toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Israël et Chypre ont confirmé leur solide alliance


Israël et Chypre ont confirmé leur solide alliance

Comment normaliser ses relations avec la Turquie sans porter atteinte à l’alliance tripartite conclue en janvier 2016 entre Israël, la Grèce et Chypre dont l’animosité historique avec Ankara n’est un secret pour personne? Il semble que là-aussi, le talent diplomatique du Premier ministre se soit une nouvelle fois exprimé et qu’il a réussi à maintenir les deux fers au feu.

Durant les années de rupture entre Ankara et Jérusalem, Israël s’était nettement rapproché de la Grèce et de Chypre, signant de nombreux accords de coopération politique, militaire, économique, technologique et énergétique avec ces deux pays. Le summum de cette entente avait été atteint au mois de janvier dernier à Nicosie, lorsque le président chypriote Nikos Anastasiadis accueillait le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou et le chef du gouvernement grec Alexis Tsipras pour un sommet tripartite premier du genre. Lors de ce sommet, les trois dirigeants annonçaient solennellement la création d’un axe stratégique sur les plans énergétique et sécuritaire.

Après la signature de l’accord de « normalisation » entre Israël et la Turquie, se posa alors la question des réactions chypriote et grecque face à Israël. Pour les adversaires de l’accord en Israël, il s’agissait d’une trahison de l’alliance d’Israël avec ces deux pays. Mais pour Yaakov Nagal, l’un des deux négociateurs du Premier ministre avec les Turcs, il n’en était rien. Il affirmait que le Premier ministre israélien et lui-même étaient restés en contact permanent avec Athènes et Nicosie au fur et à mesure que se tissait l’accord avec Ankara, et que cet accord ne se ferait pas du tout au détriment de l’axe tripartite bien au contraire.

Il semble que ce soit le scénario qui prévaut. La rencontre qui a eu lieu à Jérusalem entre Binyamin Netanyhou et le président chypriote Nikos Anastasiadis s’est déroulée dans la meilleure atmosphère possible. Les deux dirigeants ont insisté sur leur volonté commune d’assurer un maximum de stabilité dans la région et de lutter contre le terrorisme islamique. Ils ont également abordé le volet énergétique, réaffirmant leur volonté d’aller de l’avant dans l’exploitation commune des gisements de gaz de Méditerranée orientale.

A ce sujet, Binyamin Netanyahou a proposé à Nikos Anastasiadis d’intervenir pour aider à la résolution du différend entre Ankara et Nicosie concernant les gisements qui se trouvent dans les eaux territoriales chypriotes « turques ». « Israël voit dans un apaisement entre la Turquie et Chypre l’occasion de futures coopérations fructueuses sur le plan énergétique et un pas de plus vers la stabilité régionale » a insisté Binyamin Netanyahou.

Enfin et surtout, les deux dirigeants ont réaffirmé la solidité et l’utilité de l’alliance tripartite Jérusalem-Athènes- Nicosie et leur volonté de se rencontrer avant la fin de cette année comme convenu lors de leur rencontre du mois de janvier.

©Par Shraga Blum pour Europe-Israel.org







Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 2 thoughts on “Israël et Chypre ont confirmé leur solide alliance

    1. Aline1

      Bravo !

      Dommage que le pragmatisme oblige à faire des attentions aux turques (du moins à Erdogan)

      Parce que sans vouloir de mal à une partie de ce peuple qui j’en suis sure voudrait se débarrasser de ce dictateur – et sans aimer souhaiter du mal à quiconque….Et bien pour Er-do-Gan…Je ne suis pas sure de lui souhaiter de rester au pouvoir.

      Débarrassé de lui, les Pays alentour qu’il « ennuie », se sentiraient bien légers, eux aussi. Et cela, je leur souhaite.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *