on retrouve dans ce rapport le nom de Mohammed Al-Arifi, un imam radical expulsé du Royaume-Uni pour avoir préparé des jeunes au djihad. Cet homme a par la suite été invité à de nombreuses reprises au Qatar pour différents événements organisés par les autorités qatariennes.

Le controversé prédicateur, porte-voix des Frères musulmans, Youssef al-Qardaoui dispose aussi des différents comptes à la QNB. Cette figure théologique influente a dû fuir l’Égypte dans les années 1960 pour trouver refuge au Qatar, où il a été un proche de l’ancien émir. En 2014, l’Égypte a demandé et obtenu d’Interpol un mandat d’arrêt international pour incitation au meurtre, vandalisme, violence et vol.

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante:
© Souhail Ftouh pour Europe Israël

 

(1) P. BOGHARDT, Lori. « Qatar and ISIS Funding: The U.S. Approach», The Washington Institute for Near East Policy, août 2014, [En ligne], http://www.washingtoninstitute.org/policy-analysis… 11 avril 2015





Avocat tunisien, auteur de nombreux articles et spécialiste des questions du Proche-Orient.



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 6 thoughts on “La Banque Nationale du Qatar finance le terrorisme en Tunisie et ailleurs

    1. Jean-Francois Morf

      Il serait intéressant de savoir si les promoteurs du plan Kalergi ont reçu des comptes secrets bien garnis dans cette banque…

    2. Salmon

      Et dire que Sarko a vendu une partie de la France au Qatar !!!!!!!!!!!
      MERCI SARKO ET APRES IL VEUT SE REPRESENTER A LA PRESIDENCE !
      le qatar des terroristes !

    3. Frank Giroux

      Non mais Wake-up les truites!

      Comment pensez-vous que Daesh se procure des armes, des munitions, des véhicules, de la nourriture, des uniformes, de l’essence et des prostitués (ées)?

      Ils vivent d’amour de d’eau fraîche vous croyez ?est vident que les 58

    4. Armand Maruani.

      Le Qatar ?

      Un porte avions et une poignée de légionnaires il nous fera la danse du ventre en babouche et djellaba .

      Qu’il arrête de faire le malin avec son fric , c’est tellement éphèmère ces choses là .

      Un bon coup de massue sur la tête et le feu à ses puits il redescendra sur terre en 10 secondes .

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap