toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Islam de France – Notre Dossier


Islam de France – Notre Dossier

Michel Garroté – Tout récemment, notre ami Ivan Rioufol écrivait, avec courage, dans le Figaro et dans Valeurs Actuelles (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : La France n’échappera pas à l’épreuve de force que l’islam colonisateur lui impose. De cette confrontation, la démocratie doit sortir victorieuse. Car un spectre hante l’Europe, le spectre de l’islamiste. Il est, oui, le nouveau communisme, Allah en plus. Des médias n’ont pas craint, en juillet, de choisir la censure en promettant de taire les noms et de flouter les visages des terroristes, rejetons de l’immigration musulmane sacralisée par la « diversité ».

Ivan Rioufol : Ces trucages et mensonges n’ont d’autres buts que de détourner les regards, au prétexte de ne pas « faire le jeu du FN ». La menace est bien l’islam conquérant, dominateur, sexiste, raciste, antisémite. Il s’épanouit dans la société multiculturelle et son fictif « vivre ensemble ». Seuls 38% des musulmans de France estiment que la charia (la loi d’Allah) n’a pas à s’appliquer dans un pays non musulman (sondage CSA, 2008). C’est notamment avec eux qu’il faut résister et faire la guerre à la Bête immonde qu’est l’islam totalitaire et barbare. Il a ses alliés, ses collaborateurs, ses idiots utiles. Il faut choisir son camp , concluait, tout récemment, Ivan Rioufol, dans le Figaro et dans Valeurs Actuelles (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

De son côté, sur Boulevard Voltaire, Karim Ouchikh écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : À la différence du christianisme et du judaïsme, seul l’islam pose réellement problème à notre société et il n’y a donc pas de raison de pénaliser de la sorte ces deux premières religions pour les écarts de conduite commis par certains fidèles musulmans sur la voie publique. De surcroît, le christianisme et le judaïsme sont deux religions qui, à la différence de l’islam, ont une légitimité historique incontestable en France qui impose manifestement de réserver à la première une prééminence culturelle et à la seconde une protection intangible.

Karim Ouchikh : Voilà pourquoi je refuse de me plier à l’opinion dominante qui voudrait imposer un même régime restrictif aux trois religions monothéistes dominantes qui cohabitent sur notre sol. Tant que l’islam n’aura pas trouvé définitivement ses marques en France, un traitement différencié doit lui être réservé légalement, sur la question des signes religieux ostensibles comme sur bien d’autres sujets, au moins pour une période transitoire. En un mot comme en cent, je dis oui à la croix, quel qu’en soit la dimension, et, à la kippa, et, non au voile islamique, conclut Karim Ouchikh sur Boulevard Voltaire (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

De son côté, sur La Faute à Rousseau, François Davin écrit notamment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page : Nous avons des moeurs, en France, depuis des siècles; comme tous les autres habitants de tous les pays du monde. Ces moeurs sont ce qu’elles sont, et nous n’avons pas à nous en justifier, tout simplement parce que nous sommes chez nous, et que, chez nous, nous vivons de la façon qui nous semble la bonne. Que cela plaise à X ou Y nous importe peu; que X ou Y n’aime pas nos façons de faire, c’est son problème. Si quelqu’un veut vivre « à l’orientale », eh bien qu’il ou elle aille vivre dans un pays oriental. Si « quelqu’une » veut manifester sa foi musulmane sur les plages, eh bien qu’elle aille sur une plage d’un pays musulman. Chez nous, à la plage, on s’est toujours baigné sans chercher à manifester son catholicisme, ou son athéisme, ou son taoïsme ou son je-ne-sais-quoi.

François Davin : Il suffit de regarder les enluminures médiévales de Fouquet pour voir le roi Louis IX et son armée se baignant nus dans une rivière. La réalité est qu’avec le burkini, on a une provocation de plus de l’Islam militant, et que cet Islam nous n’en voulons pas chez nous. Le Conseil d’Etat peut bien dire ce qu’il veut, en fonction des lois et de l’esprit d’un Système que nous combattons dans ses fondements mêmes, cela ne changera rien. Chirac a initié une greffe en 75 avec ses décrets scélérats sur le « regroupement familial » : cette greffe ne prend pas, et les Français sont de plus en plus nombreux à être excédés d’entendre tous les jours parler de l’Islam. Il faudra donc peut-être bien, un jour, changer nos lois, mais, en réalité, ce qu’il faut faire c’est régler le problème de l’immigration de masse et, pour cela, changer de Système. Ce qu’il faut faire, c’est une révolution. L’ « alter-révolution », conclut François Davin sur La Faute à Rousseau (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Sur Euro-Libertés, Jean-Pierre Brun, de son côté, écrivait tout récemment (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : La récente embauche par une banque américaine de José Manuel Barroso, le précédent Président de la Commission Européenne, vient de défrayer la chronique. Comment l’un des principaux acteurs de la crise financière européenne, le supposé médecin chef traitant d’une économie anémiée victime d’une infection en grande partie d’origine chinoise et américaine, peut-il en arriver là ? Scandale pour les Grecs que le praticien avait mis au sévère régime diététique de la « pita-gore ». Trahison pour d’autres qui accusent le Portugais d’abandonner le radeau bruxellois pour rejoindre le torpilleur « Goldman Sachs », fleuron de la flotte U.S. Mais comme le notait déjà Talleyrand l’insubmersible : « En politique, la trahison est affaire de date ».

Jean-Pierre Brun : Dans ce « maquerocosme », plus qu’ailleurs, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. À la question portant sur les préoccupations qui seraient désormais les siennes au lendemain de son succès, l’heureux élu d’une législative partielle répondit : « Assurer ma prochaine réélection ». À suivre les arcanes politiciens, on peut se demander quel est le seuil où la boutade devient profession de foi. D’autant que ce qui se limitait hier à un hexagone franchouillard s’inscrit désormais dans un polygone européen totalement incertain, tant il devient protéiforme. La candidature est une chose, l’investiture en est une autre. Comme le rappelait fort justement Ibn Kanoun, le chroniqueur rostémide qui, par une journée torride, longeait le Chott el Hodna : « il ne faut pas confondre boire et avoir soif ». Et que ne ferait-on pas pour étancher sa soif de pouvoir ?

Jean-Pierre Brun : On connaît la mésaventure du caméléon se hasardant sur un plaid écossais. Le vrai politicien, lui, ne saurait redouter la moindre métamorphose épidermique compte tenu de son accoutumance aux eaux irisées dans lesquelles il barbote quotidiennement. Yvan Audouard, observateur pour le moins original de ses semblables, exprimait une réalité on ne peut plus garante de l’opiniâtreté de nos parlementaires et de nos ministres dans ce domaine : « Il y a des gens qui n’ont de constance que dans la versatilité ». La démocratie n’y est pour rien car déjà le cardinal de Retz notait : « Il faut souvent changer d’opinion pour rester de son parti. » Oui, mais pour en changer, encore faut-il en avoir. Les députés « godillots » du général De Gaulle en restent le plus bel exemple : « – Dutrognon, quelle heure est-il ? – L’heure qui vous plaira, mon général ! ».

Jean-Pierre Brun : Le président Faure, un spécialiste en la matière, avait pu en faire l’un de ces mots si appréciés des chroniqueurs : « Si vous n’avez pas d’opinions politiques, prenez donc les miennes ». Ce sur quoi avait renchéri Pierre Desproges dans cette pertinente proposition : « Je pense, donc tu suis ». Le même Edgar, notre joyeux ministre, que des mauvais esprits comparaient à une manche à air, avait su clouer le bec à ses détracteurs par une formule dont il avait le secret : « Ce n’est pas la girouette qui tourne, c’est le vent ». Plus prosaïque est l’interprétation que certains sages donnent à cette versatilité. Ainsi, pour Jules Renard, « c’est une question de propreté : il faut changer d’avis comme de chemise ».

Jean-Pierre Brun : La mère Denis qui eut son heure de gloire télévisuelle, en bonne lavandière paysanne qu’elle était, aurait eu une intuition autrement plus retorse : « Si certains hommes politiques changent d’idée comme de chemise, ceux qui ne varient jamais dans leurs convictions doivent avoir du linge bien sale ». Tout cela est intéressant, mais on ne saurait oublier que, trop souvent, entre le programme d’un candidat, d’une sincérité garantie inoxydable, et ses votes dans l’hémicycle, une fois élu, il y a des grands écarts difficilement compris par ses électeurs. La discipline de parti a bon dos. D’ailleurs, pour un militant, grognard hors d’âge qui en a subi d’autres, ce peut être un mal pour un bien : « Les gens qui ne tiennent jamais leur promesse sont les seuls à qui on puisse faire entièrement confiance ».

Jean-Pierre Brun : Il existe quelques exceptions qui imperturbablement ont su garder le cap, mais comment ? Un Président du conseil de la IVe République confiait à ses collaborateurs : « Ma politique ? C’est justement de n’en avoir aucune ». Dans ces conditions, en effet, comment aurait-il pu retourner une veste qu’il n’avait jamais portée ? Mais pour conclure cette chronique qui se veut pourtant d’actualité, laissons le dernier mot à l’antique philosophe Krassos de Corinthe, par ailleurs disciple d’Euclide, qui adapta ainsi le postulat de son maître : « La ligne droite est le plus court chemin du succès à l’échec », concluait, tout récemment, Jean-Pierre Brun sur Euro-Libertés (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Introduction, adaptation et mise en page de Michel Garroté

http://blog.lefigaro.fr/rioufol/2016/08/une-guerre-civile-menace-la-fr.html

http://www.bvoltaire.fr/karimouchikh/oui-a-la-croix-et-a-la-kippa-non-au-voile-islamique,279900

http://lafautearousseau.hautetfort.com/archive/2016/08/28/islam-une-greffe-qui-ne-prend-pas.html

De la versatilité des hommes politiques








Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 17 thoughts on “Islam de France – Notre Dossier

    1. Daniel

      Le problème c’est: comment mettre en place une loi qui interdirait le voile ou la barbe sans que ça touche aussi le croix et la kippa ?

    2. Jacques B.

      Daniel 1.

      Prendre le problème à la racine : à savoir, déclarer que l’islam est une secte : il suffit de lire ses textes « sacrés » et de voir les pratiques trop fréquentes en son sein, et de les comparer avec notre législation anti-sectes.

      Ensuite et sur cette base, cesser d’encourager l’islam comme le font politiques et médias, mais au contraire en parler sans langue de bois comme d’une idéologie oppressive ; en fait, tout simplement rétablir la liberté d’expression, laquelle est bafouée tous les jours quand il s’agit de critiquer l’islam – or la liberté d’expression est un des piliers de nos démocraties.
      Cesser également (évidemment) de financer les mosquées.
      Cesser de reculer devant les exigences des islamistes : repas hallal, horaires pour la « prière » en entreprises, pour le ramadan, cette pratique inhumaine et incompatible avec le travail en entreprise, les horaires séparés pour les hommes et les femmes à la piscine, etc.
      Mettre dehors tous les prédicateurs étrangers, qui apportent avec eux un discours de haine à l’encontre de nos valeurs, de notre histoire, de nos pays, de nous non-musulmans.
      Tous les islamistes connus, ceux qui prêchent la charia : leur donner le choix entre quitter la France s’ils le peuvent, ou le camp d’internement : nous sommes en guerre contre l’islamisme, ne l’oublions pas.
      Rétablir l’autorité de l’Etat partout où elle a reculé : à l’école (enseignement de la shoah, de l’histoire de France, etc.), dans les « banlieues » devenues zones de non-droit, etc.
      Retrouver une justice digne de ce nom, qui ne trouve plus mille excuses aux délinquants, notamment islamiques, et ne fasse pas le procès de la police à chaque fois que cette dernière fait son boulot, usant quand il le faut de la violence légitime, prérogative des forces de l’ordre dans un Etat de droit, pour neutraliser les gangsters et autres islamistes ; s’approcher de la pratique israélienne en la matière.
      Et j’en oublie certainement, écrivant à main levée.

      Bref, leur mettre une telle pression qu’ils soient découragés de tenter de nous imposer la charia, voire qu’ils aient envie de retourner au pays des chameaux, d’où ces tarés d’islamistes n’auraient jamais dû partir.

    3. Jean-François Duhamel

      C’est trop tard pour faire de la chose une question politique. Tous les membres du gouvernement actuel son payés par des pays comme l’arabie saoudite, le quatar et autres bandits de cette espece et quitteront le pays lorsque ça commencera à flamber.

    4. Jean-François Duhamel

      C’est ce qu’on appelle de la haute trahison, de la désertion face à l’ennemi, de la LÂCHETÉ

    5. alcolm Ode

      Pour gérer l’islam distinctement, il suffit de légiférer comme pour le nazisme et le négationnisme : interdiction de s’afficher publiquement nazi, (croix gammée, quenelle…).

      Reprendre toutes les lois anti-fascistes et remplacer les termes « nazi » par « musulman ». Déjà prêt et pas compliqué à faire.

    6. Malcolm Ode

      Pour gérer l’islam distinctement, il suffit de légiférer comme pour le nazisme et le négationnisme : interdiction de s’afficher publiquement nazi, (croix gammée, quenelle…).

      Reprendre toutes les lois anti-fascistes et remplacer les termes « nazi » par « musulman ». Déjà prêt et pas compliqué à faire.

    7. capucine

      et bien nous ne sommes pas sortie de l’auberge … l’islam est devenu du harcèlement morale , les journalistes les médias et les chaines TV en parlent toute la journée et tous les jours de l’année … RAS LE BOL … trop c’est trop !
      je ne suis pas étonné que le restaurateur ait pété un câble et qu’ il a finit par s’excuser ….

    8. Jean-François Duhamel

      le temps de « légiférer », l’Europe aura disparue et la Mecque sera transférée à Roubaix. Au début je pensais que les gouvernements de l’UE ne seraient pas cons au point de laisser faire cette invasion, alors maintenant il faut ouvrir les yeux: C’est la politique qui nous a amenés là ou on en est. L’indochine a été perdue à cause des politiques (des socialo-communistes qui plus est) et de la confiance qu’on accordait aux gens de là bas à qui on a payé les études, résultat que des que ça a été possible ils nous l’ont mis. Avec l’algerie, même topo.
      La seule solution est de fermer complètement les frontières, museler la presse dadagougou (ou socialo islamiste) et régler nos comptes.Une fois refait à neuf, le pays peut revivre. Malheureusement il ne peut qu’y avoir du sang et des larmes là dedans, mais on ne fait pas d’omelettes sans casser d’oeufs. C’est la seule façon de faire si l’apres 2017 est pris par la pseudo droite sarkozienne ou si les « roses » restent au pouvoir, la charia sera appliquée dans la république islamique de France.

    9. Jean-François Duhamel

      et au risque de passer pour un facho (ce que je suis peut être devenu inconsciemment au fil de ces derniers mois), je suis partisan du « Chacun chez soi, et les vaches seront bien gardées ». La France a eu une histoire glorieuse, puis un peu moins glorieuse au cours du siècle précédent, mais il n’est pas trop tard pour bien faire.

    10. Grégoire

      Mes amis, c’est la guerre! les barbaresques sont a l’intérieur de nos villes et leurs chefs bien à l’abris commandent leurs troupe depuis les mosquées avec l’aide des collabos appointés.L’Europe est un cadavre en recomposition!
      Le bruit des armes va bientôt remplacer celui des vaines paroles alambiquées.
      Plutôt la mort que leur domination coranique.

    11. capucine

      mais l’invasion J-F Duhamel a été voulu et exigé par Mr Junker et Merckel
      et maintenant nous en subissons les conséquences , car le grand tout mou
      n’a pas été capable de leur dire NON les français n’en veulent pas !
      ils n’ont pas été capable de faire un référendum , ça aurait été la moindre des politesses de demander l’avis du peuple ….??? je crois qu’il ne passera même pas aux primaires mollasson 1er

    12. Elia

      Des têtes d’épingles élus par le peuple, ont décidé d’offrir la France à l’islam, en inventant l’islam de France !
      Connaissant ce que c’est l’islam, moi je considère ça comme l’arrêt de mort de la France.

    13. Zayith

      Bon, assez discuté, agissons !
      Mesdemoiselles, faut vous remettre à faire des bébés dès 20 ans, 4 au minimum. Et nous les mâles, on les ASSUME, n’est-ce pas !

    14. alauda

      Pour tout savoir sur celles qui en ont ras la casquette du voile : https://twitter.com/sansvoile (compte du Canada, avec des contacts en France)

      On nous rabâche les oreilles avec l’islam de France. Sur la question du voile, l’islam DE France, comme le « made in » du même nom, d’importation authentiquement médinoise sans médire, le CFCM joue la carte de la taqîya.

      « Dans sa « Convention citoyenne des musulmans pour le vivre-ensemble(1) » de juin 2014, le Conseil français du culte musulman y va fort : il installe carrément la règle du voile pour les Françaises musulmanes(2) alors que la « prescription coranique » ne mentionne nulle part l’obligation de se couvrir les cheveux.
      « Votre prise de position représente une régression qui banalise les répressions que subissent les femmes non voilées, s’insurge le collectif(3) dans sa lettre au CFCM. Nous nous inquiétons de votre affirmation qui sacralise le port du voile et par là même cautionne l’action des fondamentalistes, source, dans notre pays, de troubles à l’ordre public. Votre crispation est un anachronisme dangereux pour nous tous. » Les pieux rédacteurs de la «convention » n’ont jamais daigné répondre. »
      http://www.marianne.net/les-femmes-voile-accusent-100235239.html (Vendredi 03 Juillet 2015)

      (1) article 5 : LES TENUES VESTIMENTAIRES Pour la plupart des musulmanes, une tenue vestimentaire adéquate traduit, comme pour les autres religions (4), la dignité et la conformité à la tradition religieuse.
      Le voile est une prescription qui recommande au Prophète de « dire à ses femmes, à ses filles et aux femmes des croyants » (Coran 33-59), de l’arborer pour la réserve qu’il leur impose.
      (convention téléchargeable sur le web)
      (2) aujourd’hui, avec extension prévisible à toutes les autres demain…
      (3) le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers
      (4) la religion dans laquelle j’ai été élevée ne s’est JAMAIS mêlé de mes tenues vestimentaires. Le CFCM dit n’importe quoi, par ignorance ou par besoin de s’appuyer sur un semblant d’analogie.

      La droite a fait voter une loi pour empêcher le prosélytisme des voilées à l’école. Elle a fait voter une loi contre la dissimulation du visage dans l’espace public.

      Sous la gauche, le CFCM publie une convention « citoyenne » dans laquelle il est question d’égalité d’homme/femme totale (selon, paraît-il le coran), mais quand il aborde les tenues vestimentaires « adéquates », comme par hasard, cet article ne concerne QUE LES FEMMES.

      Alors quand la gauche prétend être le parti qui soutient le mieux les combats féministes, cela me franchement rire (jaune).

    15. i

      A chaque fois que l’islam a essayé de conquérir ou a conquis un territoire, il y a eu reconquista en Occident. Et ce n’est pas eux qui ont gagné en Europe et surement pas en Russie, en Chine, au Japon, en Australie, où ils ont intérêt à respecter les lois en vigueur, sous peine de graves sanctions. D’ailleurs ce sont des pays tranquillies qui regardent avec effroi l’Europe en se demandant quelle sera la finalité de ce continent.

    16. i

      MOLLASSON 1ER et bibine accrochée au colleback. Il sirote un peu trop et ne sait plus où est sa gauche et sa droite. Un vrai guignol à la tête de l’Europe. Un bouffon gouverne et le continent rigole jaune.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *