toute l'information et l'actualité sur Israel, sur l'Europe, les news sur Israël et le Moyen Orient

.

Céline Pina : « L’islamisme, ce n’est pas une invasion de barbus, c’est beaucoup plus insidieux »


Céline Pina : « L’islamisme, ce n’est pas une invasion de barbus, c’est beaucoup plus insidieux »

Céline Pina, ex-élue PS qui s’est fait connaître en dénonçant le salon de « la femme musulmane » de Pontoise, pointe dans son livre « Silence coupable » le déni de la classe politique face à la progression rampante du salafisme.Dans cet entretien donné au journal Marianne (16-04-16), elle décrit avec une grande précision les techniques d’islamisation de la France: ils sont tous de mèches.

En septembre, vous dénonciez les discours entendus au salon de « la femme musulmane » à Pontoise. Six mois plus tard, vous publiez un livre sur le renoncement des politiques à défendre la laïcité. Que s’est-il passé entretemps ?

Ces questions, elle me travaillent et je les travaille depuis très longtemps. C’est parce que certains ont été traités de tous les noms avant moi que je peux parler de ces sujets aujourd’hui. Je pense à des gens commeChristophe Guilluy, Caroline Fourest, Elisabeth Badinter, Djemila Benhabib… Ils m’ont aidé à ouvrir les yeux et à me délier de l’affectif, qui peut empêcher de parler, surtout quand vous pensez que cela peut vous coûter votre place. Mais quand je vois l’état de la société aujourd’hui, je me dis qu’il faut savoir prendre sa perte.

Vous dénoncez les élus qui pactisent avec des islamistes en citant des municipalités comme Bagnolet, Cergy-Pontoise ou Aulnay-sous-Bois, mais vous n’accumulez pas de nombreux exemples. Est-ce pour ne pas jeter des noms en pâture ou parce que tout cela reste marginal ?

D’abord, je n’ai pas mené moi-même une enquête : j’ai pris des exemples que j’ai vus ou dont on m’a parlé. Ensuite, ce n’est pas forcément intéressant de livrer des noms car c’est une logique de système. Surtout, c’est dangereux. Certaines personnes vous racontent des choses, mais ne veulent pas témoigner publiquement de peur d’être violemment attaquées. Les accusations d’islamophobie ferment encore la bouche de beaucoup de monde. Quand quelqu’un d’aussi respectable et respecté qu’Elisabeth Badinter subit de telles attaques pour avoir dit qu’il ne faut pas avoir peur de se faire traiter d’islamophobe, vous imaginez la trouille des gens qui n’ont pas son aura.

Dans votre livre, vous décrivez des salafistes dans une logique permanente de dissimulation…

Ce n’est pas une invasion de barbus, c’est beaucoup plus insidieux. C’est de l’infiltration qui s’inscrit dans le temps long. Or, nous ne savons pas observer ces lentes montées en puissances, et quand elles aboutissent, nous sommes complètement décontenancés. Lorsqu’une association a voulu construire une mosquée dans la ville où j’étais élue, elle a d’abord envoyé trois gugusses sur la liste de gauche et trois autres sur la liste de droite. Ceux qui sont envoyés en première ligne sont de vieux chibanis sympas (vieux arabes assimilés), pas du tout agressifs. Mais derrière, vous voyez souvent des jeunes, plutôt sportifs, avec un look à la Tariq Ramadan. Ils ne disent jamais rien tant que les places ne sont pas prises, mais à la fin, vous vous rendez compte que ce sont eux qui tirent les ficelles.

« ON VOUS EXPLIQUE QUE CE SERAIT BIEN DE CONSTRUIRE LA MOSQUÉE À CÔTÉ DU LYCÉE, POUR QUE LES JEUNES PUISSENT Y ALLER AU LIEU DE TRAÎNER DANS LA RUE. »

Concrètement, qu’avez-vous observé dans le cas des mosquées ?

D’abord, la mairie accorde un bail emphytéotique (de très longue durée, NDLR), ce qui permet de subventionner sans le dire. Ensuite, les promoteurs de la mosquée vous demandent de construire un parking, en assurant que c’est l’intérêt général puisqu’il servira à tout le monde. Ensuite, on vous explique que ce serait bien de construire la mosquée à côté du lycée, pour que les jeunes puissent y aller au lieu de traîner dans la rue. Ensuite, on vous demande pourquoi on ne la mettrait pas dans le centre-ville. C’est un moyen de montrer sa puissance et de gagner en visibilité. On ne parle jamais de religion dans ces discussions, qui ressemblent plus à des négociations politiques qu’à une revendication légitime de gens qui veulent pratiquer leur religion dans l’enceinte privée.

On distingue en général l’islamisme non violent du terrorisme djihadisme, mais vous écrivez que les courants islamistes quiétistes sont en réalité « les préparateurs du terrain ». Pourquoi ?

Parce qu’ils ensemencent des graines de haine, de violences, de rejet de la société et préparent ainsi le passage à l’acte, même si je suis bien consciente que tous ne basculeront pas. Que la prise du pouvoir se fasse par la violence ou la légalité, la société qu’elle installe est la même. Quelle que soit la différence entre les Qataris, l’Arabie saoudite, l’Etat islamique, etc, la finalité est identique : soumission, oppression des femmes, violence envers les homosexuels, refus d’accorder les mêmes droits à ceux qui n’ont pas la même religion… On dériverait alors vers des sociétés claniques, non démocratiques, marquées par une embolie intellectuelle.

« Les autorités ne doivent pas sous-traiter la politique de la jeunesse »

Mais comment s’adresser aux populations victimes de l’emprise islamiste ?

Il faut commencer par remettre à leur place ceux qui les infusent, en disant aux salafistes qu’ils n’ont pas de place dans cette République. Il faut leur retirer les outils de la puissance : la possibilité d’accueillir des enfants, de donner des cours, d’organiser des rassemblements, de devenir des interlocuteurs de la mairie… Ensuite, un territoire perdu, c’est souvent un territoire abandonné. Les autorités ne doivent pas sous-traiter la politique de la jeunesse, mais s’en occuper elles-mêmes, en y mettant le prix. Aujourd’hui, on fait la promotion du service civique pour tenter de remettre la jeunesse dans une perspective citoyenne, mais on s’aperçoit que l’un de ses opérateurs principaux est la Ligue de l’enseignement, qui a fêté son 150e anniversaire avec l’European Muslim Network, le lobby de Tariq Ramadan… La Ligue des droits de l’homme (LDH) aussi sert de caution de moralité à ces gens, qui ne se trompent pas sur les lieux qu’ils infiltrent.

Aujourd’hui, les lanceurs d’alerte comme vous semblent mieux écoutés…

Oui, quelque chose est en train de changer. On l’a vu le 11 janvier 2015 : on s’est rendu compte qu’il y avait un peuple, que ce peuple avait une conscience du monde commun dans lequel il veut vivre et qu’il était prêt à se lever pour le défendre. Mais les politiques ne veulent pas voir ce changement, par peur d’une remise en cause des rentes de situation dans lesquelles ils se complaisent.

Source: Marianne





Journaliste pigiste Franco-israelien, titulaire d'un master d'histoire du Moyen-Orient à l'université de Jérusalem



Avertissement de modération: Nous vous rappelons que vos commentaires sont soumis à notre charte et qu'il n'est pas permis de tenir de propos violents, discriminatoires ou diffamatoires. Tous les commentaires contraires à cette charte seront retirés et leurs auteurs risquent de voir leur compte clos. Merci d'avance pour votre compréhension.

Signalez un commentaire abusif en cliquant ici


Merci de nous signaler les commentaires qui vous semblent abusifs et qui contiendraient des propos:
  • * Antisémites
  • * Racistes
  • * Homophobes
  • * Injurieux
  • * Grossiers
  • * Diffamatoires envers une personne physique ou morale

  • 7 thoughts on “Céline Pina : « L’islamisme, ce n’est pas une invasion de barbus, c’est beaucoup plus insidieux »

    1. Aline1

      Bravo Madame.

      Mon Dieu, vendre son pays et surtout mettre tout son peuple en danger, pour sauvegarder des intérêts financiers ou des situations personnelles.

      À vomir ! Ce sont ces mêmes élus, ou autres métiers médiatiques qui donnent des leçons d’humanisme.

    2. Malcolm Ode

      « …On ne parle jamais de religion dans ces discussions, qui ressemblent plus à des négociations politiques qu’à une revendication légitime de gens qui veulent pratiquer leur religion dans l’enceinte privée.

      « …On ne parle jamais de religion dans ces discussions… » : pour éviter que l’on fasse ces amalgames si légitimes ;

      « … qui ressemblent plus à des négociations politiques… » : négocier l’occupation du territoire avec la tribu vaincu ;

      « … qu’à une revendication légitime de gens qui veulent pratiquer leur religion dans l’enceinte privée. » : à l’écart des centre-villes où les rues, les parcs et les vitrines regorges de dépravations haram…

      Très bien vu Madame Pina, à diffuser tous azimut, tant que l’on croit à la bonne foi de nos dirigeants qui semblent avoir besoin d’être informés de la chose…

    3. Armand Maruani.

      Notre point fort et notre talon d’Achille sont la démocratie et la Justice .

      Des barbares habitués à être décapités dans leur pays les utilisent à leur profit avec art , rompus à ce sport .

      Rajouter à cela la perversité , la trahison et l’antisémitisme de ces gauchistes , cocos et tutti quanti vous avez ce résultat .

    4. Armand Maruani.

      ( suite )

      Tout en agissant avec impunité avec des droits dépassant l’entendement .

      Droits que ne possèdent même pas les français les plus démunis et les sans abris .

      Il a même droit à une Carte Bleue avec laquelle il peut prélever 40 euros par jour .

      La France n’est jamais tombée aussi bas et notre connard de Président ose encore ouvrir sa gueule de traitre .

    5. i

      Avec des dirigeants corrompus, comment voulez vous que cela fonctionne ? On graisse la patte, on fait des courbettes et des flatteries et le tour est joué. Un vrai jeu d’enfant. Les musulmans se marrent devant tant de conneries. Ils sont rusés dans l’art de la guerre. Quand on a en face des cons, la bataille est trop facile et se gagne en quelques années. 2084 risque d’arriver avant l’heure. L’Europe est en train de mourir. Son agonie est visible mondialement. Les pays regardent et eux, en prendront des leçons pour ne pas reproduire ces erreurs. La Russie et les USA viendront libérer l’Europe à coup de bombes et on reconstruira l’Europe sur ces ruines fumantes. Un éternel recommencement, à moins que Dieu n’en décide autrement et décide d’arrêter la comédie définitivement pour instaurer son règne millénaire.

    6. Jacques B.

      Une personne courageuse effectivement ; à moins que ce ne soient les autres qui sont des lâches, voire des complices.

      Voir aussi le livre « Ces maires qui courtisent l’islamisme » de J. Véliocas ; ou dans un registre un peu différent – avec le point commun de la corruption du monde politique : « Pilleurs d’Etat » de P. Pascot.

      Comment voulez-vous que les Français ne se désintéressent pas de plus en plus de la politique, qu’ils ne soient pas pleins de défiance devant ces arrivistes, devant ce système verrouillé où règne la cooptation, et ne se tournent pas de plus en plus vers les extrêmes, FN en particulier ?

      Les premiers responsables de la situation actuelle, et de la situation explosive qui nous pend au nez, ce sont bien les politiques dans leur ensemble, sans oublier leurs serviles relais, les dits journalistes.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    0 Shares
    Copy link
    Powered by Social Snap