toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

L’Etat tunisien intensifie sa répression contre la communauté LGBT


L’Etat tunisien intensifie sa répression contre la communauté LGBT

La petite communauté homosexuelle en Tunisie est confrontée à une campagne de répression suite aux demandes des chefs religieux et des conservateurs de renforcer la moralité publique avec des mesures coercitives.

Cette campagne choque les défenseurs des droits de l’homme à l’étranger.

Depuis la chute du régime laïque de Ben Ali, en janvier 2011, on recense plus de cinquante cas de condamnations pour homosexualité chaque année, et une cinquantaine d’homosexuels se sont suicidés à cause de la montée du courant religieux.

Le jeune Ahmed Ben Amor (en photo), vice-président de l’Association Shams (soleil en arabe) pour la dépénalisation de l’homosexualité en Tunisie a tenté, ce samedi 9 juillet 2016, de mettre fin à ses jours suite à des pressions et menaces dont il fait l’objet de la part des islamistes tunisiens.

L’association, dans un communiqué rendu public précise : « A 10 h ce matin du samedi 9 juillet, Ahmed Ben Amor a fait une tentative de suicide en ingurgitant une importante quantité de médicaments. Il a été hospitalisé dans un état comateux ».

L’association a ajouté qu’elle considère que cet acte est le résultat de « l’homophobie ainsi que les menaces de mort dont Ahmed fait l’objet ».

Loading...

Ahmed Ben Amor, qui œuvre au sein de l’Association pour lutter contre le rejet du régime tunisien des droits de la communauté LGBT et d’une législation rétrograde inspirée de l’Islam, est menacé de mort tous les jours.

Il y a quelques jours, il a trouvé une inscription avec du sang devant sa maison, ainsi que sa voiture cabossée. Les pneus avaient été crevés avec un couteau et il y avait une inscription :« La prochaine fois, le couteau sera dans ta tête. »

Son prédécesseur dans cette association a demandé en décembre dernier l’asile en France, et il est maintenant réfugié à Paris.

La vie d’Ahmed, comme celle des autres membres de l’association, a basculé depuis la révolte de 2011 qui a fait monter les islamistes qui les accusent, entre autres, de pervertir la jeunesse.

« C’est de pire en pire. C’est devenu dangereux pour nous », a dit le secrétaire général de l’association de défense des gays.

Les membres de cette association qui luttent contre les abus des droits de l’homme et pour la défense des minorités sexuelles ont commencé à se déplacer par deux, et à rentrer chez eux en empruntant chaque fois des chemins différents.

La Tunisie se dote en 2014 d’une constitution intolérante et inspirée de l’Islam.

L’Etat tunisien intensifie sa répression contre la communauté LGBT

En Tunisie, les droits des personnes lesbiennes, gay, bisexuelles, transgenres et transsexuelles (LGBT) demeurent inexistants du fait du poids de l’Islam au sein de la République tunisienne, qui voit l’hétérosexualité du mariage traditionnel comme l’unique orientation sexuelle autorisée.

En 2014, la Tunisie s’est dotée d’une constitution intolérante qui avait consacré l’Islam comme religion d’État et qui débute par :

« Au nom de Dieu le Clément, le Miséricordieux » et s’achève par « Et Dieu est garant de la réussite ». Elle précise aussi dans son préambule que le peuple tunisien est attaché aux enseignements de l’islam (…).

Learn Hebrew online

En conservant le lien organique entre l’État et la religion, la loi tunisienne pénalise toutes les minorités sexuelles (article 230 du Code pénal).

La mention de l’homosexualité est interdite en société et dans la presse, sauf si elle est négative. Aucun parti politique ne peut se former en Tunisie s’il plaide la cause des droits des homosexuels.

Le concept d’orientation sexuelle n’est pas reconnu en Tunisie. La justice ne distingue pas les homosexuels et considère que tous les Tunisiens sont normalement hétérosexuels.

En conséquence, il n’existe aucune loi protégeant les homosexuels des discriminations ou de persécutions. En outre, le régime tunisien ne permet pas l’existence de telles lois. La plupart des homosexuels restent donc cachés par peur de la haine, des attaques physiques et verbales, des sanctions gouvernementales…

Loading...

Le gouvernement, qui tolère les propos anti-LGBT, a fermé plusieurs sites LGBT et fait taire des émissions télévisées. Les conservateurs en Tunisie craignent que la communauté LGBT ne cherche à obtenir des avancées considérées comme immorales et contraires à la culture islamique.

La justice instrumentalisée par les islamistes pour réprimer

Depuis la révolte de 2011, de plus en plus de personnes homosexuelles se sont retrouvées en prison.

L’an dernier à Kairouan (désignée comme la quatrième ville sainte ou sacrée de l’Islam) un tribunal islamiste a infligé trois ans de prison à six étudiants homosexuels. Ils sont, en outre, bannis de la ville conservatrice pour cinq ans.

La punition de bannissement est une première pour des cas de ce genre, assure l’avocate tunisienne Fadoua Braham, spécialiste des procès d’homosexuels.

Les six inculpés ont également dû subir un test anal pendant leur interrogatoire. Une pratique dénoncée comme « avilissante » par différentes associations internationales des droits de l’homme.

Les défenseurs et proches des six étudiants évoquent même des conditions déplorables d’emprisonnement, car les jeunes qui sont détenus aujourd’hui se trouvent dans des cellules avec des prisonniers homophobes qui s’en prennent à eux physiquement.

Un autre étudiant de la région de Sousse avait été condamné à un an de prison pour homosexualité après avoir subi un examen anal.

En avril dernier, des militants du parti islamique Ennahdha ont mené des descentes dans des pensions de la ville de Sousse à la recherche de couples du même sexe.

Par Souhail Ftouh pour Dreuz Info

Source







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 3 thoughts on “L’Etat tunisien intensifie sa répression contre la communauté LGBT

    1. Danou

      La Tunisie s’enfonce, jour après jour, dans un marasme socio-économique, le tout habillé d’un Islam désordonné, à l’image des gens qui prétendent diriger ce pays. En réalité, personne le dirige mais tout le mon de s’accorde à le piller.

      L’état emprunte à tour de bras en envoyant des émissaires quémander de vagues subsides dont une bonne partie s’évapore par des écritures comptable burlesques.

      Tout cela pour vous dire combien ce pays, qui pourtant abrita très longtemps un bordel pour homosexuel, se retrouve avec un parti de fous furieux qui imposent les délires de ses analphabètes. La chasse aux « déviants » faisant parti de leur rhétorique à la noix, ils s’en prendront toujours aux minorités les plus fragiles.

    2. Aline1

      Je vais essayer d’être honnête.

      Je suis absolument horrifiée que l’on mette à l’index des individus parce qu’ils ont une sexualité différente. C’est de l’ordre de l’intime et d’un choix de Libre Arbitre que cela soit imposé par la nature constitutionnelle et physiologique de la personne, ou même par des besoins d’attirances personnelles, même si physiologiquement rien ne l’explique.

      Je suis indignée du sort qui leur ait fait, partout où ils sont persécutés ou même seulement mal perçus.

      En revanche, je trouve que les Associations qui les représentent ne leur font pas de bien. Et si en Occident, on ressent une certaine réticence qui n’existait pas il y a pas très longtemps, à mon avis, c’est parce que ces associations, font comme pour la religion – Je dirais par métaphore, qu’il ne respectent plus la laïcité – A savoir, que la sexualité, tout comme la religion est de l’ordre personnel, et que toutes ces Gay-Pride et autres manifestations sont comme des actions qui ne seraient pas laïques.
      Et c’est vrai qu’elles me choquent –

      S’ils désirent (et c’est normal) être comme tout le monde, comme tout un chacun, (ce que je pense qu’ils soient) et bien qu’ils fassent comme tout un chacun.

      Nous ne faisons pas des Parties ou manifestations exubérantes et qui peuvent être choquantes dehors, et quelques adultes parents peuvent ne pas apprécier que leurs enfants tombent sur ces manifestations.

      Qu’ils aient eu besoin un temps de s’affirmer pour se sentir acceptés, c’était logique – mais ils le sont (en tout cas dans beaucoup de pays occidentaux), et bien maintenant, ils auraient du se sentir comme les autres, ne pas en faire plus ni moins – en tout cas dans les lieux publics.

      Voilà, ce n’est pas un manque de tolérance, il faut le voir comme le racisme. Être comme les autres dans une Société, c’est se comporter comme les autres dans les lieux publics de la Société. En gardant leur personnalité physique bien entendu – Il n’est pas question qu’ils singent une sexualité qu’ils ne ressentent pas.

      Pour tout le reste, les Droits civiques, mariages etc…Ils sont comme nous et devraient avoir les droits identiques. Même si la GPA pour eux me fait un peu tiquer. Mais cela concerne tout le monde.

      Je crains surtout que pour avoir des enfants, le commerce des ventres féminins ne deviennent une surenchère. Une marchandise à acheter et vendre comme une autre…Alors qu’il y a tant d’orphelins dans le Monde, que l’on chercherait de moins en moins à adopter.

      Bien sur sur le sujet même de l’article en Tunisie. C’est épouvantable et je trouve cela inacceptable.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *