toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Burkini : le faux débat par excellence « Cette idéologie, ce n’est pas DAESH, ce n’est pas l’islamisme. C’est l’islam. »


Burkini : le faux débat par excellence « Cette idéologie, ce n’est pas DAESH, ce n’est pas l’islamisme. C’est l’islam. »

OPINION

Drieu Godefridi – Les Français ont le goût de ces débats qui cristallisent les passions et permettent à chacun de se positionner bruyamment, à coup de phrases assassines et de citations définitives. Sans qu’au fond, rien ne change.

Ainsi des arrêtés d’interdiction du burkini, qui évoquent directement le débat, il y a quelques années, sur l’interdiction de la burka.

Si le problème se limitait à des vêtements — ce que sont d’abord et avant tout la burka et le burkini, ne l’oublions pas — comme nous serions heureux !

Loading...

Cliquez sur l’image pour commander le livre

Bien sûr, il n’en est rien. Le problème est ailleurs, il git dans l’idéologie dont ces accoutrements ne sont que l’une des manifestations qui bourgeonnent sur le continent européen. Il est tellement plus facile de s’en prendre à un vêtement qu’à l’idéologie dont il procède !

Car, cette idéologie, ce n’est pas DAESH, ce n’est pas l’islamisme. C’est l’islam. Trente années d’éducation contre « la discrimination », « le racisme » et ses variantes ont si bien conditionné nombre de nos intellectuels — pour ne rien dire de nos politiques — que le simple fait de désigner l’islam comme problème leur est inconcevable.

En effet, nous disent-ils, l’islam est une religion. Allons-nous discriminer une religion ? Empêcher des hommes et des femmes de vivre librement leur foi ? À moins que ces velléités de discrimination ne cachent, plus grave !, une sorte de racisme latent et refoulé ?!

Car, cette idéologie, ce n’est pas DAESH, ce n’est pas l’islamisme. C’est l’islam.

Trente années d’éducation contre « la discrimination », « le racisme » et ses variantes ont si bien conditionné nombre de nos intellectuels — pour ne rien dire de nos politiques — que le simple fait de désigner l’islam comme problème leur est inconcevable.

Cette disposition d’esprit, que je me suis permis de qualifier de « trahison des clercs » dans un essai récent(*), il est facile de montrer qu’elle procède de l’ignorance.

Car l’islam est plus qu’une religion. À l’opposé du christianisme, l’islam définit un projet politique et un droit complets, régissant tous et chacun des aspects de la vie des individus. L’islam est une doctrine, que l’esprit des Lumières, précisément, nous oblige à traiter comme toute autre doctrine, avec esprit critique et sans déférence (inutile d’y ajouter le mépris, qui aveugle le jugement).

« Vous n’allez pas nous reservir le couplet sur l’islam opposé à l’égalité entre hommes et femmes ? » Non. Car l’incompatibilité de l’islam et de l’Occident — en fait, de l’islam et de l’idée même de démocratie — est plus fondamentale. L’islam définit non seulement un ensemble de normes, mais un droit qui se veut complet et immuable, car il prend sa source dans la parole d’Allah. C’est dans la complétude divine de son droit, lefiqh, que réside la différence ontologique entre islam et christianisme. On ne réforme pas la parole de Dieu, on ne discute pas la volonté de Dieu dans une assemblée médiocrement humaine telle qu’un parlement. Abroger une sourate du Coran, ce serait abroger Dieu.

Learn Hebrew online

Ainsi les questions vestimentaires sont-elles remises dans une juste perspective, celle du symptôme de la diffusion, en Europe, d’une doctrine islamique radicalement opposée aux fondements de notre civilisation (ie, toute norme est questionnable et réformable). Voici la vraie question : celle de l’avenir, en Europe, de la doctrine islamique, et non de « l’islamisme », « des musulmans » ou de tel ou tel vêtement.

Pour autant, faut-il balayer d’un revers de main le débat sur le burkini ? Ma réponse est oui. Car ce débat masque l’essentiel, il crispe inutilement les passions et ne présente, en soi, aucun intérêt. Que faire ? Laisser agir les autorités locales. Si leurs arrêtés sont conformes au droit, c’est leur prérogative. Il existe des juridictions pour s’en assurer.

Drieu Godefridi

Loading...

PhD (Sorbonne), juriste (universités de Louvain & Bruxelles)

(*)Si vous achetez e livre de Drieu Godefridi « La trahison des clercs — Lettre à un combattant de l’islam » en cliquant sur le lien ou l’image vous aiderez Europe Israël qui recevra une commission de 5%







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Burkini : le faux débat par excellence « Cette idéologie, ce n’est pas DAESH, ce n’est pas l’islamisme. C’est l’islam. »

    1. Zayith

      Cette maghrébine sur la plage devrait mieux se couvrir ; ses petits pieds bronzés m’excitent terriblement ! Quelle honte cette délurée…

    2. r

      meme les touaregs dans le désert savent qu’il ne faut pas porter de noir avec le soleil c’est une couleur qui absorbe la chaleur

      ELLES SONT MASOS

    3. alauda

      Les Français ont le goût de ces débats concrets, inscrits dans le paysage.
      Le mot n’y va bien qu’associé à l’image. Le Français, tailleur d’images, a besoin d’illustration, de sa leçon de choses, de l’incarnation de l’idée dans une figure qui la porte, lui donne une forme compréhensible.

      Pour ne pas totalement évacuer la question des cheveux et des corps (de femmes), voici en partage la vidéo pragmatique et pédagogique d’un jeune homme à casquette s’adressant aux voilées : https://twitter.com/georgesahmad/status/768397194504396802?lang=fr

      Au moins deux « like »

    4. Aline1

      Le débat sur le burquini n’est inutile que parce qu’il a été vain.

      On l’a lancé exprès, une espèce de poudre aux yeux, alors que les Responsables savaient pertinemment à l’avance ce que serait la décision de la LDH,

      Je doute même des protestations de Valls qui me semble, joue juste le rôle du contradicteur, (totalement vain, on a pu le voir).

      En fait, il aurait fallu, mon humble avis, placer ce sujet davantage, sur les Droits de la Femme et insister moins sur la religion.

      la LDH, aurait eu plus de difficultés à parler de racisme.

    5. Marc Blondet

      Le gouvernement français propose une médecine symptomatique, le burkini n’est qu’un signe, souvent une provocation à l’égard de notre société, quand il ne s’agit pas de remettre en cause notre civilisation. Notre civilisation est judéo-chrétienne, notre culture gréco-latine.L’accueil des gens d’autres origines ne peut se faire sans l’obligation de se soumettre aux lois et de respecter notre solidarité nationale. Les gouvernements successifs depuis la IIIème République, ont érigé la laïcité en une religion qui fait l’objet aujourd’hui, de toutes les exégèses en fonction des circonstances. Nous leur demandons d’avoir le courage politique de se confronter au problème, l’humilité de regarder la réalité en face et de nous épargner des pantalonnades sur un terrain qui leur a été imposé. En cinq lignes Napoléon avait défini la place des religions, avec les mêmes droits et les mêmes devoirs, aucune d’entre elles ne bénéficiant de prérogative pour intervenir dans la vie publique (1805)…

    6. Moka

      Lesage si vous voulez bouffer votre saloperie de halal c est votre problème mais nous sommes encore libre de choisir de bouffer librement et heureusement.Moi pour ma part je ne mangerai jamais cette merde de bouffe halal meme si certains en tire profit.Immondice du marché halal est un vrai désastre.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *