toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Emmanuel Todd dénonce le fascisme rose


Emmanuel Todd dénonce le fascisme rose


Michel Garroté – Sur Atlantico, Emmanuel Todd, à propos du gouvernement (régime ?) actuel, écrit « qu’il s’agit du fascisme rose, le mot rose évoquant la douceur du processus ». Atlantico n’est pas membre de la « fachosphère » et Emmanuel Todd n’est pas « d’extrême-droite ». Cependant, la formule est lancée : « fascisme rose » (le mot rose évoquant la douceur du processus…). Fascisme rose, fascisme mou, fascisme « normal » (monsieur le président…), fascisme soft, mais fascisme quand même. Ci-dessous, l’on trouvera quelques extraits adaptés de la chronique d’Emmanuel Todd.

Emmanuel Todd  (extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page) : Il s’agit d’un univers de fous où la violence verbale venait de gens qui se pensent être les défenseurs raisonnables d’un système démocratique. Ils étaient forcés de reconnaître un petit problème au départ ; que le parti socialiste n’avait pas été élu pour casser le code du travail. Mais ce qui est frappant, c’est qu’ils ne voyaient pas l’énormité que cela représente pour la science politique. Parce qu’en fait, nous traversons une rupture systémique. Parmi les instruments du droit constitutionnel, on avait la distinction entre le mandat impératif et le mandat représentatif.

Emmanuel Todd : Tout le monde est aujourd’hui d’accord sur le fait que seul le mandat représentatif permet un fonctionnement normal des démocraties libérales, avec des citoyens qui votent, qui élisent des représentants qui prennent des décisions librement à l’intérieur des lignes générales préférées par les électeurs. Or, les intervenants ne semblaient pas se rendre compte que le comportement actuel de François Hollande et du PS suggère l”existence d’un troisième mandat ; le mandat “jemenfoutiste“. Ici, l’élection devient parodique, les électeurs votent, mais il est entendu dans l’esprit du grand parti politique de gauche que ce que dit l’électeur n’a aucune importance, et qu’il a donc le droit de faire exactement le contraire.

Emmanuel Todd : Le parti socialiste participe à la dénaturation du suffrage, c’est un problème constitutionnel. Je suis un anti-communiste radical. Donc, si je dis du bien de la CGT, cela ne doit pas être mal compris. C’est la CGT dans sa fonction actuelle de force, nouvelle et inattendue, qui, par effet de vide et de positionnement aléatoire, se trouve défendre la démocratie libérale en France. Nous devons deux choses à la CGT. D’une, plus personne ne nous parle de l’Islam. C’est le transfert du mot radical de l’islamisme vers le militantisme ouvrier. Tous ceux qui croyaient qu’on pouvait faire n’importe quoi en désignant un bouc émissaire sont tout d’un coup, par volatilité, passés au radicalisme de la lutte des classes. La CGT a fait sortir la France de ce tunnel ethnicisant dans lequel le drame des attentats l’avait mise. Les socialistes ou Pierre Gattaz, c’est pareil.

Emmanuel Todd : Le même problème de crise de représentation se pose à propos du FN. Parce que les cadres du parti sont des gens d’extrême droite, et on l’a senti au moment de la crise. Ils voulaient de l’ordre. Face à un évènement réel, les cadres du FN sont justes des gens très à droite, et ils se foutent de leurs électeurs ouvriers. Le PS méprise son électorat, mais le FN aussi. Même si Florian Philippot a fait du rétropédalage, il était déjà trop tard. Le PS est probablement plus dangereux pour la liberté d’expression que la droite.

Emmanuel Todd : Ce n’est pas l’intolérance des gens d’extrême gauche, qui n’en auraient pas les moyens. Les socialistes sont beaucoup plus intolérants, en fait, que les gens de droite. Ce n’est pas un hasard. Si je fais la somme de ce que les socialistes ont fait, en termes de contrôle de la presse, d’inversion des valeurs de la gauche sans tenir compte de leur électorat, le bon concept est un concept violent et doux à la fois ; il s’agit du fascisme rose, le mot rose évoquant la douceur du processus, conclut Emmanuel Todd (fin des extraits adaptés ; voir lien vers source en bas de page).

Introduction, adaptation et mise en page de Michel Garroté

http://www.atlantico.fr/decryptage/emmanuel-todd-fais-somme-que-socialistes-ont-fait-bon-concept-est-violent-et-doux-fois-agit-fascisme-rose-2718343.html







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Emmanuel Todd dénonce le fascisme rose

    1. Aline1

      Franchement, j’ai lu et relu et j’avoue avoir du mal à comprendre ce qu’il veut vraiment exprimer.

      Je connais ses positions, mais ici, on croirait qu’il se fait volontairement « trouble », pour que l’on puisse entendre une chose et son contraire.

      Néanmoins, je reste persuadé, qu’il n’est rien d’autre que ce que l’on a pu voir depuis un bon moment déjà, et cette expression de « fascisme rose », en plus d’être bizarre est d’un mauvais gout absolu.

    2. Aymar

      Moi J’ai surtout remarqué que le Fascisme de gauche et d’extreme gauche est plus répandu que le Fascisme d’extreme droite depuis quelques dizaines d’ année .

    3. Tizi Aviv Tel Ouzou

      Il faut vraiment avoir du caca dans les yeux sur plusieurs couches pour ne pas s’être rendu compte que ce gouvernement et son parti étaient des fascistes intolérants. Beaucoup de français l’on remarqué depuis belle lurette et sans avoir fait science po ou polytechnique. Le baromètre le plus fiable du monde : les élections. Mais cela n’a malheureusement pas été pris en compte par les  » j’y suis j’y reste coûte que coûte vaille que vaille »qui nous conduisent, comme on conduit des ânes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *